Changer d'édition

Le FC Metz blanc comme neige face à Nice
Sport 4 min. 31.01.2015 Cet article est archivé
23e journée en Ligue 1

Le FC Metz blanc comme neige face à Nice

Des fortes chutes de neige au Stade Saint-Symphorien.
23e journée en Ligue 1

Le FC Metz blanc comme neige face à Nice

Des fortes chutes de neige au Stade Saint-Symphorien.
AFP
Sport 4 min. 31.01.2015 Cet article est archivé
23e journée en Ligue 1

Le FC Metz blanc comme neige face à Nice

Perturbée par de fortes chutes de neige, l’opposition entre le FC Metz et l’OGC Nice a débouché sur un score prévisible (0-0). Guirane N’Daw (26e) aurait pu offrir un succès à une formation messine qui a beaucoup donné mais qui, au final, n’a pas beaucoup reçu. La seconde période a été une parodie de football.

(HK) - Perturbée par de fortes chutes de neige, l’opposition entre le FC Metz et l’OGC Nice a débouché sur un score prévisible (0-0). Guirane N’Daw (26e) aurait pu offrir un succès à une formation messine qui a beaucoup donné mais qui, au final, n’a pas beaucoup reçu. La seconde période a été une parodie de football.

Le match et sa note. Les joueurs messins ne sont pas abattus, ils y croient encore mais les conditions climatiques ont faussé la tenue de ce Metz-Nice (0-0). Puni par un arbitrage pointilleux dimanche dernier à Lyon (0-2), le FC Metz a cette fois été clairement desservi par la neige qui est tombée en abondance un peu avant la pause. La belle frappe de Lejeune (6e) mais surtout la tentative de la tête de N’Daw (26e) auraient pu offrir un avantage mérité aux hommes d’Albert Cartier, décidés à enclencher la marche avant face à un OGC Nice très frileux. Ensuite, la neige a commencé à tomber timidement pour finir par recouvrir la pelouse du stade Saint-Symphorien d’un joli blanc manteau qui n’a plus du tout permis aux Grenats de jouer au football. Dommage, car les partenaires de Marchal, qui a forcé Maupay à voir rouge (73e) étaient armés des meilleures intentions. La seconde période n’a donc rien produit, car la partie aurait dû être rejouée et la note du match est à l’image du temps : blanc comme neige.

Les joueurs et leur note. Carrasso (5,5/10) n’a rien eu à faire puisque les Niçois n’ont pas cadré un seul tir. Le revenant Métanire (6) avait du jus, Marchal (6,5) a été dans le ton, provoquant l’inexpérimenté Maupay, tandis que Palomino (5,5) a valu par son physique. Bussmann (5) a été dans le ton. Au milieu, N’Daw (5,5), Philipps (5,5), Lejeune (6) et Sarr (6,5) ont lutté, mais en pure perte. En attaque, N’Gbakoto (6) a été saignant tandis que N’Sor a montré des limites (4,5). Des notes subjectives, qui se prêtent à la critique et aux commentaires : on en convient aisément. Tombe la neige et le FC Metz ne parvient plus à gagner un match de Ligue 1 .

Les deux faits du match. La tête de Guirane N’Daw (26e). Le corner de Lejeune, superbement exécuté, a atterri sur la tête de N’Daw, seul au second poteau, mais le milieu récupérateur grenat a trouvé sur sa route Hassen, le rempart niçois, qui s’est interposé avec beaucoup de brio. Le second fait de la partie est la neige qui a tout gâché et qui aurait dû inciter monsieur Lesage, l’arbitre, à arrêter ce stupide « spectacle ».

L’homme du match. Comment dégager un homme du match au regard de conditions de jeu impropres à la pratique de la discipline ? Compliqué de mettre en avant un acteur du jeu messin mais Sarr, par sa volonté d’aller sans cesse provoquer, Lejeune pour son envie de bien faire et N’Gbakoto pour sa fraîcheur ont mis du rythme du début à la fin d’un match qu’on oubliera très vite.

Ballon jaune et idées courtes. Incroyable : la Ligue Nationale de Football a décidé qu’en hiver, le ballon serait de couleur jaune. Une très mauvaise idée, ridicule et très proche de l’incompétence absolue. Sur une pelouse enneigée, le ballon jaune ne se voit que très peu alors que la couleur orange aurait été bien plus adaptée. Résultat : la seconde période de Metz-Nice a été une parodie de football et le respect du spectateur qui paie son billet de match totalement bafoué. Ballon jaune, pelouse blanche mais carton rouge aux décideurs du football français. Honteux !

