Changer d'édition

Le débrief après Jeunesse - Fola 0-3: «La Jeunesse a manqué de leader et a joué à contretemps»
Sport 5 min. 13.03.2017 Cet article est archivé

Le débrief après Jeunesse - Fola 0-3: «La Jeunesse a manqué de leader et a joué à contretemps»

Le débrief de Thomas Fullenwarth

Le débrief après Jeunesse - Fola 0-3: «La Jeunesse a manqué de leader et a joué à contretemps»

Le débrief de Thomas Fullenwarth
Sport 5 min. 13.03.2017 Cet article est archivé

Le débrief après Jeunesse - Fola 0-3: «La Jeunesse a manqué de leader et a joué à contretemps»

Didier HIEGEL
Didier HIEGEL
Dimanche, la Jeunesse commençait l'«ère Marc Thomé» par la réception de son meilleur ennemi: le Fola. Un match rapidement plié par les Rouge et Blanc qui n’ont pas eu besoin de forcer leur talent pour repartir avec trois points leur permettant de rester en contact du duo de tête.

Dimanche, la Jeunesse commençait l'«ère Marc Thomé» par la réception de son meilleur ennemi: le Fola. Un match rapidement plié par les Rouge et Blanc qui n’ont pas eu besoin de forcer leur talent pour repartir avec trois points leur permettant de rester en contact du duo de tête.

De quoi la Jeunesse a-t-elle manqué pour rivaliser avec le Fola?

Tous les observateurs attendaient avec impatience de voir les répercussions de l’arrivée de Marc Thomé sur le onze de départ des Bianconeri. De l’aveu de ses joueurs, Thomé «attend la trêve pour bien évaluer son groupe et commencer à mettre en place sa philosophie de jeu». Le nouveau coach eschois a donc aligné une formation «classique» en 4-1-2-3.

La trêve internationale va faire du bien à la Jeunesse. Marc Thomé va profiter de cette période pour mieux jauger son groupe.
La trêve internationale va faire du bien à la Jeunesse. Marc Thomé va profiter de cette période pour mieux jauger son groupe.
Photo: Fernand Konnen

Sur le papier, ce système était très judicieux et aurait dû permettre de bloquer la construction du jeu du Fola en coupant les relations entre la défense et le milieu. Mais les joueurs de la Jeunesse se sont trompés dans leur manière de défendre: ils ont joué 20 mètres trop bas, à commencer par Stumpf.

Ce dernier a défendu entre les deux milieux centraux (Dalledove et Souto) comme un attaquant-type, c’est-à-dire très tranquillement. La charnière centrale du Fola a donc toujours pu trouver un de ses deux meneurs de jeu, et ce sans pression.

Les deux milieux centraux des locaux, Soares et Mertinitz, se sont retrouvés sans joueur au marquage et ont semblé perdus. Ils sont toujours sortis à contretemps sur Dalledove et Souto, ce qui a provoqué un trou de 20 mètres entre les lignes de la Jeunesse. A l’aise dans ce registre, Hadji et Françoise pouvaient tranquillement décrocher et se retourner avec le ballon pour apporter le danger dans la surface d’Oberweis.

Un problème tactique qui a fait penser au match de champions League entre Barcelone et le PSG au cours duquel les  Parisiens ont passé leur première mi-temps à défendre à l’envers avant de corriger le tir à la reprise. Mais, dans le cas de la Jeunesse, le match était déjà terminé à la 30e minute.

Mais plus que cette défaillance tactique, ce qui a manqué aux Noir et Blanc, c’est le manque de leader au sein du groupe. Personne n’a tenté de prendre les choses en main, aucune prise de parole, aucune engueulade. La Jeunesse aurait bien eu besoin d’un  patron pour  guider ce jeune milieu de terrain dépassé par l’expérimenté Fola, et qui aurait bousculé ses défenseurs trop «coupables» sur les trois buts de la première période.

Dans ce sens, la rentrée de René Peters a très largement contribué au changement de comportement du groupe bianconeri. Faire confiance aux jeunes est une très bonne chose, mais garder un ou deux «vieux» reste essentiel.

L’attaque du Fola est-elle la meilleure de BGL Ligue?

Le Fola a encore fait parler la poudre. S’il a pu bénéficier des largesses défensives de la Jeunesse, on a pu constater qu’au-delà de posséder des «tueurs» devant le but, Jeff Strasser a le luxe d’entraîner des attaquants très intelligents.

Aucun déplacement n’est fait par hasard. Chaque décrochage, chaque appel en profondeur est justifié par un espace libre et apporte toujours un plus à la construction du jeu.

