Changer d'édition

La septième étape du Giro pour Bilbao, statu quo au général
Le Basque bien nommé Pello Bilbao (Astana) s'est imposé ce vendredi à L'Aquila

La septième étape du Giro pour Bilbao, statu quo au général

Photo: AFP
Le Basque bien nommé Pello Bilbao (Astana) s'est imposé ce vendredi à L'Aquila
Sport 5 min. 17.05.2019

La septième étape du Giro pour Bilbao, statu quo au général

L'Espagnol Pello Bilbao (Astana) s'est adjugé la septième étape du Tour d'Italie, vendredi à L'Aquila. C'est le statu quo au classement général, toujours emmené par l'Italien Valerio Conti (UAE Emirates).

(AFP). - L'Italien Valerio Conti (UAE Emirates) a sauvé son maillot rose de leader acquis la veille. «On aurait dit que tout le peloton voulait attaquer aujourd'hui», a soupiré Conti, soulagé d'en finir après les 185 kilomètres de cette étape menée tambour battant, à près de 45 km/h, malgré le profil accidenté.

Bilbao s'est dégagé dans le final en montée, à 1.400 mètres de la ligne, pour conserver quelques secondes d'avance sur le Français Tony Gallopin (AG2R-La Mondiale), deuxième, et l'Italien Davide Formolo (Bora-Hansgrohe), troisième.

Le gain de l'étape s'est joué toutefois entre les membres de l'échappée. Rojas, à la peine sur les pentes les plus raides, a tenté sa chance aux 4 kilomètres. La jonction opérée, Bilbao a contré sans attendre pour s'assurer quelques secondes et résister dans le dernier kilomètre menant au centre de L'Aquila.

«Bilbao a bien joué tactiquement, il est sorti au bon moment», a reconnu Gallopin qui était surtout fixé sur Davide Formolo, deuxième du récent Liège-Bastogne-Liège. Mais le grimpeur italien n'a pu faire mieux que troisième dans le coeur de ville de L'Aquila, martyrisé par le séisme de 2009.

Bilbao, un Basque de 29 ans qui a rejoint l'équipe Astana en 2017, s'est imposé pour la première fois dans un grand tour. L'an passé, il avait pris la sixième place du classement final du Giro.

Conti a été mis en danger tout au long de l'étape (185 km) menée à une allure très élevée. L'Espagnol Jose Joaquin Rojas, 4e du classement au départ de Vasto, s'est mêlé aux deux principales échappées, à chaque fois d'une douzaine de coureurs.

L'équipe de Conti, longtemps seule à assurer la poursuite, a souffert. Elle a dû son salut à un coup de main donné à 25 kilomètres de l'arrivée par deux autres formations, Trek et Bardiani, qui ont réduit l'écart sur le groupe de tête (Rojas, Pedrero, Formolo, Bilbao, Zeits, Gallopin, Cattaneo, McCarthy, Hamilton, Henao) à un peu plus d'une minute.

L'échappée s'est disloquée à l'approche de L'Aquila et Rojas a tenté sa chance aux 4 kilomètres. La jonction opérée, Bilbao est parvenu à prendre les devants et rallier l'arrivée en solitaire.

Le Basque, âgé de 29 ans, s'est imposé pour la première fois dans un grand tour. L'an passé, il avait pris la 6e place du classement final du Giro.

Comme la veille, Bob Jungels (Deceuninck-Quick Step), très attentif aux avant-postes du peloton, a franchi la ligne d'arrivée avec le groupe principal à 1'07" du vainqueur du jour, en 19e position. Au général, le Luxembourgeois descend d'une marche, à la 21e place toujours à 6'26" de Conti, mais à 1'02" de Primoz Roglic (Jumbo-Visma).

De son côté Ben Gastauer a terminé à la 60e place, à 1'44" de Bilbao. Au classement général, le coureur d'AG2R-La Mondiale pointe au 56e rang, à 14'16".

