Changer d'édition

Le Luxembourg tant bien que Malte
Sport 5 min. 22.03.2018 Cet article est archivé

Le Luxembourg tant bien que Malte

Gerson s'est enfermé dans la tenaille maltaise. Sans succès.

Le Luxembourg tant bien que Malte

Gerson s'est enfermé dans la tenaille maltaise. Sans succès.
Photo: Dominic Aquilina
Sport 5 min. 22.03.2018 Cet article est archivé

Le Luxembourg tant bien que Malte

Dan Da Mota décisif dans les arrêts de jeu.

Dominateur et plus entreprenant que Malte, le Luxembourg a émergé en fin de match grâce à un but de Da Mota dans les arrêts de jeu. Les Lions Rouges ont lancé leur préparation de façon laborieuse en vue de la Ligue des Nations. Mais une victoire n'a pas de prix.

à Malte, Christophe Nadin

Le match. Le Luxembourg a bien choisi son adversaire dans l'optique de la Ligue des Nations. Pour travailler la construction du jeu, Malte était le sparring-partner rêvé. La sélection locale n'a d'ailleurs jamais cherché à contester la possession du ballon aux Lions Rouges. Elle a laissé l'initiative dès les premières minutes en se retranchant dans son camp.

Encore fallait-il que les visiteurs trouvent les solutions pour s'approcher du but de Hogg. Le centre de Jans récupéré par Turpel dès la première minute offrait une première occasion qui finissait dans les gants du gardien maltais. Cinq minutes plus tard, la tête trop enlevée de Gerson sur un centre de Jans laissait présager d'une issue heureuse à court terme.

Un leurre. Pire, l'expérimenté Schembri a failli profiter d'un cafouillage entre Schon et Mahmutovic pour ouvrir la marque, mais le repli de Philipps sauvait le Luxembourg. Les occasion franches ont ensuite déserté un match disputé devant des tribunes vides.

Le second acte a présenté la même physionomie avec un Luxembourg supérieur mais très laborieux derrière le ballon. Débridée dans sa dernière demi-heure, la partie aurait pu basculer sur une frappe cadrée de Jans sauvée par le gardien. Elle le fit finalement dans son dénouement lorsqu'une tête de Deville repoussée par le gardien échouait dans les pieds de l'opportuniste Da Mota.

Les joueurs et leur note. Ralph Schon (5/10) n'a pas encaissé, mais n'a pas donné non plus de signe de sérénité. D'abord en hésitant sur une passe en retrait pas vraiment franche de Mahmutovic puis en cochonnant un dégagement au pied. Le dernier rempart a sorti du poing un dernier coup franc.

En défense, Chris Philipps (7) a commandé le trident avec facilité et aisance. Capable de se projeter vers l'avant, il a parfois apporté des solutions offensivement. A sa gauche, Lars Gerson (5) ne s'est pas départi de sa sobriété en première mi-temps. L'une ou l'autre approximation après la pause ont rendu sa copie moins propre. Enes Mahmutovic (3) s'est lui montré beaucoup moins à l'aise. Ses lacunes techniques n'ont pas favorisé une relance propre. Le maillon faible a laissé sa place à la pause à un Kevin Malget (5) peu mis en danger après le repos et auteur d'une reprise acrobatique qui aurait pu décider du match.

L'entrejeu a connu des hauts et des bas avec un Laurent Jans (6) au four et au moulin à droite. Pas toujours obligé de défendre, le professionnel de Waasland-Beveren a tantôt cherché la solution interne avec Vincent Thill, tantôt le débordement. Parfois même la frappe comme celle qui aurait pu faire mouche. A gauche, Dirk Carlson (5) a alterné les bonnes et les moins bonnes choses. Il lui a manqué la précision dans ses centres. Elément le plus reculé du milieu de terrain, Christopher Martins (6) a fait du bien en ventilant du jeu. Revers de la médaille, on ne l'a pas vu se projeter dans les espaces. A ses côtés ou un peu devant lui, Leandro Barreiro (5) a fêté sa première sélection avec aplomb. Sans se compliquer la tâche, il a compris qu'on pouvait entrer dans la cour des grands en jouant simplement. Remplacé par Danel Sinani.

