Changer d'édition

La nouvelle vie de Yannick Bastos
Yannick Bastos effectue ses premiers pas au Progrès.

La nouvelle vie de Yannick Bastos

Photo: Stéphane Guillaume
Yannick Bastos effectue ses premiers pas au Progrès.
Sport 3 min. 11.07.2018

La nouvelle vie de Yannick Bastos

Didier HIEGEL
Didier HIEGEL
«Je fonctionne à la confiance»

Yannick Bastos a franchi son Rubicon, les quelques kilomètres qui séparent le FC Differdange 03 du Progrès Niederkorn. Le monde du football professionnel est désormais oublié, mais il n'a pas pour autant effacé toutes ambitions sportives. Bien au contraire.

Yannick, pourquoi avoir fait  le choix du Progrès alors que vous aviez d'autres propositions? Est-ce en partie pour retrouver la Coupe d'Europe?

J'étais en contact avec eux depuis très longtemps. Le projet que l'on m'a exposé me correspondait bien. Il me convenait dans le sens où j'allais retrouver de jeunes Luxembourgeois qui ont faim de victoires, qui ont envie de réaliser quelque chose d'exceptionnel au pays, c'est-à-dire aller titiller Dudelange et décrocher le titre de champion. Bien entendu, le fait de retrouver la Coupe d'Europe était aussi une de mes aspirations.

La Coupe d'Europe vous avait permis de vous mettre en évidence et découvrir le monde professionnel à Bolton. L'aventure a été difficile à vivre avec au final un retour à Differdange. La cicatrice de cet échec est-elle aujourd'hui refermée?

Oui, je suis passé à autre chose. J'ai repris mes études (département management du sport), je vis donc ma vie d'étudiant et je me suis donné un nouveau challenge sportif en optant pour Niederkorn. La page du football professionnel est désormais complètement tournée. Je ne pense plus trop à l'expérience que j'ai vécue en Angleterre.

Huit apparitions seulement en BGL Ligue (1 but) la saison dernière, vous avez été en difficulté depuis votre retour au pays. Aujourd'hui, dans quel état de forme vous sentez-vous?

Je n'ai pas eu trop de chance au niveau des blessures, mais la raison de mon peu de temps de jeu réside dans le choix des entraîneurs. Chacun à sa méthode pour entraîner et gérer une équipe et je pense ne pas avoir fait partie des plans de certains coaches. Aujourd'hui, j'ai un nouvel entraîneur (Paolo Amodio) qui me fait confiance... sinon il ne m'aurait pas fait venir au Progrès. J'espère lui rendre sur le terrain la confiance qu'il m'accorde. Au niveau physique, je retrouve de plus en plus de sensations. Nous avons effectué une grosse préparation physique avec des méthodes que je n'avais pas encore vues ici au Luxembourg. Elle nous sera utile lors de cette double confrontation en Coupe d'Europe.

Quelles sont les méthodes dont vous parlez?

Notre préparateur physique, Jeff Paulus, nous a fait faire des 30-30, avec des accélérations, des changements de direction. Je connaissais davantage le classique, l'endurance de base, etc.  Ça vous pousse à la limite, c'est court mais intensif. 

Vous sentez-vous capable de retrouver le niveau de jeu que vous aviez affiché avant votre départ en Angleterre?

Tout dépendra du temps de jeu que le coach m'accordera. Pourquoi pas? Je fonctionne à la confiance, si l'entraîneur me l'accorde, je peux jouer plus librement.

Ce match à Gabala s'annonce compliqué avec un déplacement long et fatigant, est-ce un réel désavantage?

Oui forcément! Je l'ai connu la saison dernière avec Differdange lorsque nous avons affronté les Azéris du FK Zira. L'objectif sera de repartir avec un bon résultat. L'idéal serait de ne pas encaisser de but pour nous placer dans une position favorable pour le retour.

Lors des derniers entraînements Paolo Amodio a insisté sur l'organisation, la discipline et l'entraide...

...ce seront effectivement les ingrédients indispensables pour réaliser une bonne performance. Pour cela, je fais confiance aux joueurs d'expérience que nous avons au sein de l'effectif, les frères Thill, Mario Mutsch, ceux qui ont connu l'équipe nationale ou la scène européenne. Tous ceux qui ont participé à l'aventure contre les Rangers. Des jeunes aussi, comme Marvin Martins, possèdent l'expérience nécessaire.

Quelles sont les chances de Niederkorn de passer ce tour?

Difficile de jauger notre adversaire avec le peu d'éléments que nous avons eus, mais ce sera du 50-50. Nous avons nos chances.


Sur le même sujet

BGL Ligue: Differdange 03: pourquoi ça coince!
La rechute à Hostert dimanche (2-1) a rejeté Differdange à la septième place du classement de BGL Ligue à deux journées de la fin du premier tour. Brillant la saison dernière, le club de la Cité du Fer broie du noir. Tentative d'explications.
Gauthier Caron tente de subtiliser le ballon à Thomas Battaglia. Le retour en pointe du Differdangeois ne s'est pas soldé par un succès.
Football / Les une-deux de Caza: Thomas Gilgemann: «On cherche la stabilité»
Arrivé d'Amnéville en 2006, Thomas Gilgemann, bientôt 31 ans, est resté fidèle au Progrès pendant huit saisons sur le terrain avant de rejoindre l'équipe dirigeante du club de Niederkorn. Notre consultant Pascal Carzaniga «cuisine» l'ancien latéral gauche devenu défenseur central sur les ambitions de son club et sur le rôle du capitaine dans une équipe. Premier volet ce mercredi: où va le Progrès? C'est parti pour les une-deux de «Caza».
"Et toi Thomas, seras-tu un jour entraîneur?" a demandé "Caza" à celui qui était encore le capitaine du Progrès la saison dernière?