Changer d'édition

Le jeu et les joueurs: Dave Turpel n'a pas (encore) l'instinct de «tueur»
Sport 6 min. 15.11.2014

Le jeu et les joueurs: Dave Turpel n'a pas (encore) l'instinct de «tueur»

Dave Turpel, ici face Tymoshchuk, aurait peut-être pu inverser le cours de cette rencontre face à l'Ukraine.

Le jeu et les joueurs: Dave Turpel n'a pas (encore) l'instinct de «tueur»

Dave Turpel, ici face Tymoshchuk, aurait peut-être pu inverser le cours de cette rencontre face à l'Ukraine.
Photo: Ben Majerus
Sport 6 min. 15.11.2014

Le jeu et les joueurs: Dave Turpel n'a pas (encore) l'instinct de «tueur»

L'équipe nationale a de nouveau pris son rendez-vous international par le bon bout. Le 4-4-2 mis en place par Luc Holtz, samedi soir, a failli se montrer payant par deux fois en début de match mais, idéalement placé, Dave Turpel  n'a pas trouvé les filets visiteurs. Yarmolenko, lui, s'est montré plus «tueur» et l'Ukraine s'est imposée 3-0. Dommage...

L'équipe nationale a de nouveau pris son rendez-vous international par le bon bout. Le 4-4-2 mis en place par Luc Holtz, samedi soir, a failli se montrer payant par deux fois en début de match mais, idéalement placé, Dave Turpel n'a pas trouvé les filets visiteurs. Yarmolenko, lui, s'est montré plus «tueur» et l'Ukraine s'est imposée 3-0. Dommage...

Jonathan Joubert (5/10) : une belle assurance dans les airs en début de rencontre, excepté le coup de chaud de la 25e minute et cette tête d'Oliynyk. Le portier dudelangeois a parfois péché dans la relance au pied mais a sorti des parades de toute beauté, sur la frappe fuyante de Shevshuk (32e) et à ras de terre pour écarter l'essai de Konoplyanka (36e). Il n'a rien pu faire sur l'ouverture du score de Yarmolenko, suite à un cafouillage monstre devant sa ligne, et n'a pu suivre que des yeux les deux frappes magnifiquement enroulées du joueur de Dynamo Kiev.

Laurent Jans (5,5) : à nouveau beaucoup d'engagement qui a forcément induit quelques déchets en phase de récupération et dans la construction. A aussi parfois pris quelques risques mal calculés quand il est parti balle au pied pour tenter d'apporter le surnombre mais a aussi sorti une balle bouillante dans ses 5,5m (24e).

Tom Schnell (5) : manifestement pas au top physiquement, il a paru parfois à bout de souffle. Après sa blessure, il manque logiquement de rythme mais, en joueur d'expérience, il a misé sur son placement pour compenser ses lacunes.

Maxime Chanot (5,5) : un match contrasté. Autant, le défenseur de Courtrai peut paraître impérial et rassurer toute l'arrière-garde, autant il peut commettre des imprécisions qui auraient pu être fatales comme cette interception de Yarmolenko dans le temps additionnel de la première période. Sa générosité l'a aussi porté vers l'avant et il aurait pu égaliser suite à la déviation de la tête de Gerson deux minutes après l'ouverture du score. Doit encore peaufiner ses automatismes avec Joubert et Schnell.

Mathias Jänisch (5) : évoluer derrière Chris Martins n'est pas forcément un cadeau tant le jeune Lyonnais est aimanté vers le but adverse.Son manque de vitesse a failli lui porter préjudice à la reprise devant Yarmolenko et si le Differdangeois a fait preuve de beaucoup d'intelligence lors des 45 première minutes il n'a pu que compter les points lorsque le milieu du Dynamo Kiev, parti de son côté gauche, a enroulé deux belles balles pour tromper Joubert.

Mario Mutsch (6) : sa grande polyvalence a amené Luc Holtz à cantonner le joueur de Saint-Gall sur le flanc droit. Pour sa 75e sélection, le capitaine a beaucoup oeuvré, s'est montré attentif dans son placement lors des montées de Jans mais n'a toujours pas réglé sa mire à l'image de sa frappe trop enlevée de la 67e. Idéalement lancé en profondeur par Martins (16e), il aurait pu se présenter seul face au gardien s'il n'avait marché sur le ballon dans sa course.

