Changer d'édition

Le COSL garde l'espoir d'une vaccination des athlètes
Sport 3 min. 16.04.2021

Le COSL garde l'espoir d'une vaccination des athlètes

Pour le directeur technique du COSL, les sportifs appartiennent «à un groupe professionnel particulièrement vulnérable».

Le COSL garde l'espoir d'une vaccination des athlètes

Pour le directeur technique du COSL, les sportifs appartiennent «à un groupe professionnel particulièrement vulnérable».
Photo: AFP
Sport 3 min. 16.04.2021

Le COSL garde l'espoir d'une vaccination des athlètes

A moins de 100 jours des Jeux olympiques à Tokyo, les chantiers sont encore nombreux pour la sélection luxembourgeoise. Heinz Thews, directeur technique au Comité olympique, se penche sur les défis à relever.

(ASdN avec Kevin Zender) - Plus que trois mois avant le début des Jeux olympiques de Tokyo. Reporté d'un an, l'événement se tiendra «comme prévu», croise les doigts John Coates, chef de la commission de coordination du Comité international olympique. Mais avant la cérémonie d'ouverture du 23 juillet, de nombreuses questions restent à éclaircir. Et quelques obstacles à franchir, notamment pour le Comité olympique et sportif luxembourgeois (COSL).


Ein Schild „Interdit au public“ - Zutritt verboten - hängt an einem Absperrgitter vor dem Fussballplatz in Feulen
/ Sport, 2020 / 26.04.2020 /
Sportplaetze während der Corona-Zeit / 
Centre sportif, Feulen /
Foto: Ben Majerus
Déjà 3,3 millions d'aides pour les clubs sportifs
Lancé en juin 2020, le programme de soutien "Restart Sports" a depuis bénéficié à de nombreux clubs. Il est vrai que la crise covid affecte et aussi réduit le nombre de licenciés et de spectateurs, et donc les recettes pour les différentes disciplines.

Au Grand-Duché, les préparatifs ont commencé et les sportifs sont nombreux sur la ligne de départ pour tenter de décrocher une place aux jeux d'été. A ce jour, la pongiste Ni Xia Lian, la cycliste Christine Majerus, le lanceur de poids Bob Bertemes, le nageur Raphaël Stacchiotti, le cavalier de dressage Nicolas Wagner représenteront les couleurs du Luxembourg dans la capitale japonaise. 

Le sort du triathlète Stefan Zachaeus n'est lui, pas encore fixé. «Il [lui] manque encore un bon résultat pour qu'il puisse lui aussi sauter dans le train olympique», commente ainsi Heinz Thews, directeur technique du COSL.  

Mais pour l'homme de 67 ans, ces jeux s'annoncent très particuliers. «Il est difficile de faire des prédictions», explique-t-il. Difficile en effet de savoir combien d'athlètes étrangers ont mis fin à leur carrière en raison de la pandémie, mais aussi de savoir «qui s'est amélioré ou ne peut pas faire face aux conditions actuelles».


OLYMPIC GAMES BEIJING 2008,OLYMPISCHE SPIELE, JEUX OLYMPIQUES,JUDO, MARIE MULLER,  PHOTO GUY WOLFF 09.08.2008
Les athlètes attendront leur tour pour être vaccinés
Après les tests obligatoires, les députés s'interrogent sur la mise en place d'une «carte de vaccination» pour les sportifs. En particulier pour ceux qui participeront aux Jeux olympiques de Tokyo cet été.

Les équipes doivent également faire face à de nouveaux défis. Si auparavant, les athlètes n'étaient autorisés à entrer dans le village olympique que cinq jours avant leur compétition, la donne a changé. «Maintenant, le plan est de pouvoir demander une exemption pour les athlètes qui viennent d'un fuseau horaire où il y a une différence de plus de six heures avec Tokyo». Les sportifs pourraient alors arriver deux jours plus tôt. Un changement «très positif» pour Heinz Thews qui voit cela comme un temps supplémentaire pour s'acclimater. 

Pour ce qui est des départs, les choses se compliquent en revanche. «L'accréditation des athlètes n'est plus valable 48 heures après leur retrait». Le COSL devra faire donc preuve de souplesse et réactivité pour reprogrammer les vols de certains athlètes.