Metz - Nice 0-0

Stade Saint-Symphorien, temps froid, pelouse correcte puis enneigée, arbitrage de M. Lesage, 15 115 spectateurs.

Cartons jaunes: Sarr (12e), N’Daw (27e) à Metz ; G.Puel (19e) à Nice

Carton rouge: Maupay (73e) à Nice

METZ: Carrasso ; Métanire, Marchal (cap.), Palomino, Bussmann ; N’Daw, Philipps (77e Krivets), Lejeune (88e Ikaunieks), Sarr ; N’Gbakoto, N’Sor (68e Falcon). Joueurs non entrés en jeu : Oberhauser, Rivierez, Choplin, Rocchi.

NICE: Hassen ; Puel, S. Diawara, Genevois, Amavi ; Eysseric, Hult, C. Eduardo (57e Maupay), N. Mendy (cap.) ; Bauthéac, Bosetti (57e Thioub). Joueurs non entrés en jeu : Pouplin ; Palun, Boscagli, Rafetraniaina, Constant.


Sur le même sujet

Apathique, désorienté et très mal embarqué (1-3), le FC Metz a pu compter sur deux têtes précises de Vion pour revenir de l’enfer (3-3). Un point qui vaut son pesant d’or avant d’aller défier Nancy mercredi prochain puis de recevoir Lyon trois jours plus tard.
Metz' players celebrate after scoring a goal during the French Ligue1 football match between Metz (FCM) and Lorient (FCL) on November 26, 2016 at Saint Symphorien stadium in Longeville-Les-Metz, eastern France.  / AFP PHOTO / Jean Christophe VERHAEGEN
Philippe Hinschberger a parfaitement réussi ses débuts au FC Metz en distançant le Sochaux d’Albert Cartier (1-0). Pourtant, les Messins ont évolué en infériorité numérique tout au long de la seconde période mais Kaboré a profité d’un superbe mouvement pour faire plaisir à tout Saint-Symphorien (76e). Un succès qui va faire un bien fou aux coéquipiers de Ngbakoto.
Romain Métanire et les Grenats ont fait preuve de caractère pour écarter Sochaux
Football / Après FC Metz - Nice (0-0)
Témoin privilégié et attentif des prestations messines à Saint-Symphorien, Denis Balbir croit en les valeurs de la maison messine pour réussir à se maintenir. Néanmoins, il pointe du doigt l’absence d’un buteur capable d’inscrire entre huit et dix buts par saison et se demande pourquoi le FC Metz n’a pas enrôlé Julien Feret (Caen), un temps sur les tablettes mosellanes.
Chris Philipps, ici au côté de Niklas Hult, s'est découvert des talents de patineur samedi soir. L'international luxembourgeois a bien plu à Denis Balbir.
Laborieux dans le jeu, besogneux dans tous ses mouvements, le FC Metz a sacrément déplu face à Lens et s’est très logiquement incliné (0-2). Un mauvais résultat qui aspire les Grenats vers le bas de la Ligue 1. La manière employée commence à soulever également quelques interrogations. La réception de Bordeaux, mercredi 3 décembre, devra se faire avec d’autres arguments. Inquiétant.
Johann Carrasso, ici contre le PSG, a été le seul à surnager et à pouvoir éviter les critiques.
Sans avoir été particulièrement enthousiasmé par la prestation de son ancienne formation messine, Thierry Pauk (48 ans) reconnaît que le FC Metz a mis beaucoup de détermination dans son jeu pour aller chercher un succès dans les derniers instants face à Lyon.
Les Lorrains ont battu les Gones. "Il faut savourer ce résultat alors que le FC Metz se cherche encore", estime Thierry Pauk.
Quatrième journée en Ligue 1
Dans une toute nouvelle configuration, le FC Metz a réussi à prendre le dessus sur Lyon (2-1) grâce à une fin de match de toute beauté. Avec cinq points en quatre matchs, les hommes d’Albert Cartier commencent bien leur début de parcours en Ligue 1. A Nice, le 13 septembre, il faudra confirmer ces jolies choses.
C'est la chenille qui redémarre... Ou presque! Saint-Symphorien s'est transformé en chaudron ce dimanche.