Changer d'édition

Le Barça et le Real se neutralisent
Sport 4 min. 19.12.2019 Cet article est archivé

Le Barça et le Real se neutralisent

Karim Benzema au duel avec Gerard Piqué. Le Clasico s'est soldé sur un score de 0-0. Une première depuis 2002.

Le Barça et le Real se neutralisent

Karim Benzema au duel avec Gerard Piqué. Le Clasico s'est soldé sur un score de 0-0. Une première depuis 2002.
Photo: AFP
Sport 4 min. 19.12.2019 Cet article est archivé

Le Barça et le Real se neutralisent

Dans un contexte tendu, avec une brève interruption du match par des revendications indépendantistes et une charge de police près du Camp Nou, Barcelone et le Real Madrid ont fait match nul 0-0 mercredi soir dans un Clasico accroché, et continuent de se partager la première place du Championnat d'Espagne.

(AFP) - Avec Messi, Benzema, certaines des plus grandes stars du ballon rond présentes sur la pelouse, et les deux meilleures attaques de Liga, on attendait des buts, et du spectacle... Mais c'est un constat évident qui s'est imposé: presque à mi-saison, les deux géants du foot espagnol font jeu égal, et ont fini par se neutraliser à 0-0, pour la première fois depuis 2002. 

Si le Barça reste leader au prix d'une victoire supplémentaire, ce duel a été équilibré, engagé, rugueux... et parsemé d'erreurs techniques, car les joueurs ont semblé quelque peu timorés par l'enjeu sportif et le lourd contexte politique. 


ARCHIV - 02.03.2019, Spanien, Madrid: Fußball: Spanien Primera Division, Real Madrid - Barcelona. Barcelonas Lionel Messi (C) kämpft mit Real Madrids Toni Kroos (R) und Gareth Bale beim Fußballspiel der spanischen Primera Division zwischen Real Madrid und Barcelona im Stadion Santiago Bernabeu um den Ball. (Zu dpa: «Brisanter Clásico: Barça - Real im Zeichen von Konflikt und Kroos») Foto: Enrique de la Fuente/gtres/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Le contexte politique brûlant s'invite dans le clasico
Le duel de ce mercredi soir (20h) entre le FC Barcelone et le Real Madrid, match de football le plus suivi du monde, se disputera sous haute surveillance. L'enceinte du Camp Nou sera transformée en véritable forteresse.

Tifo géant, banderoles, cris «Llibertat!: le public du Camp Nou a fait entendre ses revendications indépendantistes avant le coup d'envoi et pendant le match, brièvement interrompu à la 55e minute pour dégager des dizaines de ballons de plage lancées sur la pelouse depuis les gradins, pour protester contre les balles en gomme tirées par la police pour réprimer les manifestations indépendantistes.    

Aux abords du stade, la police a chargé des centaines d'indépendantistes qui avaient mis le feu à une barricade, occasionnant une douzaine de blessés légers. Après des revendications politiques moins importantes qu'attendu, et un match bridé, les gens n'ont eu ni l'un, ni l'autre. Le Real Madrid a eu la maîtrise du ballon pendant une grosse heure de jeu, multipliant les situations de danger dans la surface de Marc-André ter Stegen, en enchaînant les centres. Mais à l'instar d'un Raphaël Varane chahuté tour à tour par Ivan Rakitic, Sergi Roberto, et Gerard Piqué, le Barça n'a jamais su imposer suffisamment son physique pour faire la différence.

Le match dans le match entre les Croates Ivan Rakitic et Luka Modric n'a pas connu de vainqueur.
Le match dans le match entre les Croates Ivan Rakitic et Luka Modric n'a pas connu de vainqueur.
Photo: AFP

Les Barcelonais, eux non plus, n'ont pas eu les occasions suffisantes en contre: les coups de génie de Lionel Messi, récemment couronné d'un sixième Ballon d'Or et qui disputait son 42e Clasico (un de moins que le recordman madrilène Sergio Ramos, 43), n'ont pas suffi cette fois. Comme sur cette reprise de volée opportune (30e) ou cette louche bien sentie pour Jordi Alba (40e), finalement infructueuses, «la Pulga» a manqué l'occasion de conclure sa fabuleuse année 2019 en beauté.      

