Changer d'édition

Le FC Metz ne pouvait pas plus face à Rennes
Sport 4 min. 18.10.2014 Cet article est archivé
Football / Ligue 1

Le FC Metz ne pouvait pas plus face à Rennes

Gaetan Bussmann (gauche, FC Metz) en duel avec Vincent Pajot (Rennes).
Football / Ligue 1

Le FC Metz ne pouvait pas plus face à Rennes

Gaetan Bussmann (gauche, FC Metz) en duel avec Vincent Pajot (Rennes).
AFP
Sport 4 min. 18.10.2014 Cet article est archivé
Football / Ligue 1

Le FC Metz ne pouvait pas plus face à Rennes

Timide dans le jeu et très peu dangereux, le FC Metz a su néanmoins préserver son invincibilité à domicile face à Rennes (0-0). Un point heureux mais qui fait du bien au moral avant d’aller défier Saint-Etienne le 26 octobre. Le public messin a été exemplaire.

Timide dans le jeu et très peu dangereux, le FC Metz a su néanmoins préserver son invincibilité à domicile face à Rennes (0-0). Un point heureux mais qui fait du bien au moral avant d’aller défier Saint-Etienne le 26 octobre. Le public messin a été exemplaire.

Le match et sa note. Les Messins n’étaient pas dans un grand soir face aux Rennais et cela s’est vu assez rapidement. Privés de Carrasso, Métanire, N’Daw, Lejeune, Falcon et Marchal, les joueurs d’Albert Cartier ont fait ce qu’ils ont pu et n’avaient pas les moyens d’aller chercher un succès que tout Saint-Symphorien espérait pourtant. Et les Rennais ont vite senti que son adversaire était à sa portée mais la tentative de Mexer de la tête (22e) est passée hors du cadre du but gardé par M’Fa puis le nouvel essai de Pedro Henrique, toujours de la tête, (44e) a fait frémir tout le stade. Le seul coup franc en force de Milan (31e) n’a pas réussi à rassurer Albert Cartier sur le potentiel de sa formation au cours d’un samedi soir frileux. Ensuite, les Messins ont été un peu plus entreprenants, même si le Rennais Pedro Henrique a frappé sur le poteau (55e), et si Doukouré (88e) aurait pu permettre au FC Metz d’enlever un succès inespéré. Un petit 11 sur 20 pour le point engrangé par un ensemble au courage qui ne se dément pas.

Les joueurs et leur note. M’Fa (6/10) a eu chaud en première période mais il a su rester concentré. Rivierez (5,5) n’a pas pu apporter offensivement mais a su se montrer sobre tandis que Bussmann (5,5) a été attentif. Dans l’axe, Milan (6) a vite été averti (12e) sur un tacle sévère mais s’est montré très solide, tout comme Choplin (6) qui a écopé avec beaucoup de calme. Au milieu, Malouda (5) a déçu car il a perdu trop de ballons, Doukouré (5,5) a paru en manque de repères et Sarr (5,5) a abusé de dribbles solitaires même si son envie d’aller percer le rideau rennais était manifeste. Kashi (6) a été très présent à la récupération, surtout en première période, alors que Krivets (5,5) n’a plus les jambes qu’il avait à son arrivée à Metz et sa très belle production face à Lyon. En attaque, Maïga (5) a semblé plus concerné par le jeu de sa formation même si une partie du public de Saint-Symphorien l’a sifflé lors de sa sortie du terrain.

L’homme du match. Le public de Saint-Symphorien. Dans une rencontre très compliquée, le FC Metz a pu compter, une nouvelle fois, sur le soutien sans faille d’un public en or massif. Les 18 074 spectateurs présents face à Rennes ont souvent retenu leur souffle et parfois croisé les doigts pour que M’Fa arrive à garder son but inviolé. Surtout, les encouragements nourris tout au long de la partie ont prouvé que la ferveur des tribunes est prête pour accompagner son équipe tout au long de la saison. Seule fausse note : les sifflets en direction de Maïga lors de sa sortie (82e).

Le fait du match. L’intervention plus que litigieuse de Johann Rivierez sur Grosicki : le latéral droit du FC Metz a retenu le joueur polonais du Stade Rennais par le bras tout en le déséquilibrant (33e) juste avant l’entrée de sa surface de réparation. L’homme en noir aurait très bien pu accorder un coup-franc aux Rennais et brandir un carton rouge en direction de Rivierez en position de dernier défenseur. Une mansuétude qui a sacrément fait les affaires des hommes d’Albert Cartier.

