Changer d'édition

Le Progrès bute sur le mur strassenois
Sport 26.10.2019

Le Progrès bute sur le mur strassenois

Ralph Schon dégage sous la menace de Manu Françoise. Le gardien de la sélection s'est montré impeccable.

Le Progrès bute sur le mur strassenois

Ralph Schon dégage sous la menace de Manu Françoise. Le gardien de la sélection s'est montré impeccable.
Photo: Vincent Lescaut
Sport 26.10.2019

Le Progrès bute sur le mur strassenois

Christophe NADIN
Christophe NADIN
Strassen est venu arracher un point à Niederkorn dans le premier match de la dixième journée de BGL Ligue. Le Progrès a dominé le FC UNA mais n'est pas parvenu à trouver l'ouverture (0-0). Ralph Schon a écoeuré les attaquants locaux.

Le premier acte a été à sens unique avec une forte domination du Progrès. Les Jaune et Noir ont tenté de faire sauter le verrou le plus rapidement possible, mais Ralph Schon s'est montré intransigeant dans tous les registres. Sur une frappe de De Almeida (12e), sur une tentative excentrée de Bastos (23e) ou encore sur un envoi tendu plein axe de Vogel (27e). Et quand le gardien de la sélection semblait battu, c'est le poteau qui venait à son secours sur un essai de Françoise juste avant la pause. Le portier retouchait le ballon de la jambe et Niederkorn se procurait son douzième corner de la partie. Sans réussite.

Au courage, Strassen avait résisté et ne s'était montré dangereux qu'à une seule reprise lorsque Lahyani faisait preuve d'un culot monstre en tentant un lob de 40 mètres que Flauss finissait par claquer en corner. 

Le Progrès n'a pas relâché son étreinte après la pause alors que les visiteurs mettaient à contribution Flauss juste après la reprise avant de reculer. Sporadiquement, les Strassenois viendront titiller le gardien local, mais Vogel, d'une frappe surpuissante contrée par Schon, Tekiela, qui ouvre trop son pied gauche sur une ouverture lumineuse de Thill ou encore Skenderovic isolé et dont la tête n'était pas cadrée, flirteront avec le premier but. Sans réussite.

La seconde partie du deuxième acte sera plus équilibrée et plus nerveuse aussi avec une kyrielle de cartons jaunes distribués par M. Sgura. 

Le Progrès laisse filer deux points, mais n'a pas complètement perdu son football pour autant.



Sur le même sujet

Le Progrès se qualifie dans la douleur
Battu, mais soulagé! Le Progrès s'est qualifié pour le deuxième tour de l'Europa League où il retrouvera les Rangers. Issa Bah a délivré une équipe de Niederkorn en souffrance jusque-là.
Les Niederkornois se congratulent après le but de Issa Bah. Ouf...
Victorieux du Progrès, le F91 peut croire au doublé
Dudelange a validé son ticket pour la finale de la Coupe de Luxembourg en disposant du Progrès 3-1 ce mercredi soir. Séduisants au premier acte, les Dudelangeois ont par la suite fait parler leur expérience alors que les visiteurs ont frappé les poteaux à trois reprises.
Kevin Malget (F91 4) und Stelvio Cruz (F91 r.) gegen Adrien Ferino (Niederkorn l.) zum 1:0 / Fussball, Coupe de Luxembourg, Halbfinale, F91 - Niederkorn / Duedelingen / 20.04.2019 / Foto: Christian Kemp
Dudelange se fait respecter face au Progrès
Plus mûrs, plus sûrs et plus précis, les Dudelangeois ont logiquement pris le dessus sur le Progrès (4-1). Les protégés de Dino Toppmöller ont scellé leur succès lors du premier acte avant de dérouler ensuite de manière intelligente. Turpel s’est offert un doublé.
Les Dudelangeois ont logiquement dominé le Progrès pour se porter à la deuxième place du classement.
Le Progrès a senti le vent du boulet
Trop sûr de son coup une fois devant au tableau d'affichage, le Progrès a cochonné sa seconde période face à une équipe de Rodange qui n'a jamais baissé les bras. Niederkorn reste à cinq points de Dudelange. Rodange est descendant.
Alexandre Karapetian a inscrit le seul but d'un match qui aurait pu basculer après la pause.
Football: Le Racing offre trois points au Progrès
Lors des 45 premières minutes, les promus ont inscrit un but dans leur propre camp et ont ensuite galvaudé plusieurs grosses occasions de revenir au score. Tant mieux pour la formation d'Olivier Ciancanelli qui n'était pourtant pas dans un grand jour.
Paul Bossi, ici devant Jonathan Hennetier, et ses partenaires du Progrès ont pu compter sur une bonne dose de chance pour s'imposer.