Changer d'édition

Le FC Metz fait du surplace à Guingamp
Sport 4 min. 24.02.2018 Cet article est archivé

Le FC Metz fait du surplace à Guingamp

Le but de Mollet a lancé des Messins rejoints une première fois. Puis une seconde...

Le FC Metz fait du surplace à Guingamp

Le but de Mollet a lancé des Messins rejoints une première fois. Puis une seconde...
Photo: AFP
Sport 4 min. 24.02.2018 Cet article est archivé

Le FC Metz fait du surplace à Guingamp

Les Messins ont eu la possibilité de s’imposer à Guingamp (2-2). Malheureusement, les coéquipiers de Nolan Roux ont cédé à cinq minutes de la fin du match. Un partage des points qui ne fait pas du tout les affaires d’une équipe qui n’avance plus.

Par Hervé Kuc

Le match et sa note. Le FC Metz ne pouvait rêver d’une meilleure entame de partie à Guingamp. Après six minutes de jeu, le penalty transformé par Mollet, avec l’aide du poteau rentrant, a bien lancé les hommes de Frédéric Hantz. Un avantage de courte durée puisque moins d’un quart d’heure plus tard, Deaux est venu ajuster Kawashima (1-1, 22e) suite à une perte de balle de Cohade.

Timorée, la formation mosellane va laisser les Guingampais prendre la direction de la partie: Kawashima face à Salibur (25e et 60e) a fait le travail et le gardien japonais du FC Metz a soufflé un grand coup lorsque Marcus (52e) n’a trouvé que le petit filet de son but.

Et puis, les protégés de Frédéric Hantz vont profiter d’un corner superbement botté par Dossevi pour prendre l’avantage sur une tête smashée de Nolan Roux (2-1, 56e). Une avance que les Mosellans vont défendre crânement avant de céder lors des cinq dernières minutes. Un ballon flottant qui passe entre les jambes messines et qui profite à l’altruiste Deaux (2-2, 86e).

Une douche froide pour un ensemble grenat batailleur, courageux mais qui commet toujours autant de fautes défensives rédhibitoires. Frédéric Hantz, vivement chahuté par Antoine Kombouaré en fin de rencontre, sait que la route vers le maintien est emplie d’embûches. Seul le 10e but de la saison de Roux est venu égayer la soirée.

Un 11/20 tout de même pour un FC Metz (20e, 19) qui n’abdique pas mais les succès d’Angers à Lille et d’Amiens à Nantes font mal au classement. Toulouse arrive à Saint-Symphorien dans huit jours. L’espoir est-il encore de mise?

Les joueurs et leur note. Kawashima (6/10) a bien dégagé du pied droit un essai à bout portant de Grenier (6e) puis il s’est bien couché (14e) sur un ballon chaud bouillant avant de se tromper sur sa sortie aérienne (29e). Un bon match du gardien messin.

En défense, Balliu (5) a eu fort à faire face à Ngbakoto et Salibur. Le Catalan a multiplié les efforts pour s’en sortir convenablement. Niakhaté (4) s’est retrouvé en face d’un sacré client: Marcus Thuram. Si son père, Lilian, était un défenseur de haute gamme, Marcus s’avère être un attaquant de grande qualité. Selimovic (4) n’était pas dans un grand soir. Des relances trop imprécises, un placement aléatoire et une fébrilité peu coutumière. Sa faute sur Marcus (68e) lui a valu un carton jaune plus que mérité. Lempereur (6) a bien tenu son flanc gauche. Sérieux et appliqué, le jeune latéral gauche n’a commis aucune erreur. Une sortie propre.

Au milieu, Mandjeck (4) a écopé d’un nouvel avertissement et n’a pas réussi à équilibrer le jeu grenat. Cohade (5) a effectué une mauvaise tête de relance ce qui a permis à l’En Avant d’égaliser (22e). Il s’est montré actif mais pas percutant. Mollet (5) a eu le grand mérite de transformer le penalty grenat (1-0, 6e) avant de se blesser à la cuisse droite (40e). Rivière (4) a pris le flambeau (42e) sans apporter beaucoup au jeu de son équipe. Milicevic (4) a adressé le ballon qui a déclenché le penalty en faveur de sa formation. Le seul fait positif d’une sortie trop molle. Dossevi (5) a beaucoup défendu et ce dès le coup d’envoi. Il est à l’origine des deux buts du onze grenat ce qui lui vaut une note correcte mais pas extraordinaire.