Christopher Martins a fait la loi dans l'entrejeu.
Christopher Martins a fait la loi dans l'entrejeu.
Photo: Domenico Aquilina

En attaque, Gerson Rodrigues (5) a cherché la bonne formule à gauche, ne la trouvant que trop rarement. Assez peu de débordements et une propension à rentrer dans le jeu qui a parfois donné une impression d'embouteillage. Dan Da Mota est entré à sa place avec beaucoup d'envie et l'efficacité d'un vieux briscard. Vincent Thill (6) a connu plus de réussite à droite avec beaucoup de ballons touchés et une liaison performante avec Jans. Il lui a manqué la passe au laser dans la profondeur ou le coup franc magique. Enfin, Dave Turpel (5) aurait pu donner un tout autre relief à la rencontre dès la première minute. L'attaquant de Dudelange n'a pas toujours été servi bien à propos ensuite. Maurice Deville l'a relayé en pointe avec une tête qui décide du match.

Malte-Luxembourg 0-1

Stade Ta'Qali d'Attard, pelouse en bon état, temps venteux, arbitrage de M. Jorgji (ALB) assisté par MM. Barushi, Avdo, 1.000 spectateurs. Mi-temps: 0-0.

Le but: Da Mota (90+3).

Corners: 1 (1+0) pour Malte; 4 (1+3) pour le Luxembourg.

Cartons jaunes: S. Borg (67e, accroche Barreiro) et Farrugia (90e, altercation avec Malget) à Malte; Malget (90e, altercation avec Farrugia) et Jans (90+3, accrochage) au Luxembourg.

MALTE: Hogg; S. Borg, Agius, Pisani, Fenech (85e Beerman), Schembri (cap.) (72e Farrugia), R. Muscat (63e Zerafa), Z. Muscat, J. Borg, Gambin (76e Mifsud), Attard.

Joueurs non alignés: Bonello, Sultana, Johnson, Briffa, Camilleri, Arab, Effiong, Caruana.

Sélectionneur: Tom Saintfiet.

LUXEMBOURG: Schon; Mahmutovic (46e Malget), Philipps, Gerson; Jans (cap.), C. Martins (89e Skenderovic), Barreiro (76e Sinani), Carlson (76e Jänisch); V. Thill, Turpel (63e Deville), Rodrigues (63e Da Mota).

Joueurs non alignés: Cabral, Czekanowicz, M. Martins, Bohnert, Da Mota, Ostrowski, Hall.

Sélectionneur: Luc Holtz.

Tom Saintfiet (sélectionneur de Malte): «Je suis frustré. Le Luxembourg mérite peut-être sa victoire mais on aurait pu accrocher un match nul. Le Luxembourg récolte les fruits de son travail. Chez nous, la route est encore longue. »

Luc Holtz: «Je suis satisfait dans l'ensemble même si nous pouvons encore nous améliorer. Notamment dans les 16 mètres adverses. Avec un Joachim notamment. Je m'attendais à rencontrer une équipe maltaise aussi défensive mais pas à ce point.On leur fait tout de même deux cadeaux sur lesquels ils peuvent marquer. A force de vouloir faire la différence, on peut rencontrer un risque d'embouteillage. Oui, on a parfois eu une grosse densité de joueurs dans leur camp. Dans ce contexte, on doit être plus performants dans les appels de balles dans le dos des défenseurs. »


Sur le même sujet

Cruel: le Luxembourg battu dans les arrêts de jeu
Le Luxembourg s'est incliné (1-2) dans les arrêts de jeu face à l'Ukraine pour son deuxième match de la campagne. Une défaite cruelle tant les Lions Rouges ont séduit. Rodrigues, flamboyant, s'est transformé en héros malheureux en marquant contre son camp.
Kevin Malget, ici en duel avec Matviyenko s'est dépensé sans compter et s'est aussi offert une occasion trois étoiles.