Par exemple, à chaque perte de balle de Lapierre sur son côté gauche, Hadji permettait la relance de ses défenseurs en venant se placer dans le couloir laissé libre par le défenseur eschois. Ainsi il étirait la défense de la Jeunesse et permettait à Françoise et Gerson de se démarquer plus facilement.

A chaque attaque placée de son équipe, les quatre attaquants du Fola offrent à leur coéquipiers quatre solutions différentes. L’un décroche, l’autre prend la profondeur, l’ailier rentre à l’intérieur…

Le fait qu’ils varient sans cesse leurs courses empêche la défense adverse de trouver des repères, d’installer une sérénité. Dans le cas de la Jeunesse, le manque de communication pour gérer les déplacements a été fatal.

Face à un vrai pressing en seconde période, les Rouge  et Blanc ont concédé plus de pertes de balle et plus de contres. Cette contrariété a provoqué une étrange nervosité chez les joueurs de Strasser. Nervosité traduite par un carton jaune de Souto qui dégage le ballon après un coup de sifflet de l’arbitre (82e) mais surtout par l’expulsion de Bernard qui a choisi de gêner Oberweis dans sa relance pour éviter à ses quatre joueurs défensifs de subir le contre de deux joueurs Bianconeri...

Seul défaut de cette équipe, mais un ingrédient récurrent peu recommandé dans la course au titre.

Samir Hadji, le symbole de l'attaquant intelligent.
Samir Hadji, le symbole de l'attaquant intelligent.
Fernand Konnen

Où sont passés les vrais derbys?

Le sport aime les derbys! Chaque pays a son histoire en la matière et, au Luxembourg, en football, c’est bien le derby d’Esch qui mène la danse… Qui menait la danse plutôt. On a l’impression que depuis la supériorité avérée du Fola ces dernières années, la Jeunesse s’est résignée. Pourtant, ce dimanche, elle n’avait rien à perdre.

L’occasion était trop belle, pour ses joueurs, de montrer à leur nouvel entraîneur qu’ils avaient du caractère, qu’il pouvait compter sur certains d’entre eux.

Peu d’ambiance, peu de fautes, peu d’agressivité… Nous sommes loin des premiers derbys eschois suivant la montée du Fola en BGL Ligue où, quel que soit le classement des deux équipes au coup d’envoi, personne n’aurait pu dire qui allait sortir vainqueur. Le match sentait la poudre sur le terrain et dans les tribunes. L’identité et l’attachement des joueurs à l’histoire de leur club serait-elle en train de se perdre ? Mais changer la moitié de son effectif à chaque saison ne facilite sûrement pas les choses…

Les tops

  • Manu Françoise (Fola): «Le meilleur joueur sur le terrain», la phrase entendue le plus souvent en tribune VIP de la Frontière. Tout est dit.
  • Gerson Rodrigues (Fola): virevoltant, buteur, passeur, très impliqué défensivement.
  • Samir Hadji (Fola): Pierre angulaire du jeu du Fola. Chaque attaque passe par ses pieds.

Les flops

  • Marvin Martins (Jeunesse): «mangé» par Gerson, il provoque le penalty inscrit par Hadji suite à une grosse erreur sur Françoise. Un match raté.
  • Frederick Kyereh  (Jeunesse): il a abandonné Lapierre sur son côté gauche et n'a pas été en réussite offensivement. Sorti à la mi-temps.
  • Billy Bernard (Fola): une expulsion inadmissible alors que son équipe mène 3-0. A empêché ses coéquipiers de terminer tranquillement le match.

Sur le même sujet

L'attitude et l'état d'esprit ont fait gagner la Jeunesse
Carton plein pour la Jeunesse. Elle valide son ticket européen en allant s'imposer avec la manière chez son meilleur ennemi, le Fola. Face à des Bianconeri performants, les joueurs de Jeff Strasser n'ont jamais eu l'attitude pour espérer quoi que ce soit.
BGL Ligue: Buteurs: triplé pour Stolz
La 18e journée de BGL Ligue a été marquée par le coup du chapeau signé Dominik Stolz pour le F91 contre Rosport. Buteur dans le derby eschois, Samir Hadji a porté son total à 19 buts.
Dominik Stolz (F91 Duedelingen - 21) im Zweikampf mit David Veiga (RM Hamm Benfica #5) und Eurico Gomes (RM Hamm Benfica #4)
/ Fussball BGL Ligue Luxemburg, 17. Spieltag, Saison 2016-2017 / 05.03.2017 /
F91 Duedelingen - RM Hamm Benfica / 
Stade Jos Nosbaum, Duedelingen /
Foto: Ben Majerus