Changer d'édition

Le FC Metz s'enflamme face à Saint-Etienne
Sport 4 min. 17.01.2018 Cet article est archivé
Football

Le FC Metz s'enflamme face à Saint-Etienne

Emmanuel Rivière et les Grenats ont marché sur Loïc Perrin et Saint-Etienne. L'espoir renaît.
Football

Le FC Metz s'enflamme face à Saint-Etienne

Emmanuel Rivière et les Grenats ont marché sur Loïc Perrin et Saint-Etienne. L'espoir renaît.
Photo: AFP
Sport 4 min. 17.01.2018 Cet article est archivé
Football

Le FC Metz s'enflamme face à Saint-Etienne

Christophe NADIN
Christophe NADIN
Le FC Metz est métamorphosé. Face à une formation stéphanoise très décevante, les coéquipiers des excellents Cohade et Dossevi ont logiquement remporté la totalité de la mise (3-0) grâce à une première période endiablée.

Le FC Metz est métamorphosé. Face à une formation stéphanoise très décevante, les coéquipiers des excellents Cohade et Dossevi ont logiquement remporté la totalité de la mise (3-0) grâce à une première période endiablée. C’est à Monaco ce dimanche (17h) qu’il faudra essayer de réaliser un nouveau résultat positif.

Par Hervé Kuc

Le match et sa note. Pour une fois, le déluge messin n’est pas venu uniquement du ciel sur la pelouse de Saint-Symphorien. Face à des Verts très pâles, les hommes de Frédéric Hantz ont pris la rencontre à leur compte avec un enthousiasme, une précision et une offensive gourmande qui ont ravi l’ensemble de leurs supporters.

Une première période pleine et le seul regret des Messins aura été de ne pas avoir inscrit un troisième but. La première réalisation messine, réussie sur penalty par Rivière (1-0, 23e) a récompensé une équipe mosellane alerte et entreprenante (14 tirs dont 9 cadrés après 45 minutes). Une emprise qui va prendre plus de consistance par la frappe sèche et précise de Dossevi (2-0, 16e) sur un service en or de Roux. Ensuite, Rivière a eu deux opportunités en béton (21e et 27e) mais Moulin, le rempart stéphanois, a empêché l’attaquant grenat de faire à nouveau trembler les filets adverses.

Plus équilibrée, la seconde période va néanmoins revenir à nouveau au FC Metz qui va définitivement sceller l’affaire sur une tête rageuse de Roux (3-0, 77e) sur un service royal de Milicevic. Face à des Verts réduits à dix en fin de match (Hernani, expulsion 85e), les Messins ont géré leur partie avec beaucoup de brio et d’engagement. Un excellent 16/20 pour une formation qui a également soulagé (un peu) son goal-average. Son classement (20e, 15 points) ne lui autorise encore rien, mais sa qualité de jeu sera sa meilleure arme lors des futures et importantes joutes de Ligue 1.

Les joueurs et leur note. Kawashima (7/10) n’a rien eu à faire avant la quarante-quatrième minute de jeu et un double arrêt salvateur. Deux interventions nettes pour le gardien japonais qui rassure toute sa défense.

En défense, Rivierez (7) a évolué avec sérieux sur son flanc droit et peu à peu il retrouve un bon niveau de jeu. Niakhaté (6,5) a mal débuté sa partition et une ouverture ratée (8e) ne l’a pas aidé immédiatement à refaire surface. Il a progressivement repris des couleurs par la suite. Diagne (7,5) a produit sa meilleure prestation de la saison au poste de défenseur central même s’il a commis une faute d’inattention (44e) qui a failli coûter un but au FC Metz. Palmieri (7) a été bien meilleur que face à Dijon. Plus serein et plus posé sur son couloir gauche.

Au milieu, Mandjeck (7) a fait valoir son agressivité même s’il a perdu un ballon trop facilement (4e). Il s’est fait «sécher» à deux reprises et a laissé Poblete (68e) prendre le relais. Cohade (8,5) a effectué une première période parfaite. Seul son carton jaune pour contestation (37e) est venu poser un très léger voile sur sa très belle production. Il a récupéré un grand nombre de ballons et en a toujours fait une utilisation intelligente. Milicevic (7) est allé chercher le penalty qui a permis aux siens de prendre les devants puis a offert le dernier but grenat à Roux. Deux faits de jeu importants à porter au crédit d’un garçon qui respire le football et qui a laissé sa place à Balliu (90e). Dossevi (8,5) a une nouvelle fois fait parler sa classe naturelle. Elégant et efficace, fin dribbleur et centreur de grande qualité. Buteur et coéquipier modèle, il ne rechigne pas aux tâches défensives. Roux (8) s’est révélé être un vrai poison pour ses anciens coéquipiers. Il a offert à Dossevi le second but grenat, signé le troisième et ses nombreuses accélérations ont fait mal à un adversaire qui ne l’a pas épargné!

