Changer d'édition

Le collectif du Bayern face à l'inexpérience du PSG
Sport 8 3 min. 24.08.2020

Le collectif du Bayern face à l'inexpérience du PSG

Formé au PSG, Kingsley Coman a offert au Bayern sa sixième Ligue des champions.

Le collectif du Bayern face à l'inexpérience du PSG

Formé au PSG, Kingsley Coman a offert au Bayern sa sixième Ligue des champions.
Photo: AFP
Sport 8 3 min. 24.08.2020

Le collectif du Bayern face à l'inexpérience du PSG

Manuel Neuer a remporté sa deuxième Ligue des champions, le Bayern Munich sa sixième, grâce à une grande force collective face à un Paris SG qui a semblé dépassé par l'événement, à l'image de Thilo Kehrer et Leandro Paredes, dimanche à Lisbonne.

(AFP) -  Si le score a bougé en deuxième mi-temps, il est resté vierge pendant presque une heure et ne s'est pas amplifié ensuite. La faute aux gardiens, Keylor Navas et Manuel Neuer. Leur duel à distance, attendu, a commencé à la 18e minute quand l'Allemand a détourné, avec une certaine chance, un tir du gauche de Neymar. 

Le champion du monde allemand a su rester en place face à Mbappé (45e, 67e) et a été, comme à son habitude, le premier relanceur de son équipe. Si Navas n'a rien pu faire face à la tête de Kingsley Coman (59e), il avait lui aussi été décisif, avec un arrêt réflexe sur une tête à bout portant de Robert Lewandowski (31e). Il est ensuite resté attentif pour éviter une plus lourde défaite.

La force collective du Bayern

A l'image d'un Joshua Kimmich passeur décisif, c'est tout le collectif allemand qui a fait la différence contre un PSG trop dépendant de ses individualités, impuissantes finalement. Les Bavarois ont gardé le ballon (62% vs 38%), l'ont confisqué aux Parisiens par leur jeu de passes (548 passes contre 338) et ont plus couru qu'eux (103,2 km vs 98,7 km). Ils ont également asphyxié le PSG avec des fautes tactiques à répétition, brisant parfois dans l'oeuf des contre-attaques parisiennes.

Thiago Silva, solide mais triste pour sa «der» parisienne

Il y a eu une frayeur, à la demi-heure de jeu: après la tête dangereuse de Lewandoswki repoussée par Navas, le capitaine parisien s'est tenu la cuisse et est sorti quelques instants. Mais il est revenu tenir son rôle, d'une bonne manière et jusqu'au bout. Malheureusement, il ne soulèvera pas la coupe avec le PSG.

Kehrer et Paredes, pas au niveau

Kehrer, le point faible parisien. Le jeune Allemand de 23 ans a souffert, très souvent en difficulté défensivement face à l'un des hommes du match, Coman. Il a effrayé tous les supporters parisiens juste avant la pause en déséquilibrant le Français, plus rapide, dans la surface. L'arbitre n'a pas bronché. Mais sur le but bavarois, il n'est pas au marquage et laisse Coman placer sa tête (59e). Offensivement, quand il est parvenu à franchir le premier rideau bavarois, il a été tout aussi perdu et a cédé la balle (49e) ou raté son centre (73e).

Paredes, transparent. Comme redouté, Leandro Paredes n'a pas non plus été à la hauteur du défi. La première fois que l'on voit le milieu argentin du PSG, c'est quand il s'énerve pour réclamer un carton contre Serge Gnabry, violent sur Neymar. Résultat, l'Argentin prend lui aussi un jaune (52e). Après l'ouverture du score, il cède sa place au titulaire habituel, Marco Verratti (66e).

Les remplaçants parisiens. Cette fois, Eric-Maxim Choupo-Moting n'a pas sauvé le PSG. Le Camerounais, l'homme du quart contre l'Atalanta, a pourtant eu l'occasion d'égaliser mais il n'a pas dévié le centre de Neymar devant le but (90e+2). Les autres entrants, Marco Verratti en tête, mais aussi Julian Draxler et Layvin Kurzawa, n'ont pas su faire de différence.

Soulever la coupe dans un stade vide: à huis clos pour cause de pandémie, cette finale de Lisbonne a ponctué sans encombre un «Final 8» inédit qui a permis à l'UEFA d'achever sa compétition phare, longtemps paralysée par le coronavirus. Mais après la victoire des Bavarois, au moment de soulever la «coupe aux grandes oreilles», l'absence de public dans le stade lisboète est devenue criante: un vide béant derrière les Champions d'Europe.    

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Draxler crucifie Metz dans le «money time»
Satané Julian Draxler! L'Allemand a délivré le Paris SG dans les arrêts de jeu pour engranger sa première victoire de la saison (1-0) mercredi en Ligue 1 contre les Grenats. Les hommes de Vincent Hognon regagnent leurs pénates aussi déçus que bredouilles.
Paris Saint-Germain's German midfielder Julian Draxler (L) eyes the ball as he prepates to shoot and score a goal during the French Ligue 1 football match between Paris Saint-Germain (PSG) and Metz, at the Parc des Princes stadium in Paris, on September 16, 2020. (Photo by FRANCK FIFE / AFP)
Le PSG s'offre une «remontada» pour ses 50 ans
Une qualification dans les dernières minutes comme cadeau d'anniversaire et l'espoir d'un historique sacre européen en trois matches, le champion de France vainqueur à l'arraché 2-1 de l'Atalanta Bergame mercredi à Lisbonne, s'est qualifié pour les demi-finales de la Ligue des champions.
Paris Saint-Germain's Brazilian forward Neymar (L) and Paris Saint-Germain's French forward Kylian Mbappe celebrate after winning  at the end of the UEFA Champions League quarter-final football match between Atalanta and Paris Saint-Germain at the Luz Stadium in Lisbon on August 12, 2020. (Photo by David Ramos / POOL / AFP)
Trophée des Champions: premier examen réussi pour Tuchel
Le Paris SG a réussi à s'imposer facilement contre Monaco (4-0) avec une équipe remaniée mais un Neymar retrouvé, samedi à Shenzhen (Chine) pour remporter son huitième Trophée des Champions de son histoire, qui ouvre l'ère Thomas Tuchel sous les meilleurs auspices.
Angel Di Maria s'est offert un doublé contre Monaco.
C1: Barcelone et le Bayern Munich en quarts
Le FC Barcelone et le Bayern Munich sont les deux derniers qualifiés pour les quarts de finale de la Ligue des champions, après avoir battu respectivement les Anglais de Chelsea (3-0) et les Turcs de Besiktas (3-1), mercredi, en clôture des huitièmes de finale retour.
Barcelona's French forward Ousmane Dembele (L) celebrates with Barcelona's Argentinian forward Lionel Messi after scoring a goal during the UEFA Champions League round of sixteen second leg football match between FC Barcelona and Chelsea FC at the Camp Nou stadium in Barcelona on March 14, 2018. / AFP PHOTO / Josep LAGO