Changer d'édition

«Le FC Metz doit prendre six points en deux matchs»
Sport 4 min. 19.02.2015 Cet article est archivé
 Football / Xavier Schmitt préface Reims - FC Metz

«Le FC Metz doit prendre six points en deux matchs»

Florent Malouda ne sera pas de trop pour ramener de la sérénité dans les rangs messins
 Football / Xavier Schmitt préface Reims - FC Metz

«Le FC Metz doit prendre six points en deux matchs»

Florent Malouda ne sera pas de trop pour ramener de la sérénité dans les rangs messins
AFP
Sport 4 min. 19.02.2015 Cet article est archivé
 Football / Xavier Schmitt préface Reims - FC Metz

«Le FC Metz doit prendre six points en deux matchs»

Le FC Metz se rend à Reims ce dimanche (17h) avec le fol espoir d'y cueillir un succès qui lui permettrait d’y croire encore un peu. Xavier Schmitt, porte-parole de Génération Grenat, préface l’opposition et se veut réaliste: «et si les joueurs actuels n'avaient tout simplement pas les qualités pour évoluer en Ligue 1?».

Le FC Metz se rend à Reims ce dimanche (17h) avec le fol espoir d'y cueillir un succès qui lui permettrait d’y croire encore un peu. Xavier Schmitt, porte-parole de Génération Grenat, préface l’opposition et se veut réaliste: «et si les joueurs actuels n'avaient tout simplement pas les qualités pour évoluer en Ligue 1?».

• Xavier Schmitt, que vous inspire le classement actuel du FC Metz?

Finalement, il me surprend peu. Ce n'est pas une réelle surprise puisque dès le départ on savait que cela allait être compliqué. Nous avons été bluffés par le début de saison et ces succès acquis face à Lyon (2-1) ou Guingamp (1-0) où l'équipe a pu jouir d'un maximum de réussite. A l'époque, nous avions cinq opportunités de marquer et on "plantait" deux ou trois buts. Aujourd'hui, nous avons en moyenne trois opportunités mais nous sommes totalement stériles. La différence est surtout là même si on est également en souffrance en défense.

• Croyez-vous toujours au maintien?

Tant que mathématiquement nous sommes encore dans le coup il faut y croire mais maintenant il faut absolument réaliser deux "gros" résultats à Reims ce dimanche puis face à Evian-Thonon en fin de mois. Le FC Metz doit prendre six points en deux matchs! Sinon, le maintien deviendrait irréalisable. On ne peut pas attendre la 30e journée pour à nouveau gagner un match.

• En voulez-vous aux joueurs?

Non car ces garçons font le maximum. A une époque, on pouvait leur en vouloir et un joueur comme Nasser Ouaddah (2005/2006) a littéralement lâché l'équipe. Là, oui, tu peux être amer et agacé. J'estime que les éléments que l'on voit évoluer ne trichent pas, ils donnent le maximum mais cela ne suffit pas, bien évidemment. Et si les joueurs actuels n'avaient tout simplement pas les qualités pour évoluer en Ligue 1? Techniquement et tactiquement, nous sommes loin du compte.

• Et à Albert Cartier?

Albert a repris une équipe en déroute. Nous sommes montés de deux divisions en deux ans et cela a peut-être été trop rapide. J'ai une totale confiance en lui, même si je m'interroge quand je vois Bouna Sarr sortir à la mi-temps du match face à Montpellier.

Propos recueillis par Hervé Kuc

L’enjeu de la partie. Albert Cartier a choisi de travailler avec un groupe de vingt joueurs le matin et un second de neuf joueurs l’après-midi. «Pour préparer au mieux le match face à Reims». Histoire également de fouetter les énergies, les ego et les rancœurs de certains. Le FC Metz (20e, 21 points) coule à pic et s’il ne redresse pas immédiatement la barre, les futures joutes à Saint-Symphorien compteront pour du beurre et seront saluées comme il se doit par le restant de fidèles et surtout par les 12.500 abonnés qui pourraient se sentir sacrément lésés par le produit vendu l’été dernier. Face à Reims, Albert Cartier se passera de N'Daw (suspendu) et (certainement?) des neuf «lofters» (M'Fa, Choplin, Rocchi, Kashi, N'Gbakoto, Andrada, Vion, Ben Youssef). A l'aller, les partenaires de Falcon avaient su être réalistes et inspirés (3-0): il est grand temps de recouvrer ses deux vertus essentielles dans le football actuel.

