Changer d'édition

Le FC Metz méritait mieux à Reims
Sport 4 min. 22.02.2015 Cet article est archivé
Football / 26e journée de Ligue 1

Le FC Metz méritait mieux à Reims

Le coup de tête rageur de Sylvain Marchal n'a pas suffi à donner l'impulsion nécessaire aux Messins pour distancer de le Stade de Reims de Odair Fortes
Football / 26e journée de Ligue 1

Le FC Metz méritait mieux à Reims

Le coup de tête rageur de Sylvain Marchal n'a pas suffi à donner l'impulsion nécessaire aux Messins pour distancer de le Stade de Reims de Odair Fortes
AFP
Sport 4 min. 22.02.2015 Cet article est archivé
Football / 26e journée de Ligue 1

Le FC Metz méritait mieux à Reims

Déterminés, organisés et souvent audacieux, les Messins reviennent de Reims avec un point en poche (0-0) qui aurait pu largement se bonifier. Albert Cartier a innové dans le jeu et les hommes choisis n’ont pas démérité. Il faudra à tout prix distancer Evian-Thonon samedi prochain à Saint-Symphorien (27e journée).

Déterminés, organisés et souvent audacieux, les Messins reviennent de Reims avec un point en poche (0-0) qui aurait pu largement se bonifier. Albert Cartier a innové dans le jeu et les hommes choisis n’ont pas démérité. Il faudra à tout prix distancer Evian-Thonon samedi prochain à Saint-Symphorien (27e journée).

Le match et sa note. Le FC Metz a innové et son (nouveau) système de jeu basé sur un 4-1-4-1 équilibré et discipliné a plu. Bien en place, la formation messine a fait déjouer le Stade de Reims qui, lors des six dernières parties, n’a engrangé que deux points. Bien sûr, les hommes d’Albert Cartier ont courbé l’échine lorsque Métanire (9e) a sauvé un ballon brûlant juste devant la ligne du but de Carrasso. Bien sûr, les Messins ont soufflé un ouf de soulagement lorsque la claquette salvatrice de Carrasso (18e) a sauvé la mise. Mais, les Mosellans auraient également pu faire la différence après l’heure de jeu si les essais de Marchal, Métanire et Maïga (66e) avaient fait mouche. Un partage des points (0-0) qui ne fait pas les affaires messines mais le contenu et l’envie des onze joueurs alignés (Albert Cartier n’a effectué aucun changement) sont encore source d’espoir. Le FC Metz n’est pas résigné et c’est déjà ça. Un bon 14/20 pour une équipe messine qui a essentiellement buté sur Agassa, l’ex-gardien messin!

Les joueurs et leur note. Dans son but, Carrasso (6,5/10) a été à la hauteur, sauvant les siens d’une claquette précise (18e) puis s’est montré sûr en seconde période. Rivierez (6) a joué juste sur son flanc droit, apportant son soutien aux offensives messines. Dans l’axe défensif, Marchal (6,5) a joué sobrement et aurait pu marquer (65e) d’une jolie volée du droit tandis que Palomino (6,5) a fait valoir son engagement physique mais également ses interventions tranchées et tranchantes. Lejeune (6) a pris la place de Bussmann dans le couloir gauche et, comme à son habitude, il a montré beaucoup d’envie. Au milieu, Philipps (6,5) a joué avec calme et justesse dans une position solitaire. Devant lui, Doukouré (5,5) n’est pas encore au mieux de sa forme et a commis quelques fautes qu’il aurait pu éviter, Sarr (6,5) a touché beaucoup de ballons, a donné du rythme et a été adroit sur les coups de pied arrêtés qu’il a eu à exécuter. Dans un rôle inhabituel de joueur de couloir offensif, Romain Métanire a plu (6) car il a beaucoup couru, beaucoup donné et aurait mérité d’aller inscrire le but libérateur (66e). Enfin, en attaque, Modibo Maïga (7) a évolué seul mais le Malien possède un sacré coffre et son jeu «dos au but» constitue une valeur ajoutée. Malheureusement, l’attaquant messin ne marque pas.

Le fait du match. Les deux minutes folles du FC Metz! La reprise de volée de Marchal (65e), après un contrôle de la poitrine puis l’incursion de Romain Métanire qui, comme à Bastia, s’est présenté seul face au gardien adverse (66e), auraient dû permettre aux Grenats de prendre les devants. Soixante secondes plus loin, Modibo Maïga (67e) est venu également buter sur Agassa, l’ex-Messin, qui est intervenu avec détermination. Deux minutes qui auraient pu changer la face de la rencontre. Dommage.

