Changer d'édition

Le FC Metz se fait croquer par Lyon
Sport 4 min. 29.10.2017 Cet article est archivé
Ligue 1

Le FC Metz se fait croquer par Lyon

Fekir, ici en duel avec Poblete, a inscrit les deux buts qui ont permis aux Lyonnais de distancer le FC Metz.
Ligue 1

Le FC Metz se fait croquer par Lyon

Fekir, ici en duel avec Poblete, a inscrit les deux buts qui ont permis aux Lyonnais de distancer le FC Metz.
Photo: AFP
Sport 4 min. 29.10.2017 Cet article est archivé
Ligue 1

Le FC Metz se fait croquer par Lyon

Christophe NADIN
Christophe NADIN
Rapidement mené au score, le FC Metz a laissé Lyon s’emparer du succès (2-0). Un dixième revers en onze parties de Ligue 1 qui assombrit un peu plus le ciel grenat. Au moins, Frédéric Hantz sait où il met les pieds: le chantier est énorme.

Rapidement mené au score, le FC Metz a laissé Lyon s’emparer du succès (2-0). Un dixième revers en onze parties de Ligue 1 qui assombrit un peu plus le ciel grenat. Au moins, Frédéric Hantz sait où il met les pieds: le chantier est énorme.

Par Hervé Kuc

Le match et sa note. Il ne fallait attendre aucun miracle du déplacement du FC Metz à Lyon. Et sur ce point-là, personne n’a été déçu. Dominés dans tous les compartiments du jeu, asphyxiés par un adversaire autrement mieux armé, les hommes de José Pinot ont laissé l’OL prendre les devants de manière bien trop précoce.

Malgré une défense renforcée dans l’axe (Niakhaté, Philipps, Rivierez), les Messins ont vu Fékir s’enfoncer dans leur surface et mystifier Kawashima (1-0, 6e). Un peu plus de dix minutes plus tard, le même Fékir a profité d’un débordement de Tousart pour enfoncer le clou de près (2-0, 19e). La fin des haricots pour un onze grenat totalement inefficace dans la zone adverse et incapable de construire le moindre mouvement offensif au cours de la première période.

Ensuite, Lyon va délibérément laisser Metz s’emparer du ballon et Dossevi (65e) aurait pu permettre à son équipe de revenir un peu dans la partie. Une formation mosellane qui va faire meilleure figure dans le jeu sans pouvoir néanmoins s’approcher de manière franche du but de l’OL. Un 9/20 pour un nouveau revers qui a pris forme au cours des vingt premières minutes et qui va obliger Frédéric Hantz et ses nouveaux protégés à prendre le meilleur sur Lille dimanche prochain.

Les joueurs et leur note. Kawashima (4,5/10) est fautif sur le premier but lyonnais car il n’a pas su fermer l’angle de son but. Il est bien intervenu devant Cornet (88e). En défense, Balliu (4) n’a pas réussi à adresser un centre correct et a laissé Mariano lui filer sous le nez (50e). Rivierez (4) a été agressif mais a affiché des limites dans une position axiale qui ne lui va pas: Nguette est venu prendre le relais (81e). Niakhaté (5) s’est montré solide tout au long de la partie. Philipps (5) a été trop lent (12e) puis est intervenu avec détermination (44e). Il a récolté un carton jaune (48e) et a tenu bon physiquement jusqu’au terme de la rencontre. Assou-Ekotto (3,5) s’est fait avoir comme un «bleu» par Tousart sur le second but lyonnais et a semblé trop juste physiquement.

Au milieu, Poblete (6) a été actif, s’est efforcé de jouer souvent juste dans les pieds et a eu le grand mérite d’initier les rares offensives messines. Cafù (3) a multiplié les fautes, il a couru dans le vide et n’a jamais donné l’impression de se sentir à l’aise sur la pelouse. Sa relance dans l’axe et sur un Lyonnais (59e) reflète sa prestation. Il a logiquement cédé sa place à Vincent Thill (64e). Cohade (4) a essayé mais son jeu a été bien trop brouillon et confus pour apporter de la clarté au jeu grenat. Dossevi (5,5) aurait pu permettre aux siens de revenir dans la partie (65e), néanmoins il a lutté et a été un des rares à donner du rythme et de la technique au format grenat.

En attaque, Roux (3) a été transparent. Sevré de ballons et surtout laissé à l’abandon par sa formation. Triste destinée pour le meilleur buteur grenat (3 réalisations).

Pas un merci pour Hinschberger? Sous l’ère Carlo Molinari (jusqu’en 2009), le FC Metz était reconnu et vanté pour ses vertus familiales. Mais, ça, c’était avant. Limogé le dimanche 22 octobre 2017, Philippe Hinschberger n’a eu droit à aucun mot de reconnaissance de la part de la direction du club messin.

