Changer d'édition

Le FC Metz contient Caen
Sport 3 min. 21.03.2015 Cet article est archivé
Football / Ligue 1

Le FC Metz contient Caen

N'golo Kante en duel avec Gaetan Bussmann. Les Messins n'ont plus gagné depuis 18 matches.
Football / Ligue 1

Le FC Metz contient Caen

N'golo Kante en duel avec Gaetan Bussmann. Les Messins n'ont plus gagné depuis 18 matches.
Photo: AFP
Sport 3 min. 21.03.2015 Cet article est archivé
Football / Ligue 1

Le FC Metz contient Caen

Bien organisé, mais toujours en manque d'efficacité, le FC Metz a pris un point à Caen (0-0) qui ne le sauvera pas de la descente en mai prochain. Une solidité d'ensemble qui servira les hommes d'Albert Cartier lors des prochaines joutes qui s'annoncent bien plus périlleuses. Les Messins accueilleront Toulouse le 4 avril.

Bien organisé, mais toujours en manque d'efficacité, le FC Metz a pris un point à Caen (0-0) qui ne le sauvera pas de la descente en mai prochain. Une solidité d'ensemble qui servira les hommes d'Albert Cartier lors des prochaines joutes qui s'annoncent bien plus périlleuses. Les Messins accueilleront Toulouse le 4 avril.

Le match et sa note. Le FC Metz a le chic, depuis de longs mois, pour énerver au plus haut point lors des quarante-cinq premières minutes. Regroupée dans ses vingt-cinq mètres, l'équipe d'Albert Cartier n'a, au cours du premier acte, tiré qu'une seule fois au but: la frappe de Sarr (30e) a atterri dans la tribune caennaise. Stérile, le jeu messin a pourtant embêté Caen, incapable d'accélérer et dont l'unique fait de jeu aura consisté en une frappe tendue de Kanté (36e) repoussé des deux mains par M'Fa, le gardien grenat.

Pauvre au niveau du jeu, la partie a néanmoins pris du rythme lors du second acte et si le Caennais Lemar a touché la barre du but messin (47e), Maïga aurait pu également faire vibrer les filets adverses mais son essai du gauche a échoué dans les gants de Vercoutre. Plus alerte mais aussi très décousue, la partie aurait pu permettre aux Messins d'arracher la décision mais ni la tentative de Métanire (80e) ni la frappe sèche de Kashi (90+2) n'ont permis de goûter au succès. Un correct 12/20 pour un ensemble grenat qui ne renonce absolument pas mais qui affiche toujours les mêmes limites.

Les joueurs et leur note. M'Fa (6,5/10) a été sobre, propre dans chacune de ses interventions et la barre (48e) est venue à sa rescousse. Bussmann (4) est à la peine depuis de longues semaines, remplacé à la pause par Maïga (46e) qui s'est immédiatement signalé par une frappe trop écrasée (47e). Dans l'axe de la défense, Marchal (6) a été très présent, intervenant souvent avec lucidité et a soigné ses relances. Palomino (5,5) a valu par des interventions physiques comme les aime l'Argentin. Métanire (5) a peiné dans son jeu offensif mais s'est rattrapé en étant solide sur l'homme. Souvent à terre, il a payé de sa personne.

Au milieu, Kashi (6) a remplacé le Luxembourgeois Philipps dans un rôle de relanceur: l'international algérien est revenu dans le onze de base après une longue mise à l'écart et il a eu à cœur de soigner son retour et aurait pu arracher la décision sur une frappe puissante (90+2). Sassi (6) aime jouer au foot, soigne toutes ses passes mais ne trouve pas le soutien voulu à côte de lui. Malouda (4,5) a été discret malgré ses déclarations d'avant-match. Lejeune (5) est vaillant mais peine à se montrer décisif car la lenteur de son jeu le pénalise sacrément. Sarr (4) a touché trop peu de ballons et n'a pas affiché une grosse envie.

Enfin, en attaque, N'Gbakoto (3,5) n'est pas un attaquant axial a laissé seul. Malgré des efforts certains, l'ex-capitaine messin (Ligue 2) n'a pas pesé lourd dans les débats.