Samedi, la huitième étape, la plus longue de l'épreuve (239 km), conduit le peloton de Tortoreto Lido à Pesaro, le long de l'Adriatique, à la veille du contre-la-montre de Saint-Marin. Si les 140 premiers kilomètres sont plats, la suite est plus accidentée avec une dernière montée à 24 kilomètres de l'arrivée jugée à proximité de la mer. Dans la ville du compositeur Giacomo Rossini qui n'a plus reçu le Giro depuis 1986 (victoire de Bontempi), baroudeurs et sprinteurs ont leur chance.

Quatre Jours de Dunkerque: Teunissen leader, Geniets gagne 26 places

Le Français Bryan Coquard (Vital Concept) a remporté vendredi la quatrième étape des Quatre Jours de Dunkerque, qui reliait Fort-Mahon-Plage (Somme) au Portel (Pas-de-Calais).

Dans un sprint en petit comité, il a devancé son compatriote Clément Venturini (AG2R-La Mondiale) et le Néerlandais Mike Teunissen (Jumbo-Visma), nouveau leader du classement général.

Bryan Coquard (au centre, Vital Concept) vient de remporter la quatrième étape des Quatre Jours de Dunkerque. Mike Teunissen (à g., Jumbo-Visma) est le nouveau leader du classement général.
Bryan Coquard (au centre, Vital Concept) vient de remporter la quatrième étape des Quatre Jours de Dunkerque. Mike Teunissen (à g., Jumbo-Visma) est le nouveau leader du classement général.
Photo: AFP

Cette étape accidentée, tracée sur les monts du Boulonnais, a d'abord été animée par un groupe de trois coureurs. Le Belge Lionel Taminiaux (Wallonie-Bruxelles), l'Espagnol Urko Berrade (Euskadi) et le Français Clément Carisey (Israel Cycling Academy) ont rapidement creusé l'écart mais celui-ci a fondu en deuxième partie de course.

Après plusieurs tentatives, les derniers échappés ont été repris à 8 km de l'arrivée, dans la dernière ascension de Saint-Étienne-au-Mont (1 km à 15 % de pente moyenne).

De multiples attaques au plus fort de la pente, notamment de Venturini et du Norvégien Amund Grondal Jansen (Jumbo-Visma), ont alors scindé le peloton en plusieurs groupes. A l'avant, 14 coureurs, dont beaucoup de candidats à la victoire finale, se sont disputés l'étape. Coquard, longtemps bien calé dans les roues, a émergé dans les 100 derniers mètres pour l'emporter d'une demi-roue.

Troisième, Teunissen profite de la logique défaillance de son coéquipier Dylan Groenewegen pour prendre la tête du classement général grâce aux bonifications.

Kevin Geniets (Groupama-FDJ), le Luxembourgeois dans la course, a pris la 25e place à 19 secondes, tandis qu'il bondit de... 26 places au classement général, dorénavant au 28e rang, à 33 secondes du nouveau leader, Mike Teunissen.

La cinquième et avant-dernière étape de ces 65es Quatre Jours de Dunkerque (qui en durent... six!) sera longue ce samedi de 181,5 km, entre Gravelines et Cassel.

Le maillot jaune dans l'équipe de Tom Wirtgen au Tour d'Aragon

Ce vendredi également avait lieu la première des trois étapes du Tour d'Aragon, en Espagne (2.1). Reliant Andorre à Calatayud sur 186,2 km, elle a souri au Français Justin Jules (Wallonie-Bruxelles Aqua Protect), qui a émergé d'un groupe d'une quinzaine de coureurs au sprint.

Jules s'est imposé devant Thomas Boudat (Total Direct Energie), le podium étant complété par l'Espagnol Eduard Prades (Movistar). Jules prend donc les commandes du général avec 4 secondes d'avance sur Boudat avant les deux dernières étapes ce week-end.

Coéquipier du lauréat du jour, le jeune (23 ans) Luxembourgeois Tom Wirtgen (Wallonie-Bruxelles Aqua Protect) s'est classé 18e de cette étape après avoir bien travaillé pour son sprinteur. Au général, il est aussi 18e, à 10 secondes de Justin Jules.

L'équipe Wallonie-Bruxelles Aqua Protect va devoir à présent batailler pour préserver sa tunique de leader.