Le classement. Le FC Metz (6e, 15 points), avance un peu en Ligue 1 avant que ce dimanche et les trois rencontres au programme ne lui fassent, peut-être, perdre un rang au classement général. Qu’importe, avec quinze unités en poche après dix journées, le tableau de marche pour le maintien est largement respecté. Les Messins iront à Saint-Etienne, le dimanche 26 octobre (17h), pour y disputer une nouvelle partie compliquée. La Ligue 1 est, de toute façon, une compétition ardue.

Hervé Kuc

Metz - Rennes 0-0

Stade Saint-Symphorien, temps agréable, pelouse correcte, arbitrage de M. Lesage, 18 074 spectateurs.

Cartons jaunes : Milan (12e), Sarr (66e) à Metz ; aucun à Rennes

METZ : M’Fa ; Rivierez, Milan, Choplin, Bussmann (cap.) ; Kashi, Malouda (67e N’Gbakoto), Doukouré, Sarr, Krivets (78e Andrada) ; Maïga (82e Vion). Joueurs non entrés en jeu : Oberhauser ; Palomino, Philipps, Sido.


Sur le même sujet

Agressifs mais naïfs, les Messins ont baissé pavillon face à des Stéphanois terriblement réalistes (2-3). Hamouma a fait du mal à un FC Metz qui a encaissé deux buts juste avant la pause avant de se réveiller ensuite.
FBL-FRA-LIGUE1-METZ-SAINT-ETIENNE
Le FC Metz s'en va à Rennes (28e journée) ce samedi (20h) sans plus aucun fond de jeu ni certitudes dans les hommes en place. L'ex-Havrais Jonathan Rivierez (25 ans) veut pourtant continuer à croire à un improbable miracle. Les hommes d'Albert Cartier doivent remporter au moins six de leurs onze dernières parties s'ils veulent réaliser le plus beau: le maintien en Ligue 1.
Jonathan Rivierez ne sombre pas dans le défaitisme. Pour l'ex-Havrais, le maintien n'est pas une chimère.
Football / Après FC Metz - Nice (0-0)
Témoin privilégié et attentif des prestations messines à Saint-Symphorien, Denis Balbir croit en les valeurs de la maison messine pour réussir à se maintenir. Néanmoins, il pointe du doigt l’absence d’un buteur capable d’inscrire entre huit et dix buts par saison et se demande pourquoi le FC Metz n’a pas enrôlé Julien Feret (Caen), un temps sur les tablettes mosellanes.
Chris Philipps, ici au côté de Niklas Hult, s'est découvert des talents de patineur samedi soir. L'international luxembourgeois a bien plu à Denis Balbir.
En manque de confiance, le FC Metz s'est incliné devant Montpellier (2-3) après avoir été en tête à la pause (2-1). Un revers fâcheux avant le prochain déplacement à Lyon, dimanche prochain.
Yeni N'Gbakoto a permis aux Messins de revenir dans le match. Mais les hommes d'Albert Cartier ont sombré après la pause.
Convaincant pendant une heure (2-0), le FC Metz a ensuite souffert et a profité du penalty réussi par Malouda (90e) pour distancer Caen (3-2). Modibo Maïga a réussi un joli doublé et les hommes d’Albert  Cartier ont amélioré leur classement général (18 points). Samedi prochain, c’est à Toulouse (13e journée) que les Mosellans tenteront de confirmer.
En inscrivant deux buts, Modiba Maïga a fait taire ses détracteurs et offert trois points précieux aux Grenats.
Football / Onzième journée de Ligue 1
En difficultés face à Rennes samedi dernier, le FC Metz se rend à Saint-Etienne ce dimanche (17h) pour essayer de profiter du moindre relâchement d'un adversaire qui a du mal à marquer. Albert Cartier récupère N'Daw et Métanire mais va devoir trouver la bonne formule offensive en l'absence de Falcon.
Les Grenats compteront sur l'abattage de leur Biélorusse Sergeï Krivets dans la chaudron de Geoffroy-Guichard, ce dimanche