Le fait du match. Le FC Metz ne gagne plus et tout le monde le sait maintenant. Sa 18e sortie sans succès n'a pas été la plus mauvaise de la saison même si le contenu de la première période a été pauvre. La venue de Toulouse (samedi 4 avril) marquera la fin d'un cycle complet (19 matchs) et il serait de bon ton d'arrêter la terrible série car ensuite, les partenaires de Marchal devront se farcir, entre autres, Bordeaux (25 avril), Paris (28 avril), Marseille (2 mai) et Monaco (16 mai), tous concernés par la course à l'Europe.

Hervé Kuc

Caen - Metz 0-0

Stade Michel d'Ornano, temps frais, belle pelouse, arbitrage de M. Castro, 15.819 spectateurs.

Aucun carton jaune.

CAEN: Vercoutre; Appiah, Yahia, Saad, Imorou ; Seube, Kanté, Feret (cap.) (61e Nangis), Bazile (69e Koïta), Lemar (76e Privat); Sala.

Joueurs non entrés en jeu: Perquis; Calvé, Adéoti, Benezet.

METZ: M'Fa; Métanire, Marchal (cap.), Palomino, Bussmann (46e Maïga); Kashi; Lejeune, Malouda, Sassi, Sarr (89e Andrada); N'Gbakoto.

Joueurs non entrés en jeu: Oberhauser; Rivierez, Milan, Philipps, Ikaunieks.


Sur le même sujet

Dominateurs dans le jeu mais en manque d’efficacité en première période, les Messins ont néanmoins su écarter Dijon (2-1) pour s’offrir une vraie bouffée d’oxygène. Sarr et Diabaté ont été les buteurs d’une formation qui a souffert en fin de partie. Ce samedi c’est à Monaco que le FC Metz ira ferrailler.
Poison pour la défense dijonnaise, Ismaila Sarr a montré la voie à suivre aux Messins.
En manque de tout, le FC Metz a vacillé (0-2) puis repris des couleurs (2-2) face à Clermont ce vendredi soir. Une nouvelle soirée poussive après l'échec concédé face à Nîmes (1-2). Cette fois, il va falloir que le staff technique mosellan se penche très rapidement sur un problème majeur: l'absence d’un attaquant de qualité au sein de l’effectif grenat.
Yeni N'Gbakoto a relancé les Messins en réduisant l'écart à la 78e minute.
Dominateur mais partiellement inefficace, le FC Metz n’a ramené qu’un point de son déplacement à Brest (1-1) alors que la totalité de l’enjeu lui tendait les bras. Un résultat qui oblige les hommes de José Riga à faire du surplace au classement. Prochain rendez-vous le 16 octobre à Saint-Symphorien avec la venue de Clermont.
Jose Palomino, l'homme du match côté messin
Auteur d’une prestation cohérente et souvent de qualité, le FC Metz s’est néanmoins incliné à Rennes (0-1) et a vu deux de ses essais heurter le cadre adverse.
Chris Philipps (à gauche) et le FC Metz restent scotchés à la dernière place de la Ligue 1.
Football / 24e journée en Ligue 1
Discipliné et combatif, le FC Metz a pourtant subi la loi de Bastia (2-0) car le Messin Milan s’est fait expulser (50e). Les hommes d’Albert Cartier, derniers de Ligue 1, vont passer une sale semaine avant d’accueillir Guingamp dimanche prochain. La situation est grave.
Chris Philipps tente de freiner Guillaume Gillet, mais Bastia a contourné facilement l'obstacle messin
Football / Dix-huitième journée en Ligue 1
Totalement transparent à Lorient, le FC Metz a pris une claque de la part de son adversaire (3-1). Un calvaire visuel et des grosses lacunes qu’il va vite falloir gommer avant d’aller à Nantes mardi en Coupe de la Ligue puis de recevoir Monaco, le 20 décembre, en championnat. Le chantier est énorme et la mission périlleuse. Le rouge est mis.
Le gardien lorientais Benjamin Lecomte fait la loi dans ses 16 mètres. Les Messins ont cruellement manqué d'arguments pour mettre les Bretons en péril.