Changer d'édition

Le PSG défait, Liverpool muselé
Sport 3 min. 19.02.2020

Le PSG défait, Liverpool muselé

Le Borussia Dortmund est en ballottage favorable en vue du match retour

Le PSG défait, Liverpool muselé

Le Borussia Dortmund est en ballottage favorable en vue du match retour
Photo: AFP
Sport 3 min. 19.02.2020

Le PSG défait, Liverpool muselé

Malgré la présence et le but de sa superstar Neymar, Paris s'est incliné à Dortmund (2-1) mardi lors du 8e de finale aller de Ligue des champions. Dans le même temps, le tenant du titre archi-favori, a été réduit au silence à Madrid par l'Atlético (1-0).

(AFP) -  La seule étoile, c'est Erling Haaland: le PSG, malgré la présence et le but de sa superstar Neymar, s'est incliné à Dortmund (2-1) mardi lors du 8e de finale aller de Ligue des champions, compliquant son hypothétique retour en quarts de finale. Pour une équipe parisienne habituée à bénéficier d'un sérieux avantage à deux reprises en l'espace de trois ans, c'est un nouveau défi qui s'annonce. Avec un but inscrit à l'extérieur pour seul espoir.

Si le 11 mars au Parc des Princes, l'hypothèse d'un «come-back» façon Manchester United est déjà écartée, Neymar et Kylian Mbappé devront afficher un niveau au moins équivalent à celui de Haaland, auteur d'un incroyable doublé (69e, 77e), pour renverser la vapeur. Dominés dans les grandes largeurs par le Borussia, les Parisiens ont cru arracher un nul miraculeux après l'égalisation de Neymar (75e). Mais la pépite norvégienne de 19 ans, recrutée cet hiver par le BVB, a fini par sanctionner le collectif balbutiant des Parisiens, surprenant de lacunes à ce niveau.

Le but inscrit par Neymar pourrait s'avérer décisif au retour
Le but inscrit par Neymar pourrait s'avérer décisif au retour
AFP

Pour son retour à Dortmund, où il a vécu un mariage ombrageux entre 2015 et 2017, le coach parisien Thomas Tuchel a tenté un pari fou: abandonner son système en 4-4-2, pourtant en place depuis deux mois, au profit d'un 3-4-3 hybride et expérimental avec Neymar au cœur du jeu. Erreur fatale! Résultat, dans ce match où la fureur du «Mur jaune» et des 66.000 supporters du BVB n'ont cessé de pousser leur équipe après avoir assuré le spectacle avant le coup d'envoi avec trois impressionnants tifos, les Parisiens ont eu toutes les peines du monde à contrôler les vagues adverses. Le premier tir cadré de la soirée pour Paris est intervenu à la... 65e minute. L'œuvre de Mbappé sur un tir fermé sans danger pour Bürki.

L'Atlético sur un nuage

Mané, Salah, Firmino, muselés: le trio d'attaque de feu de Liverpool, le tenant du titre archi-favori, a été réduit au silence à Madrid par l'Atlético (1-0). Dans ce même stade Wanda Metropolitano où ils avaient conquis leur titre européen le 1er juin dernier contre Tottenham (2-0), les Reds sont restés muets, et ont buté sur l'étanche rideau madrilène après l'ouverture du score rapide et efficace de Saul Niguez (4e).

Mais où est passé le jeu de Liverpool ? Alors que Diego Simeone, l'entraîneur des Colchoneros, a confessé lui-même «admirer» le jeu des Anglais lundi, c'est bien son équipe, en grosse difficulté depuis le début de l'année, qui s'est hissée au niveau des champions en titre pour aborder le match retour avec un but d'avance... et une cage maintenue inviolée. La «MSF», le trio d'attaque des Reds qui fait trembler toute l'Europe, auteure de 44 buts depuis le début de saison, soit six de plus que l'équipe de l'Atlético tout entière (38), s'est montrée totalement impuissante mardi, maîtrisée par le bloc «rojiblanco» mené par un Felipe à la hauteur de l'événement... et qui n'a rien eu à envier au meilleur défenseur du monde Virgil van Dijk.