L’homme du match. Ferjani Sassi (7,5). Le Tunisien joue de mieux en mieux: bien aidé par une technique en mouvements au-dessus de la moyenne messine et une envie de servir ses partenaires dans d’excellentes conditions. Il lui manque encore ce soupçon de confiance qui lui permettrait d’entrer plus souvent dans la surface adverse. Son entente avec Modibo Maïga saute aux yeux et elle pourrait déboucher sur d’agréables surprises tout au long des douze prochaines journées. Sarr et Maïga auraient également pu être désignés dans cette rubrique.

La phrase du président. Le président du FC Metz, Bernard Serin, a justifié le maintien d’Albert Cartier par cette phrase: «On ne cherche pas les coupables, on cherche les solutions. D’ailleurs, en ma qualité de président et d’actionnaire majoritaire du club, je suis en première ligne de ceux qu’on pourrait pointer du doigt.»

Hervé Kuc

Reims - Metz 0-0

Stade Auguste Delaune, temps frais, arbitrage de M. Bien, environ 13.000 spectateurs.

Cartons jaunes: Conté (49e) à Reims; Philipps (53e) et Palomino (61e) à Metz.

• REIMS: Agassa; Mandi, Conté, Tacalfred (cap.), Signorino; Devaux (66e Bourillon), Oniangué; Fortes (89e Glombard), Moukandjo, Charbonnier (74e N’Gog); De Préville.

Joueurs non entrés en jeu: Placide; Fofana, Roberge, Mavinga.

• METZ: Carrasso; Rivierez, Palomino, Marchal (cap.), Lejeune; Philipps; Sassi, Doukouré, Sarr, Métanire; Maïga.

Joueurs non entrés en jeu: Oberhauser, Bussmann, Milan, Krivets, Ikaunieks, N’Sor, Falcon.


Sur le même sujet

En manque de tout, le FC Metz a vacillé (0-2) puis repris des couleurs (2-2) face à Clermont ce vendredi soir. Une nouvelle soirée poussive après l'échec concédé face à Nîmes (1-2). Cette fois, il va falloir que le staff technique mosellan se penche très rapidement sur un problème majeur: l'absence d’un attaquant de qualité au sein de l’effectif grenat.
Yeni N'Gbakoto a relancé les Messins en réduisant l'écart à la 78e minute.
Auteur d’une prestation cohérente et souvent de qualité, le FC Metz s’est néanmoins incliné à Rennes (0-1) et a vu deux de ses essais heurter le cadre adverse.
Chris Philipps (à gauche) et le FC Metz restent scotchés à la dernière place de la Ligue 1.
Spectateur attentif de Metz-Guingamp (0-2), l’ex-Messin Marco Morgante n’a pas du tout aimé la partition des hommes d’Albert Cartier: déchets techniques trop élevés et défaillances individuelles trop nombreuses. 
Ferjani Sassi, l'éclair dans la grisaille grenat. Sera-ce suffisant pour repartir de l'avant?
Football / Après FC Metz - Nice (0-0)
Témoin privilégié et attentif des prestations messines à Saint-Symphorien, Denis Balbir croit en les valeurs de la maison messine pour réussir à se maintenir. Néanmoins, il pointe du doigt l’absence d’un buteur capable d’inscrire entre huit et dix buts par saison et se demande pourquoi le FC Metz n’a pas enrôlé Julien Feret (Caen), un temps sur les tablettes mosellanes.
Chris Philipps, ici au côté de Niklas Hult, s'est découvert des talents de patineur samedi soir. L'international luxembourgeois a bien plu à Denis Balbir.
Football / Coupe de France
Les Messins ont largement dominé une équipe spinalienne qui avait pourtant pris les devants (1-0) mais les hommes d’Albert Cartier ont fait parler leur expérience pour s’imposer facilement (2-1). Le FC Metz se qualifie ainsi pour les 16es de finale de la Coupe de France.
Kevin Lejeune et le FC Metz poursuivent leur route en Coupe de France. C'est bon pour le moral!
Football / Après la déconvenue des Grenats à Lorient
L'ex-gardien messin, Jean-Marc Rodolphe, reste perplexe après la sortie ratée du FC Metz à Lorient. L'incompréhension est palpable et le doute commence à transpirer des propos d'un garçon qui adore le club mosellan. Il faudra faire plus et mieux à Nantes ce mardi (21h) en Coupe de la Ligue puis devant Monaco en fin de semaine à Saint-Symphorien (19e journée de L1).
Falcon sur le banc! Jean-Marc Rodolphe ne remet pas en question les choix d'Albert Cartier.