Pourtant, arrivé à Noël 2015, l’enfant du club (1977/1992) a permis au FC Metz d’accéder à la Ligue 1 puis de s’y maintenir. Franc du collier, son interview (Graoully Mag/Mirabelle TV) donnée quelques heures à peine après son éviction a été poignante et d’une incroyable honnêteté: il a même eu une classe folle en souhaitant le meilleur au FC Metz. La réciprocité n’a pas eu lieu.

Homme intelligent, connu et reconnu pour son parler-vrai et apprécié pour son absence de langue de bois, «Hinsch’» a été d’une totale transparence et correction pour tous les suiveurs que nous sommes. Malgré un début de saison raté (9 revers en 10 parties), il méritait une autre sortie. Merci Philippe Hinschberger.

53.921. Soit le nombre de spectateurs (guichets fermés) qui ont assisté à OL-FC Metz de ce dimanche. La recette? Des places à 10 euros pour les adultes et 7 euros pour les plus jeunes. Jean-Michel Aulas sait y faire. Certains présidents de club devraient en prendre de la graine.

Renaud Cohade émerge de la tête devant Kenny Tete
Renaud Cohade émerge de la tête devant Kenny Tete
Photo: AFP

Lyon - Metz 2-0

Groupama Stadium, très belle pelouse, temps frais, arbitrage de M. Millot, 53.921 spectateurs (guichets fermés). Mi-temps: 2-0.

Evolution du score: 1-0 Fékir (6e), 2-0 Fékir (19e).

Cartons jaunes: Cafù (42e), Philipps (48e), Rivierez (62e) à Metz; aucun à Lyon.

METZ: Kawashima; Balliu, Rivierez (81e Nguette), Niakhaté, Philipps, Assou-Ekotto; Poblete, Cafù (64e Thill), Cohade (cap.) Dossevi; Roux (63e Fernandez).

Joueurs non entrés en jeu: Didillon; Basin, Mollet, Niane.

LYON: Lopes; Marçal, Morel, Marcelo, Tete; Aouar (77e Maolida), Tousart; Fékir (cap.), Depay (67e Cornet), Traoré (68e Ndombelé), Mariano.

Joueurs non entrés en jeu: Gorgelin ; Rafael, Diakhaby, Ferri.


Sur le même sujet

Trop timide au cours du premier acte, le FC Metz a laissé Guingamp s’imposer (1-0). Une partition en pointillés pour un ensemble grenat diminué en attaque. Chris Philipps s’est blessé à la cuisse et les Messins ont fini le match en infériorité numérique.
Guingamp's French forward Yannis Salibur (R) vies with Metz' French defender Matthieu Udol during the French L1 football match Olympique de Marseille (OM) vs SC Bastia on May 20, 2017 at the Velodrome stadium in Marseille, southern France.  / AFP PHOTO / FRED TANNEAU
Joueur et entreprenant en première période, le FC Metz n’a pas pu contenir Lyon par la suite. Les Lyonnais ont accéléré et Lacazette, Ferri puis Tolisso ont fait craquer les hommes de Philippe Hinschberger (0-3). Un revers qu’il va falloir vite oublier pour se concentrer sur le déplacement à Bordeaux ce samedi.
Nabil Kekir et Chris Philipps / Football Ligue 1 France  /16ème journée  Saison 2016-2017 Match à rejouer  / 05.04.2017 / FC Metz vs Lyon / Stade Saint Symphorien, Metz / Photo : Michel Dell’Aiera
En manque d’inspiration et de créativité, le FC Metz a laissé Caen lui filer entre les pieds (0-3). Bisevac a vu rouge et le revers plonge le camp grenat dans le noir avant de recevoir Guingamp mercredi. Metz va-t-il retrouver la lumière ?
Le FC Metz n'a pas dissipé ses doutes sur la pelouse de Caen, sentant désormais le vent du boulet.
Apathique, désorienté et très mal embarqué (1-3), le FC Metz a pu compter sur deux têtes précises de Vion pour revenir de l’enfer (3-3). Un point qui vaut son pesant d’or avant d’aller défier Nancy mercredi prochain puis de recevoir Lyon trois jours plus tard.
Metz' players celebrate after scoring a goal during the French Ligue1 football match between Metz (FCM) and Lorient (FCL) on November 26, 2016 at Saint Symphorien stadium in Longeville-Les-Metz, eastern France.  / AFP PHOTO / Jean Christophe VERHAEGEN
Quatrième journée en Ligue 1
Dans une toute nouvelle configuration, le FC Metz a réussi à prendre le dessus sur Lyon (2-1) grâce à une fin de match de toute beauté. Avec cinq points en quatre matchs, les hommes d’Albert Cartier commencent bien leur début de parcours en Ligue 1. A Nice, le 13 septembre, il faudra confirmer ces jolies choses.
C'est la chenille qui redémarre... Ou presque! Saint-Symphorien s'est transformé en chaudron ce dimanche.