Nolan Roux a soigné ses statistiques mais les Messins ne sont repartis qu'avec un point.
Nolan Roux a soigné ses statistiques mais les Messins ne sont repartis qu'avec un point.
Photo: AFP

En attaque, Roux (6) est à créditer d’un contrôle de classe sur le penalty accordé au FC Metz (6e) puis a contré un ballon de la poitrine (29e) en direction du rempart guingampais. Repositionné dans l’axe de l’attaque messine, il n’a pas été trop en vue avant d’être déplacé sur le flanc gauche dès l’entrée en jeu de Rivière. Sa tête smashée (2-1) lui offre un dixième but personnel.

Guingamp - Metz 2-2

Stade du Roudourou, très belle pelouse, temps froid, arbitrage de M. Brisard, environ 14.000 spectateurs. Mi-temps: 1-1.

Evolution du score: 0-1 Mollet (6e sp), 1-1 Deaux (22e), 1-2 Roux (56e), 2-2 Deaux (86e)

Cartons jaunes: Ngbakoto (30e), Salibur (75e), Ikoko (77e) à Guingamp; Balliu (20e), Mandjeck (45e), Selimovic (68e), Dossevi (83e) à Metz

METZ: Kawashima; Balliu, Niakhaté, Selimovic, Lempereur; Mandjeck, Cohade (cap.), Milicevic (56e Boulaya), Dossevi, Mollet (42e Rivière); Roux.

Joueurs non entrés en jeu: Beunardeau; Rivierez, Poblete, Nguette, Niane.

GUINGAMP: Johnsson; Ikoko, Kerbrat (cap.), Eboa Eboa, Rebocho; Deaux, Phiri (61e Benezet), Grenier (83e Diallo), Ngbakoto (70e Blas), Salibur; Thuram.

Joueurs non entrés en jeu: Caillard; Sorbon, Didot, Giresse.


Sur le même sujet

Un temps timoré et surtout orphelin de Sunzu et Delaine, le FC Metz, avec Laurent Jans titulaire, a été mené (0-2) avant de revenir de nulle part (2-2). Une prestation en pointillés de la part d’un onze grenat peu sûr de lui, mais qui engrange néanmoins un très bon point avant d’accueillir Sochaux dans huit jours.
Farid Boulaya - FC Metz / Football, Coupe de la Ligue, France / 16ème de finale /  Saison 2018-2019  / 31.10.2018 / FC Metz vs Amiens  / Stade Saint Symphorien / Photo : Michel Dell’Aiera
Les hommes de Frédéric Hantz n’ont pas été payés de leurs efforts à Amiens. Son adversaire a pris le dessus sur penalty puis sur un but contre son camp de Selimovic (2-0). Fragile moralement, le FC Metz finira son parcours face à Bordeaux à Saint-Symphorien.
Fernando Avelar prend le meilleur sur Emmanuel Rivière. Amiens a émergé d'une courte tête.
Longtemps devant, le FC Metz a fini par craquer face à Angers (1-2) dans le temps additionnel. Un revers qui envoie pour de bon le club de Bernard Serin en Ligue 2. Les deux prochains matchs de championnat compteront pour du beurre.
Metz' French forward Emmanuel Riviere (R) vies for the ball with Angers' French midfielder Baptiste Santamaria  during the French Ligue 1 football match between Metz (FCM) and Angers (ASCO) on May 6, 2018 at Saint Symphorien stadium in Longeville-Les-Metz, eastern France.  / AFP PHOTO / JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN
Le FC Metz est métamorphosé. Face à une formation stéphanoise très décevante, les coéquipiers des excellents Cohade et Dossevi ont logiquement remporté la totalité de la mise (3-0) grâce à une première période endiablée.
Emmanuel Rivière et les Grenats ont marché sur Loïc Perrin et Saint-Etienne. L'espoir renaît.
En infériorité numérique (52e), le FC Metz n’a pas trouvé les ressources nécessaires pour contrer Nantes vainqueur 1-0. Nolan Roux a envoyé sa seconde tentative sur penalty (90+4) dans les nuages...après l’avoir pourtant transformée la première fois.
Benoît Assou-Ekotto victime de sa réputation? Le latéral messin a de nouveau vu rouge ce samedi.
Trop timide au cours du premier acte, le FC Metz a laissé Guingamp s’imposer (1-0). Une partition en pointillés pour un ensemble grenat diminué en attaque. Chris Philipps s’est blessé à la cuisse et les Messins ont fini le match en infériorité numérique.
Guingamp's French forward Yannis Salibur (R) vies with Metz' French defender Matthieu Udol during the French L1 football match Olympique de Marseille (OM) vs SC Bastia on May 20, 2017 at the Velodrome stadium in Marseille, southern France.  / AFP PHOTO / FRED TANNEAU