Le groupe probable: Carrasso et Oberhauser; Bussmann, Marchal, Milan, Palomino, Métanire, Rivierez; Philipps, Doukouré, Sassi, Lejeune, Sarr, Krivets, Malouda, Ikaunieks; Falcon, Maïga, N'Sor.

Le prono de la rédaction. Nous accorderons deux derniers crédits au groupe confié à Albert Cartier: ce dimanche à Reims puis le samedi 28 février à l’occasion de la venue d’Evian-Thonon (27e journée). Etant donné que «le match le plus important de la saison» face à Guingamp a été manqué, les Messins sont au bord du précipice et ont un pied en Ligue 2. Par conséquent, un succès à Reims (1-0) constitue le seul début de remède au profond mal qui ronge le club mosellan. Allons-y pour un succès grenat. Timidement.


Sur le même sujet

Le FC Metz accueille Toulouse ce samedi (20h) à l'occasion de la 31e journée de Ligue 1. Stéphane Borbiconi préface la rencontre, souhaite voir un onze grenat déterminé à bien finir un exercice qui s'éternise. Pour lui, c'est certain, les dirigeants travaillent déjà sur la prochaine saison en L2.
Albert Cartier n'est pas du genre à lâcher le morceau. Le coach grenat exigera des résultats jusqu'au bout du championnat.
Football / L'invité du jour avant Metz-Evian
Remplaçant puis à nouveau titulaire et capitaine du FC Metz, Sylvain Marchal (35 ans) ne manie pas la langue de bois: Metz doit vaincre ou songer franchement à réintégrer la Ligue 2. Le défenseur central messin affiche calme, sérénité et détermination.
Sylvain Marchal met les valeurs messines en avant pour fouetter l'égo des Grenats
Football / Avant le déplacement des Grenats à Reims
Albert Cartier et ses hommes préparent le déplacement à Reims (dimanche à 17h) en ayant définitivement tourné la page guingampaise. Le technicien messin a décidé de scinder son groupe de vingt-neuf joueurs en deux (20 et 9). Florent Malouda devrait faire partie de l’expédition rémoise.
Albert Cartier, ici avec le coach bastiais Ghislain Printant, va devoir trouver les mots justes pour remobiliser ses troupes à quelques jours d'un déplacement qui ressemble à celui de la dernière chance
Football / Après FC Metz - Nice (0-0)
Témoin privilégié et attentif des prestations messines à Saint-Symphorien, Denis Balbir croit en les valeurs de la maison messine pour réussir à se maintenir. Néanmoins, il pointe du doigt l’absence d’un buteur capable d’inscrire entre huit et dix buts par saison et se demande pourquoi le FC Metz n’a pas enrôlé Julien Feret (Caen), un temps sur les tablettes mosellanes.
Chris Philipps, ici au côté de Niklas Hult, s'est découvert des talents de patineur samedi soir. L'international luxembourgeois a bien plu à Denis Balbir.
Football / Après Lens - FC Metz
L'ex-Messin Phillipe Piette (56 ans) a suivi avec intérêt le succès lensois face au FC Metz (2-0). Il a confiance en la rigueur d'Albert Cartier pour redresser la barre face à Bordeaux puis à Marseille.
«Je suis beaucoup plus inquiet de l'avenir du RC Lens que celui du FC Metz», estime Philippe Piette.
Observateur de choix lors de l'opposition entre le FC Metz et Caen (3-2), Denis Balbir (55 ans) a apprécié l'état d'esprit et la solidarité des hommes d'Albert Cartier. Résidant à Metz depuis six ans, le présentateur actuel de M6 a suivi les joueurs d'Albert Cartier du National à la Ligue 1. Il tresse des louanges à Malouda, Métanire et Maïga mais égratigne les groupes de supporters messins grévistes.
Denis Balbir est un fidèle de Saint-Symphorien.