Changer d'édition

Le FC Metz baisse sa garde face à Rennes
Sport 3 min. 04.12.2019 Cet article est archivé

Le FC Metz baisse sa garde face à Rennes

Habib Diallo devancé par le Rennais Damien Da Silva, le symbole d'un match où les Grenats ont tenté sans trouver l'ouverture.

Le FC Metz baisse sa garde face à Rennes

Habib Diallo devancé par le Rennais Damien Da Silva, le symbole d'un match où les Grenats ont tenté sans trouver l'ouverture.
Photo: AFP
Sport 3 min. 04.12.2019 Cet article est archivé

Le FC Metz baisse sa garde face à Rennes

Les Messins n’ont pas su contourner une équipe rennaise plus mûre et plus sûre de son football et ont laissé le succès à leur adversaire (0-1). Un revers fâcheux et il faudra maintenant aller à Nice ce samedi pour espérer un résultat positif.

 Par Hervé Kuc

  • Le match et sa note

Dix tirs dont trois cadrés. Jamais, cette saison, le FC Metz n’avait su être autant porté vers le but adverse lors de la première demi-heure de jeu. Emmenés par un excellent N. Traoré, les partenaires de Cohade vont se créer de réelles opportunités mais ni Diallo (3e) ni Nguette (14e) n'ont su convertir les offrandes du milieu offensif grenat. 

Delaine (22e) s'est même mué en perce-muraille mais sa tentative comme celle de Maïga (24e) n'ont pas permis au FC Metz de prendre une courte distance sur un adversaire rennais timide jusque-là. Timide mais diablement réaliste et sur une contre-attaque rondement menée, Del Castillo a trouvé Hunou (0-1, 39e) qui est venu mystifier Oukidja. Sur l’action, le gardien messin recevant un coup involontaire de Cavaminga (visage et nuque) qui a justifié son remplacement par Delecroix (45e). 

Alexandre Oukidja, touché sur le but rennais, a dû céder sa place à Paul Delcroix.
Alexandre Oukidja, touché sur le but rennais, a dû céder sa place à Paul Delcroix.
Photo: AFP

Ensuite, le FC Metz a clairement peiné. En manque de jus, d'enthousiasme et d'imagination, le patient mosellan a fini par laisser à Rennes la direction de la partie. Bien sûr, les dernières minutes ont permis aux hommes de Vincent Hognon de venir inquiéter maladroitement un adversaire néanmoins trop bien regroupé pour être pris à défaut. 

Les partenaires de Cohade connaissent une nouvelle désillusion à Saint-Symphorien et vont devoir trouver très rapidement des solutions à leur inefficacité offensive car Diallo ne peut pas toujours leur sauver la mise. 

Un 8/20 qui sanctionne une formation messine poussive après 30 premières minutes de jeu pourtant prometteuses. La Ligue 1 demande beaucoup plus.

Thomas Delaine était de retour, mais il n'a pas démontré toutes ses qualités.
Thomas Delaine était de retour, mais il n'a pas démontré toutes ses qualités.
Photo: AFP
  • Les joueurs et leur note

Oukidja (5/10) n’a joué que les 40 premières minutes. Victime d'un coup involontaire de Cavaminga sur le but rennais (40e), il a laissé sa place (45e) à Delecroix (5/10) qui n'a rien à se reprocher. 

En défense, Centonze (4) n’a pas été au marquage sur son côté droit et Del Castillo a centré trop facilement pour permettre à Rennes d’inscrire le seul but de la partie. Il est courageux mais ses centres sont trop faibles en qualité. Boye (4) et Sunzu (4) n'ont pas su se faire respecter sur la réalisation du Stade Rennais. Ils subissent trop et leur état euphorique observé en Ligue 2 est bien terminé. 

Delaine (3,5) est revenu à la compétition avec des difficultés dans les bagages. Il est allé titiller le rempart rennais (22e) mais a clairement manqué de rythme et de repères. Il a été dépassé lors du second acte.

Au milieu, Maïga (4) a vécu lors de la première période, ensuite il a fini par jeter l’éponge. Cohade (4) a été beaucoup moins précieux qu’à Nîmes. Il a été présent mais son manque de vitesse a plombé le jeu de sa formation. Fofana (4) a perdu grossièrement un ballon devant la surface messine (49e)!

Il n’apporte pas assez de poids à l’entrejeu grenat. Traoré (6) a été le Messin le plus en vue. Il a délivré deux pépites de balle en profondeur (3e et 14e), il s'est fait sécher par Cavaminga (31e). Il a été beaucoup moins en vue par la suite, à l'image de toute son équipe. 

Nguette (3) est à la peine et ça se voit. Il n'est pas en confiance et tous ses essais en souffrent cruellement. Il a fini par couler et Ambrose (62e) est venu alléger son calvaire. 

En attaque, Diallo (4) a vu sa tentative en coin (3e) être détournée en corner, puis a joliment joué en pivot (32e). Trop peu pour un élément qui est trop souvent abandonné par ses partenaires au sein du système de jeu frileux prôné par Vincent Hognon.