Dwayn Holter (6) : «la surprise du chef». On attendait Chris Philipps dans le coeur du jeu, on a eu droit au milieu de Greuther Fürth. Ce dernier n'a pas déçu (même s'il aurait pu se montrer plus tranchant sur le troisième but des visiteurs), se multipliant sur les points chauds et usant de son physique pour s'imposer. Une belle présence qui confirment ses débuts lors de cette campagne éliminatoires.

Lars Gerson (5) : le championnat suédois terminé et en fin de contrat, le grand numéro 7 a tout intérêt à se montrer sous son meilleur jour. Il l'a fait ce samedi soi, surtout lors des 45 premières minutes, en étant très complémentaire avec Holter.A baissé de peid en seconde période. Sa présence aux avant-postes aurait pu permettre à Chanot de conclure.

Christopher Martins (5) : la petite perle luxembourgeoise n'a peur de rien ni de personne. Averti dès la 11e minute pour une faute grossière sur Tymoshchuk, il n'a pas levé le pied. Il a cadré deux tentatives : un coup de tête (13e) et une frappe excentrée (30e) mais doit davantage s'impliquer défensivement pour ne pas mettre en péril l'organisation de son équipe. Daniel da Mota (6) a pris la relève à la 54e minute, a vu les Ukrainiens conforter leur avance mais aurait pu réduire le score à 1-3 si son centre-tir ne s'était écrasé sur l'équerre gauche de Pyatov (64e). Il a apporté ce qu'on attendait de lui : de la vitesse et du punch... sans oublier de défendre.

Stefano Bensi (6) : sur la lancée des prestations qu'il aligne depuis le début de saison, l'attaquant-vedette du Fola a évolué un cran au dessus en première période. Ses deux offrandes à Turpel aurait mérité un bien meilleur sort. A la 63e, Aurélien Joachim a fait son entrée et fait grimper son compteur à 50 sélections sans pouvoir se montrer décisif.

Dave Turpel (4) : malchance noire ou maladresse impardonnable, le jeune Dudelangeois aurait peut-être pu changer le cours de cette quatrième rencontre de groupe. Il s'est retrouvé à quelques dizaines de centimètres du but ukrainien après un magnifique service de Bensi mais s'est fait reprendre par Pyatov (13e) avant d'être à nouveau gâté par son partenaire d'attaque mais, seul face au but, il a trop croisé une frappe que tous les supporters voyaient au fond. Ses échecs sont à oublier au plus vite. Maurice Deville a fêté sa 18e capes en entrant en jeu pour le dernier quart d'heure.

L'adversaire : l'Ukraine a laissé passer l'orage d'un début de match très compliqué pour elle. Elle a su jouer de son expérience pour ouvrir le score après la demi-heure de jeu en profitant d'un beau cafouillage avant de laisser Andriy Yarmolenko, son joueur le plus dangereux samedi soir, placer deux magnifiques coups de patte pour s'offrir un hat-trick et assurer les trois points.

Didier Hiégel

Lire aussi: Yarmolenko mange du Lion Rouge.

Mario Mutsch: «On peut avoir des regrets»


Sur le même sujet

Sérieux jusqu'au bout
Même configuration, même résultat. L'équipe nationale a logiquement dominé une équipe de Saint-Marin toujours aussi faible sur le score de 3-0 ce lundi soir. Cette fois-ci, les hommes de Luc Holtz n'ont pas bradé leur fin de match.
Les Roud Léiwen ont fait le métier face à Saint-Marin et récupèrent la première place du Groupe 2.
Luxembourg - Cap-Vert 0-2 / Le jeu et les joueurs: Du calvaire de Carlson et Bohnert à l'assurance de Malget
Après une première demi-heure cauchemardesque, soldée par un débours de deux buts, la sélection a partiellement retrouvé ses esprits et sa... sérénité grâce à plusieurs changements et permutations opérées dans le jeu. Le flanc gauche expérimental Carlson - Bohnert a sombré, au sein d'une sélection qui est apparue émoussée après sa belle prestation contre la France samedi.
Dirk Carlson (Luxemburg - 13) wird frueh fuer Gerson Rodrigues (Luxemburg #14) ausgewechselt

/ Fussball, Freundschaftsspiel, Laenderspiel, Testspiel, Saison 2016-2017 / 28.03.2017 /
Luxemburg - Kapverden (Luxembourg vs Cap Vert, Cape Verde) / 
Stade Alphonse Theis, Hesperingen /
Foto: Ben Majerus