En attaque, Rivière (7) a placé une belle tête sauvée sur sa ligne de but par le Stéphanois Hamouma (7e) puis il a transformé le penalty grenat (13e) avec un grand calme. L’attaquant mosellan est en confiance et il aurait pu inscrire deux buts de plus. Un très bon match quand même. Niane (62e) est venu le relayer.

Roux et Milicevic, une belle complicité.
Roux et Milicevic, une belle complicité.
Photo: AFP

Metz - Saint-Etienne 3-0

Stade Saint-Symphorien, temps frais, bonne pelouse, arbitrage de M. Millot, 12.404 spectateurs. Mi-temps: 2-0.

Evolution du score: 1-0 Rivière (13e sp), 2-0 Dossevi (16e), 3-0 Roux (77e)

Cartons jaunes: Cohade (37e) à Metz; Moulin (12e), Dabo (37e), Hernani (83e) à Saint-Etienne

Carton jaune-rouge: Hernani (85e) à Saint-Etienne

  • METZ: Kawashima; Rivierez, Diagne, Niakhaté, Palmieri; Mandjeck (68e Poblete), Cohade (cap.), Milicevic (90e Balliu), Dossevi, Roux; Rivière (62e Niane).

Joueurs non entrés en jeu: Beunardeau; Selimovic, Philipps, Goudiaby.

  • SAINT-ETIENNE: Moulin; Pierre-Gabriel, M’Bengue (67e Monnet-Paquet), Perrin (cap.), Théophile-Catherine; Dabo (40e Beric), Diousse, M’Vila (67e Hernani), Hamouma, Cabella; J. Bamba.

Joueurs non entrés en jeu: Maisonnial; Lacroix, Gabriel, Maïga.



Sur le même sujet

Un temps timoré et surtout orphelin de Sunzu et Delaine, le FC Metz, avec Laurent Jans titulaire, a été mené (0-2) avant de revenir de nulle part (2-2). Une prestation en pointillés de la part d’un onze grenat peu sûr de lui, mais qui engrange néanmoins un très bon point avant d’accueillir Sochaux dans huit jours.
Farid Boulaya - FC Metz / Football, Coupe de la Ligue, France / 16ème de finale /  Saison 2018-2019  / 31.10.2018 / FC Metz vs Amiens  / Stade Saint Symphorien / Photo : Michel Dell’Aiera
Les hommes de Frédéric Hantz n’ont pas été payés de leurs efforts à Amiens. Son adversaire a pris le dessus sur penalty puis sur un but contre son camp de Selimovic (2-0). Fragile moralement, le FC Metz finira son parcours face à Bordeaux à Saint-Symphorien.
Fernando Avelar prend le meilleur sur Emmanuel Rivière. Amiens a émergé d'une courte tête.
Trop vite devancés au tableau d’affichage (1re), les Messins ont néanmoins réussi à prendre un point à Dijon (1-1) grâce à une réalisation de Nolan Roux (89e). Un résultat qu’il faudra transformer en succès lors de la réception de Saint-Etienne mercredi prochain (19h).
Vahid Selimovic et les Messins ont arraché un point dans les dernières minutes.
Dans une formule pourtant offensive sur le papier, le FC Metz n'a pas su prendre le meilleur sur Amiens qui lui a su se montrer efficace (0-2). Un septième revers qui place le club grenat dans une situation comptable funeste. Il manque beaucoup trop d'ingrédients au onze grenat pour espérer conserver une place parmi l'élite française.
Amiens' French forward Harrison Manzala (R) vies with Metz' Luxemburg defender Chris Philipps during the French L1 football match between Metz (FCM) and Amiens (ASC) on November 25, 2017, at the Saint-Symphorien stadium in Longeville-les-Metz, eastern France. / AFP PHOTO / FREDERICK FLORIN
Au terme d’une rencontre très disputée, le FC Metz a su contenir Saint-Etienne (0-0). En supériorité numérique (35e), les Messins auraient pu remporter la totalité de la mise si Mevlüt Erding (43e) avait su convertir en but une offrande de Nguette. Les hommes de Philippe Hinschberger iront à Toulouse le 19 novembre.
Ivan Balliu a signé sa meilleure prestation sous le maillot des Grenats mais cela n'a pas suffi pour prendre la mesure des Stéphanois.
Auteur d’une prestation cohérente et souvent de qualité, le FC Metz s’est néanmoins incliné à Rennes (0-1) et a vu deux de ses essais heurter le cadre adverse.
Chris Philipps (à gauche) et le FC Metz restent scotchés à la dernière place de la Ligue 1.