Changer d'édition

Le FC Metz s'effondre face à Montpellier et Barrios
Sport 4 min. 17.01.2015 Cet article est archivé
Football / Ligue 1

Le FC Metz s'effondre face à Montpellier et Barrios

Yeni N'Gbakoto a permis aux Messins de revenir dans le match. Mais les hommes d'Albert Cartier ont sombré après la pause.
Football / Ligue 1

Le FC Metz s'effondre face à Montpellier et Barrios

Yeni N'Gbakoto a permis aux Messins de revenir dans le match. Mais les hommes d'Albert Cartier ont sombré après la pause.
Photo: AFP
Sport 4 min. 17.01.2015 Cet article est archivé
Football / Ligue 1

Le FC Metz s'effondre face à Montpellier et Barrios

En manque de confiance, le FC Metz s'est incliné devant Montpellier (2-3) après avoir été en tête à la pause (2-1). Un revers fâcheux avant le prochain déplacement à Lyon, dimanche prochain.

En manque de confiance, le FC Metz s'est incliné devant Montpellier (2-3) après avoir été en tête à la pause (2-1). Un revers fâcheux avant le prochain déplacement à Lyon, dimanche prochain.

Le match et sa note

Comme souvent cette saison, le FC Metz est à la peine lorsqu'il s'agit d'aborder le premier quart d'heure de chaque acte du match. Imprécise, en manque de mobilité et dominée par un adversaire en confiance, la formation messine a logiquement encaissé un premier but (0-1, 17e) sur un penalty transformé par Barrios consécutif à une faute de N Daw. «On n'a pas fait l'entame que l'on souhaitait et Montpellier a été supérieur à nous», avouera Kevin Lejeune.

Heureusement, les Messins vont se reprendre et N'Gbakoto (1-1, 20e), sur penalty, va remettre le bateau à flot avant que Bussmann, d'une tête précise, sur un excellent service de Sarr, ne donne l'avantage aux Mosellans (2-1, 38e). Ensuite, Sarr est sorti, Falcon, Andrada et N'Sor sont entrés en jeu et le scénario a tourné à la tragédie. La faute au Montpelliérain Barrios, qui va profiter des largesses de la défense locale pour inscrire deux buts (53e et 69e) qui vont assommer une formation messine à côté de ses souliers. Le FC Metz a complètement raté sa seconde période: un 9/20 et une sacrée gueule de bois.

Les joueurs et leur note

Carrasso (6) n'a rien pu faire sur les deux buts encaissés par son équipe. Bussmann (6) a été présent, buteur et en a même perdu son short sur sa tête victorieuse. Rivierez (5,5) a mal débuté sa prestation (deux grosses fautes) avant de bien se reprendre. Milan (5) et Palomino (5) ont effectué une première période sérieuse avant de défaillir d'une manière incompréhensible. Au milieu, Malouda (5) a totalement disparu en seconde période, Lejeune a lutté (5,5) mais a fini par disparaître aussi. Sarr (5,5) a été sorti à la pause alors que le FC Metz menait (2-1). Etrange. Krivets (3) n'est plus que l'ombre du joueur arrivé sur les bords de la Moselle: fébrile, imprécis et, pour tout dire, totalement à côté de son sujet. N'Gbakoto (5) a marqué sur penalty mais n'a pas pesé assez sur la défense adverse.

L'homme du match

Le terme «homme du match» est un peu galvaudé mais Guirane N'Daw (7) a été le seul à faire preuve d'une bonne agressivité et ce dès les premiers instants de la partie. La "sentinelle  messine", c'est lui. Il a soigné ses relances, a secoué les Montpelliérains dans tous ses duels et a gardé un calme qu'il n'avait jamais encore affiché lors de ses premières apparitions sous le maillot grenat. Le système de jeu prôné (4-1-4-1) lui convient parfaitement. Bien sûr, le Montpelliérain Barrios, a été le véritable homme de la rencontre.

Jonathan Rivierez sous la pression d'Anthony Mounier. Le FC Metz a subi sa 11e défaite de la saison en L1.
Jonathan Rivierez sous la pression d'Anthony Mounier. Le FC Metz a subi sa 11e défaite de la saison en L1.
Photo: AFP

L'incompréhension du match

La sortie de Bouna Sarr à la pause. S'il n'a pas été flamboyant, le jeune joueur messin a néanmoins effectué une action de toute beauté qui avait permis à ses couleurs de prendre les devants (2-1). Insuffisant, apparemment, pour lui permettre de trouver grâce aux yeux d'Albert Cartier. La suite, on la connaît.