Mohamed Salah (à dr., en noir) est parfaitement muselé par l'arrière monténégrin de l'Atlético, Stefan Savic
Mohamed Salah (à dr., en noir) est parfaitement muselé par l'arrière monténégrin de l'Atlético, Stefan Savic
Photo: AFP

«Jouer contre l'Atlético est une des choses les plus difficiles de la vie», lançait le technicien allemand du club anglais Jürgen Klopp lundi en conférence de presse, et le match lui a donné raison: tout au long de la première période, ses joueurs, immobiles, ont multiplié les passes latérales, en mode essuie-glace, sans parvenir à casser les lignes. Ce qui leur a valu quelques sifflets appuyés du Wanda Metropolitano.«Ils sont impressionnants, ils ont mis une pression exceptionnelle. Le niveau de concentration de la défense de l'Atlético a été exceptionnel. Ils ont défendu avec du cœur, mais aussi avec une concentration incroyable», a souligné Klopp après le match.

L'Atlético, en crise il y a encore quelques semaines avec une attaque en berne, une infirmerie pleine, des résultats décevants et un entraîneur menacé, semblait sur un nuage mardi soir. Les coéquipiers de Jan Oblak, qui a gagné le duel des gardiens d'exception qui l'opposait à Alisson Becker mardi, aborderont la suite avec une envie démultipliée, la Ligue des champions étant la seule compétition à laquelle ils peuvent encore s'accrocher pour sauver leur saison.    


Sur le même sujet

Avec les huitièmes, le retour des frissons
Encore un blockbuster? Après les frissons du printemps dernier, la Ligue des champions reprend avec des huitièmes à suspense, dès mardi avec Dortmund-Paris SG et Atlético-Liverpool (21h), avant le choc entre Manchester City et le Real Madrid la semaine prochaine.
Le célèbre Mur jaune du Signal Iduna Park est prêt à accueillir comme il se doit le PSG ce mardi
Haaland et Ibrahimovic premières stars du mercato
Le buteur norvégien de 19 ans du RB Salzbourg a été recruté par Dortmund jusqu'en juin 2024, alors qu'après deux saisons aux Etats-Unis, la star suédoise retrouve l'AC Milan, à 38 ans, pour réanimer une équipe moribonde.
Erling Braut Haaland (à dr.) a été recruté par Dortmund jusqu'en juin 2024
Liverpool sur le toit du monde
Les Reds tiennent enfin leur couronne planétaire: le club anglais a remporté, dans la douleur, son premier Mondial des clubs, en battant les Brésiliens de Flamengo 1-0 après prolongation, samedi à Doha.
Battus à trois reprises en finale, les Reds de Liverpool ont enfin remporté le Mondial des clubs, face aux Brésiliens de Flamengo
Real-City à l'affiche, le PSG hérite de Dortmund
Le duel entre le Real Madrid et Manchester City figure parmi les rencontres à suivre des huitièmes de finale de la Ligue des champions dont le tirage au sort s'est tenu ce lundi à Nyon. Chelsea-Bayern et Naples-Barça annoncent quelques passes d'armes en perspective.
UEFA Champions League's ambassador Hamit Altintop holds the slip of Manchester City during the UEFA Champions League football cup round of 16 draw ceremony on December 16, 2019 in Nyon. (Photo by Fabrice COFFRINI / AFP)
Le PSG avec brio, Atlético et Atalanta au rendez-vous
Une victoire et un message: avec Neymar, le Paris SG a retrouvé de l'éclat contre Galatasaray (5-0) mercredi en Ligue des champions. De quoi lancer un avertissement à ses adversaires avant le tirage des huitièmes où figureront aussi les Colchoneros et Bergame.
TOPSHOT - Atalanta's players celebrate a goal during the UEFA Champions League group C football match between FC Shakhtar Donetsk and Atalanta BC at the Metallist stadium in Kharkiv on December 11, 2019. (Photo by Sergei SUPINSKY / AFP)
Le PSG sans Cavani ni Meunier à Manchester United
Déjà privé de Neymar, le PSG a annoncé dimanche une «lésion d'un tendon de la hanche droite» pour le buteur Edinson Cavani et une «commotion cérébrale» pour le latéral droit Thomas Meunier, actant leurs forfaits pour le choc de Ligue des champions mardi à Manchester.
Après le forfait de Neymar, le PSG va devoir se passer des services d'Edinson Cavani. Une sacrée tuile pour le club parisien.