Changer d'édition

Le Progrès a senti le vent du boulet
Alexandre Karapetian a inscrit le seul but d'un match qui aurait pu basculer après la pause.

Le Progrès a senti le vent du boulet

Stéphane Guillaume
Alexandre Karapetian a inscrit le seul but d'un match qui aurait pu basculer après la pause.
Sport 3 min. 30.04.2018

Le Progrès a senti le vent du boulet

Christophe NADIN
Christophe NADIN
Une équipe de Rodange aux deux visages.

Trop sûr de son coup une fois devant au tableau d'affichage, le Progrès a cochonné sa seconde période face à une équipe de Rodange qui n'a jamais baissé les bras. Niederkorn reste à cinq points de Dudelange. Rodange est descendant.

Le match. L'affiche promettait un festival offensif entre deux équipes qui ont fait de l'attaque une marque de fabrique. Encore fallait-il dompter les conditions météorologiques moins apocalyptiques que la veille, mais pas faciles à apprivoiser pour autant.

Avec le vent en pleine figure, le Progrès a fait face pour mettre Rodange dans le rouge le plus vite possible. Les débuts ont manqué de précision, mais la première action tranchante a failli faire mouche. Une frappe de Mutsch était détournée par Machado puis par Ramdedovic replié sur sa ligne. La reprise de Karapetian se heurtait, elle, à une nouvelle parade de l'ancien gardien niederkornois.

Lafon insistait sur le côté gauche. Son centre était calibré pour De Almeida qui appréciait mal la trajectoire du ballon. Rodange peinait à sortir de sa coquille et se retrouvait mené au score à l'approche de la demi-heure. Le corner de Fiorani était repris de la tête par Karapetian. La grossière faute de main de Machado offrait l'avantage aux Jaune et Noir.

Une avance que le dauphin du F91 au classement n'est pas parvenu à faire fructifier avant la pause malgré un nouveau déboulé de Lafon à gauche ponctué par une frappe détournée par Machado.

Rodange touche le montant

Les escarmouches rodangeoises en fin de première mi-temps ont eu le mérite d'exister. Elles manquaient de tranchant pour remettre les pendules à l'heure. L'alerte était bien plus sérieuse à la reprise avec cette reprise de Hornuss qui venait mourir sur le bas du montant de Flauss.

Le Progrès s'est soudain arrêté de jouer et seules quelques fulgurances sont venues lui rappeler qu'il fallait doubler le score pour être sur du velours. Lafon tapait le poteau avant l'heure de jeu mais c'est de l'autre côté que le danger guettait. Menaï voyait son tir en pivot dévié en corner (70e) puis la reprise de Boulahfari était trop enlevée.

C'est un ancien Niederkornois, Dog, qui faisait encore passer quelques frissons dans le dos des supporters locaux en reprenant en un temps un corner de Boulahfari. Puis Menaï se loupait complètement à la conclusion d'un joli mouvement des promus. La fin de match était débridée mais le Progrès gardait sa courte avance.

La note: 12/20. De bonnes séquences, une première mi-temps à sens unique pour le Progrès, une seconde bien plus consistante de la part de Rodange: il y avait un peu de tout en clôture de cette 23e journée. Une note de 12 pour deux équipes qui ont eu le souci de produire du jeu.

L'homme du match. Docteur Joao, Mister Machado. Le jeune gardien de 19 ans rêvait d'un costume de super héros pour son retour au Jos Haupert. Il a failli l'enfiler mais une faute de main est venue gâcher sa soirée. Tellement cruel!

Le fait du match. On approche de l'heure de jeu et le Progrès donne l'impression de gérer sa courte avance mais sans plus. Soudain, Lafon déclenche un raid au cours duquel il slalome dans la défense visiteuse pour finir par une frappe sur le montant. Cela aurait pu être le tournant du match.

Mario Mutsch contre un centre de Rachid Boulahfari.Le Progrès a dû défendre après la pause.
Mario Mutsch contre un centre de Rachid Boulahfari.Le Progrès a dû défendre après la pause.
Photo: Stéphane Guillaume

Progrès - Rodange 1-0

Stade Jos Haupert, pelouse en bon état, arbitrage de M. Monteiro assisté par MM. Becker et Sabotic, 760 spectateurs. Mi-temps: 1-0.

Le but: Karapetian (29e).

Corners: 4 (4+0) pour le Progrès; 6 (4+2) pour Rodange.

Cartons jaunes: Ferino (40e, tacle sur Hornuss), Mutsch (84e, tacle sur Menaï) et Kerger (89e, tacle sur Boulahfari) au Progrès; Menaï (37e, faute sur Mutsch) et Ramdedovic (89e, rouspétances) à Rodange.

PROGRÈS: Flauss; Fiorani, Ferino, Karayer, Kerger; Vogel (75e Watzka); De Almeida, Françoise (61e Borges), Mutsch, Lafon (71e Barbaro); Karapetian.

Joueurs non alignés: O. Thill et Künzer.

Entraîneur: Paolo Amodio.

RODANGE: Machado; Marinelli (46e Korac), Dog, H. Ramdedovic, Planel; Bahovic (46e Tapé), Menaï, Makasso; Hornuss (79e L. Monteiro), El Guerrab, Boulahfari.

Joueurs non alignés: Goedert et A. Ramdedovic.

Entraîneur: Domenico Micarelli.



Sur le même sujet

4e journée de BGL Ligue: Le Fola accroché par le Progrès
Le leader accueillait le troisième du classement ce vendredi soir dans son stade Emile Mayrisch. Après avoir laissé le Progrès prendre les devants, le Fola à réussi à glaner le point du nul grâce à Gerson Rodrigues (1-1). Samir Hadji avait auparavant manqué un penalty.
Gerson Rodrigues (Fola Esch - 7) im Zweikampf mit Ismael Bouzid (Progres Niederkorn - 5)
/ Fussball BGL Ligue Luxemburg, 4. Spieltag, Saison 2016-2017 / 26.08.2016 /
CS Fola Esch-Alzette - FC Progres Niederkorn / 
Stade Emile Mayrisch, Esch-Alzette /
Foto: Ben Majerus
Football: La bonne opération du Progrès
Le Progrès, qui a encore manqué son entame de match, s'est fait surprendre par Strassen mais est parvenu à arracher un précieux succès face au promu sur le score de 4-2. Un résultat qui lui permet de passer son adversaire du jour au classement pour prendre la cinquième place et revenir à un point de la Jeunesse.
Dzenid Ramdenovicet ses partenaires du Progrès ont pris la cinquième place à l'UNA Strassen d'Edis Agovic.
Football: Thomas Berens (Mertert/Wasserbillig): «Une fin heureuse!»
Jouer mal et s'imposer ou bien jouer et s'incliner? Patrick Leogrande et Joël Reichling ont été confrontés à cette équation ce dimanche. René Rippinger, quant à lui, est choqué par le score et la physionomie de la rencontre. Thomas Berens n'a pas reconnu son équipe tout comme Patrick Gloden.
L'entraîneur-joueur de Mertert-Wasserbillig, Thomas Berens, n'est pas satisfait de la prestation de ses joueurs malgré le point pris à Bertrange.