Une préférence pour le Johnson & Johnson

Quant à l'épineux sujet de la vaccination, les sportifs luxembourgeois ne pourront bénéficier d'une injection prioritaire. Dans certains pays pourtant, les athlètes des JO s'apprêtent à recevoir l'antidote au virus, comme en Pologne, en Nouvelle-Zélande ou aux Pays-Bas. Le COSL ne désespère néanmoins pas que les autorités changent d'avis. 


(FILES) This file photograph taken on April 9, 2021, shows vials of the Pfizer/BioNTech Covid-19 vaccine at a vaccination centre set up at an exhibition hall in Nantes, western France. - The EU is turning more heavily to BioNTech/Pfizer to make up for suspended Johnson & Johnson vaccine doses and for longer-term needs to fight the mutating coronavirus, European Commission chief Ursula von der Leyen said April 14, 2021. (Photo by LOIC VENANCE / AFP)
Le Luxembourg garde confiance en Johnson & Johnson
Même si sa distribution en Europe a été stoppée par le laboratoire, le Grand-Duché poursuit sa campagne de vaccination avec les 2.400 doses déjà livrées. A défaut d'un contrordre de l'Agence européenne des médicaments.

«Nous espérons que les athlètes seront vaccinés fin avril, début mai», affirme ainsi Heinz Thews. Pour le chef de la commission de coordination, les athlètes d'élite appartiennent «à un groupe professionnel particulièrement vulnérable», commente-t-il, faisant référence aux nombreux voyages à l'étranger et aux compétitions. 

Quant au vaccin en lui-même, le COSL a déjà tranché. Pour le comité, il serait ainsi «logique» que les sportifs se fassent injecter du vaccin de Johnson&Johnson, ne nécessitant - contrairement aux autres - qu'une seule dose. Ces dernières semaines, Heinz Thews a introduit plusieurs demandes en ce sens auprès de différentes instances. Mais pour l'heure, aucune réponse n'a été reçue, confie-t-il. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Même si sa distribution en Europe a été stoppée par le laboratoire, le Grand-Duché poursuit sa campagne de vaccination avec les 2.400 doses déjà livrées. A défaut d'un contrordre de l'Agence européenne des médicaments.
(FILES) This file photograph taken on April 9, 2021, shows vials of the Pfizer/BioNTech Covid-19 vaccine at a vaccination centre set up at an exhibition hall in Nantes, western France. - The EU is turning more heavily to BioNTech/Pfizer to make up for suspended Johnson & Johnson vaccine doses and for longer-term needs to fight the mutating coronavirus, European Commission chief Ursula von der Leyen said April 14, 2021. (Photo by LOIC VENANCE / AFP)
Le report historique des Jeux olympiques de Tokyo 2020 à l'été 2021, en raison de la pandémie mondiale de coronavirus, laisse les organisateurs face à une montagne de questions dont beaucoup sont encore sans réponses.
(FILES) In this file photo taken on April 23, 2020 a woman wearing a face mask rides her bike in front of the Tokyo 2020 Olympic games logo outside the Tokyo Metropolitan Government Building. - The International Olympic Committee, thanks to its vast reserves, and international federations, many of which have borrowed money, can cope with the postponement of the Tokyo Games, but a cancellation would have disastrous consequences, experts say. Cushioned by a dozen or so wealthy sponsors, including the French IT group Atos which has just extended its partnership until 2024, and with marketing contracts and television rights still on the rise, the IOC's future looks steady. (Photo by Philip FONG / AFP)
Jusqu'ici inflexible quant à la tenue des Jeux olympiques de Tokyo cet été comme prévu, le Premier ministre japonais Shinzo Abe a admis ce lundi qu'un report «pourrait devenir inévitable» face à la pandémie de coronavirus, à l'instar du CIO dimanche.
The Olympic Rings are pictured in front of the headquarters of the International Olympic Committee (IOC) in Lausanne on March 22, 2020, as doubts increase over whether Tokyo can safely host the summer Games amid the spread of the COVID-19. - The global sporting calendar has been swept away by the coronavirus pandemic but the International Olympic Committee has insisted the Tokyo Games will go ahead in four months despite growing calls for a postponement. (Photo by FABRICE COFFRINI / AFP)
Le chef de mission de la délégation luxembourgeoise aux Jeux Européens de Minsk (21-30 juin) évoque les enjeux d'un rendez-vous qui a du mal à trouver sa place dans le calendrier mondial des grandes compétitions.
Heinz Thews a de l'expérience à revendre, mais à 65 ans, le stress fait toujours partie du jeu.