Entre les attaquants Karim Benzema ou Antoine Griezmann, pour sa première, un joueur français aurait pu s'illustrer, pour le clasico le plus tricolore de tous les temps (cinq joueurs français ont été alignés pour la première fois sur les 22 titulaires mercredi, avec Lenglet, Griezmann côté blaugrana; et Benzema, Mendy et Varane côté merengue, sans compte Zidane). Mais il n'en a rien été. 

Des revendications indépendantistes ont été lancées pendant le match. La rencontre a même été interrompue mais tout s'est déroulé sans trop de soucis dans le stade.
Des revendications indépendantistes ont été lancées pendant le match. La rencontre a même été interrompue mais tout s'est déroulé sans trop de soucis dans le stade.
Photo: AFP

Si les joueurs étaient engourdis, les revendications politiques sont restées assez froides, elles aussi, et n'ont pas été aussi importantes que ce que redoutaient les forces de l'ordre, qui avaient déployé un dispositif sans précédent, avec 3000 agents dont mille policiers. Ciblée par des manifestations indépendantistes, la rencontre, initialement prévue le 26 octobre à Barcelone, avait dû être repoussée pour raisons exceptionnelles, selon la fédération espagnole de football, en raison d'incessantes mobilisations et de violents heurts en Catalogne.

Incidents après le match

Les 5.000 manifestants recensés par la police ont bloqué la circulation autour du stade dès la fin d'après-midi, dans une ambiance festive. Dans les gradins, la seule différence par rapport à une autre rencontre de haut niveau a été le déploiement de milliers de banderoles bleues et une grande jaune affichant "#SpainSitAndTalk" (Espagne, assieds-toi et dialogue, en anglais) et "Freedom" (liberté), le slogan de la plateforme indépendantiste Tsunami Démocratique, à l'origine de cette action. 

Des incidents ont éclaté dans les rues après la rencontre.
Des incidents ont éclaté dans les rues après la rencontre.
Photo: AFP

Malgré la pression populaire et politique, c'est le football qui a régné: un football rugueux, accroché, mais qui consacre deux rois, deux géants qui font jeu égal. L'après-match a été plus bousculé. Une cinquantaine de personnes ont été blessées lors d'affrontements entre la police et des centaines d'indépendantistes à l'extérieur du Camp Nou. 

Après une charge de police, les manifestants, pour la plupart jeunes et certains le visage masqué, se sont retranchés derrière une barricade de bennes à ordures à laquelle ils ont mis le feu puis ont arrosé les policiers de pierres et de bouteilles. Quarante-six personnes ont reçu des soins et huit d'entre elles ont dû être hospitalisées, ont indiqué les services d'urgence dans leur dernier bilan. Cinq manifestants ont été interpellés, a déclaré un porte-parole de la police.


Sur le même sujet

Real-Barça en chiffres
Coup de projecteur sur ce duel hors norme opposant deux des plus grands clubs de la planète, le clasico entre le Real Madrid et le FC Barcelone programmé samedi au stade Santiago-Bernabeu (13h) fait vibrer les fans depuis 1902.
Lionel Messi (24 buts) et Cristiano Ronaldo (17) font partie des meilleurs buteurs de l'histoire du clasico.
Et de sept pour Zinédine Zidane! Son Real Madrid a remporté la Supercoupe d'Espagne aux dépens d'un FC Barcelone fantomatique mercredi au stade Santiago Bernabeu (2-0), confirmant sa nette victoire du match aller (3-1) et décrochant le septième trophée de l'ère «Zizou».
Real Madrid players celebrate their Supercup trophy after winning the second leg of the Spanish Supercup football match Real Madrid vs FC Barcelona at the Santiago Bernabeu stadium in Madrid, on August 16, 2017. / AFP PHOTO / JAVIER SORIANO
Football / Avant Barça - Real (samedi à 20h30)
Les filets en tremblent déjà! Le clasico entre le FC Barcelone et le Real Madrid réunit samedi (à 20h30) les cinq premiers du classement des buteurs du Championnat d'Espagne, de Cristiano Ronaldo à Karim Benzema en passant par le "MSN" blaugrana (Messi-Suarez-Neymar).
Football Soccer - Brazil v Uruguay - World Cup Qualifiers - Arena Pernambuco stadium - Recife, Brazil- 25/3/16 - Luis Suarez (9) of Uruguay and Neymar of Brazil. REUTERS/Paulo Whitaker