Les deux statistiques du match

Trois tirs au but et deux réalisations: le FC Metz a fait preuve d'un très grand réalisme, en première période, face à Montpellier. Un réalisme et un fort penchant pour les penalties: les Messins ont inscrit leurs quatre derniers buts à Saint-Symphorien sur ce mode opératoire. La onzième défaite du FC Metz, après 21 journées, est la plus douloureuse. Il faudra montrer autre chose à Lyon, le 25 janvier prochain.

Hervé Kuc

Metz - Montpellier 2-3

Stade Saint-Symphorien, temps froid, bonne pelouse, arbitrage de M. Castro, environ 17.000 spectateurs. Mi-temps: 2-1.

Evolution du score: 0-1 Barrios (17e sur pen.), 1-1 N'Gbakoto (20e sur pen.), 2-1 Bussmann (38e), 2-2 Barrios (53e), 2-3 Barrios (69e).

Cartons jaunes: aucun à Metz; Dabo (17e) à Montpellier.

METZ: Carrasso; Rivierez, Palomino, Milan (75e Andrada), Bussmann; N'Daw; Malouda (cap.), Lejeune, Krivets (60e N'Sor), Sarr (46e Falcon); N'Gbakoto.

Joueurs non entrés en jeu: Oberhauser, Métanire, Choplin, Philipps.

MONTPELLIER: Jourdren; Congré, Hilton (cap.), El Kaoutari, Dabo (87e S. Camara); Marveaux, Sanson, Mounier, Martin (67e Bérigaud), Lasne (77e Deplagne); Barrios.

Joueurs non entrés en jeu: Pionnier, Ribelin.


Sur le même sujet

Discipliné, inspiré et emmené par un impressionnant Mevlut Erding (3 buts), le FC Metz a logiquement distancé Nantes (3-0). Les hommes de Philippe Hinschberger s’invitent dans le trio de tête de la Ligue 1.
Mevlut Erding le bourreau du FC Nantes. L'attaquant grenat a inscrit un triplé  sur la pelouse de la Beaujoire.
Le FC Metz s'est incliné (0-2) face à une formation marseillaise en manque de confiance mais qui a su confier à Gignac le soin de mortifier les hommes d'Albert Cartier. Un revers qui va envoyer les Messins en Ligue 2 la saison prochaine. Inéluctable.
Metz' French defender Romain Metanire (R) vies for the ball with Marseille's Ghanaian forward Andre Ayew during the French L1 football match between Metz and Marseille on May 1, 2015 at the Saint Symphorien stadium in Longeville-Les-Metz, eastern France. AFP PHOTO / JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN
Agressifs mais naïfs, les Messins ont baissé pavillon face à des Stéphanois terriblement réalistes (2-3). Hamouma a fait du mal à un FC Metz qui a encaissé deux buts juste avant la pause avant de se réveiller ensuite.
FBL-FRA-LIGUE1-METZ-SAINT-ETIENNE
Indigeste en première période, le FC Metz s’est ensuite un peu repris mais a fini par abdiquer devant Evian-Thonon (1-2). Les Messins ont évolué en mode amical et ont fait franchement peine à voir sur la belle pelouse de Saint-Symphorien. Calamiteux. La Ligue 2 se rapproche très nettement.
Bouna Sarr du FC Metz (à.d.) et Evian's Kassim Abdallah.
Timide dans le jeu et très peu dangereux, le FC Metz a su néanmoins préserver son invincibilité à domicile face à Rennes (0-0). Un point heureux mais qui fait du bien au moral avant d’aller défier Saint-Etienne le 26 octobre. Le public messin a été exemplaire.
Gaetan Bussmann (gauche, FC Metz) en duel avec Vincent Pajot (Rennes).
Quatrième journée en Ligue 1
Dans une toute nouvelle configuration, le FC Metz a réussi à prendre le dessus sur Lyon (2-1) grâce à une fin de match de toute beauté. Avec cinq points en quatre matchs, les hommes d’Albert Cartier commencent bien leur début de parcours en Ligue 1. A Nice, le 13 septembre, il faudra confirmer ces jolies choses.
C'est la chenille qui redémarre... Ou presque! Saint-Symphorien s'est transformé en chaudron ce dimanche.