Changer d'édition

La Juventus force 9
Sport 1 4 min. 27.07.2020

La Juventus force 9

Cristiano Ronaldo affiche déjà 31 buts au compteur alors qu'il reste encore deux rencontres à disputer.

La Juventus force 9

Cristiano Ronaldo affiche déjà 31 buts au compteur alors qu'il reste encore deux rencontres à disputer.
Photo: AFP
Sport 1 4 min. 27.07.2020

La Juventus force 9

Les entraîneurs passent mais la domination du club turinois reste écrasante et les bianconeri ont été sacrés champions d'Italie dimanche pour la neuvième fois de suite, la première sous les ordres de Maurizio Sarri.

(AFP) -  Trois titres avec Antonio Conte, cinq avec Massimiliano Allegri et donc un avec Sarri. L'enchaînement est impressionnant et en battant la Sampdoria 2-0 dimanche, la superpuissance turinoise a ajouté un 36e scudetto à son ahurissante collection.  La Juve gagne, et avec deux journées d'avance: pour un peu, on croirait que cette saison 2019-2020 a été comme toutes les autres, sans histoire.

Cela n'est évidemment pas le cas car elle a été interrompue pendant plus de trois mois par le coronavirus, parce qu'elle marquait le début d'un cycle avec l'arrivée de Sarri, a priori le moins Juventus-compatible des récents coaches du club, et parce que sans être ultra-féroce, la concurrence a été plus coriace que souvent.      

Les vidéo 360 ne sont pas supportées. Voir la vidéo 360 dans l'app Youtube.

Avant de s'écrouler, la Lazio Rome n'était ainsi qu'à un point de la Juve à la reprise du championnat fin juin et elle y a cru très fort, comme il y a deux ans le Naples de... Sarri. L'Inter Milan d'Antonio Conte est de son côté encore un projet en travaux et, même si elle a émerveillé, l'Atalanta Bergame n'est pas bâtie pour jouer le titre.   

Tous ceux-là, l'Inter en tête, auront pourtant quelques regrets. Car cette Juventus rarement brillante et inhabituellement fragile en défense finit la saison à un rythme de quasi relégable (cinq points en cinq matches avant le succès de dimanche). Elle était peut-être prenable. «Je donne une bonne note à l'équipe parce que ça a été le championnat le plus dur de l'histoire du football italien, avec des difficultés énormes pour tous», a plaidé Sarri samedi. 

Ronaldo plus que Sarrismo 

Le technicien toscan a été au centre de toutes les curiosités cette saison. Comment l'idole de Naples aux habitudes - cigarette, survêtement et langage fleuri - éloignées des standards turinois, allait-il réussir à conjuguer succès et beau jeu? Il n'y est pas vraiment parvenu et on a rarement vu la trace du fameux «Sarrismo», le jeu collectif et offensif qui avait caractérisé ses trois saisons napolitaines.

Maurizio Sarri n'est pas parvenu à faire l'unanimité autour de sa personne.
Maurizio Sarri n'est pas parvenu à faire l'unanimité autour de sa personne.
Photo: dpa

Au bout du compte, les observateurs s'accordent à dire que la Juventus a plus transformé Sarri que l'inverse et que ce titre porte moins la marque de l'entraîneur que celle de l'habitude et de Cristiano Ronaldo.  A 35 ans, le Portugais n'a pas été effrayé par les matches tous les trois jours de l'après-Covid et la chaleur n'a pas affecté son rendement. A deux journées de la fin, le quintuple Ballon d'Or en est déjà à 31 buts en Serie A et il a pesé très lourd dans les succès de cette saison, même s'il n'a plus le brillant de ses meilleures années.   

Avec 17 buts et 10 passes décisives toutes compétitions confondues, Paulo Dybala a pesé lourd dans les succès turinois cette saison.
Avec 17 buts et 10 passes décisives toutes compétitions confondues, Paulo Dybala a pesé lourd dans les succès turinois cette saison.
Photo: AFP

Pour le beau, désormais, il y a Dybala, l'autre grand artisan offensif du titre avec 11 buts, tous plus magnifiques les uns que les autres, et six passes décisives. L'un des grands mérites de Sarri aura d'ailleurs été de réussir à faire cohabiter ses deux grands talents d'attaque, là où Allegri n'avait pas trouvé la clé.

A 61 ans, Sarri a aussi ajouté à la Ligue Europa décrochée la saison dernière avec Chelsea un premier titre dans l'élite italienne. Ce scudetto arrive après une collection de promotions d'une division inférieure à une autre un peu moins inférieure quand il entraînait des petits clubs toscans après ses années de banquier. 

Mais cela n'a pas encore suffi à dissiper certains doutes et préjugés qui l'entourent, comme il l'a rappelé lui-même mercredi. «Je ne sais pas pourquoi je suis encore critiqué. Sans doute que j'en emmerde certains. Mais ça ne m'intéresse pas tellement, comme les opinions de journalistes, parce que je pense en savoir plus qu'eux dans mon domaine», a-t-il dit.   


Pjanic contre Arthur, un échange cinq étoiles
La Juventus Turin et le FC Barcelone ont officialisé lundi l'échange entre le Bosnien et le Brésilien. Un échange financièrement favorable au Barça dans l'immédiat, mais moins à long terme au vu de l'âge des deux recrues.

Pour la suite, Arthur (Barcelone) et Kulusevski (Parme) ont déjà signé et Sarri cherchera des joueurs plus adaptés à ses idées, comme Jorginho, qui fut son pilier à Naples et Chelsea. Car Sarri sera bien là la saison prochaine, «sans aucun doute», comme l'a assuré mercredi le directeur sportif du club Fabio Paratici. 

Il n'est pas interdit de penser que les certitudes attendront tout de même le match de Ligue des Champions contre Lyon, mais la continuité est effectivement probable. Et la saison prochaine, la Juve sera encore favorite. Elle tentera d'aller chercher un 10e titre d'affilée, pour une décennie en noir et blanc.  

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

PSG-Atalanta en quarts, le Real ou City attendent Lyon
Abordable pour Paris, relevé pour l'OL: les représentants français en C1 ont hérité vendredi de l'Atalanta Bergame et du vainqueur du duel Man City-Real Madrid, respectivement, pour les quarts de finale disputés sous la forme d'un tournoi inédit mi-août à Lisbonne.
A handout picture taken and released by UEFA on July 10, 2020 in Nyon shows a screen displaying the results of the UEFA Champions League 2019/20 final stage draw at the UEFA headquarters, on July 10, 2020 in Nyon. (Photo by Harold Cunningham / UEFA / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO /UEFA/HAROLD CUNNINGHAM" - NO MARKETING - NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS
Pjanic contre Arthur, un échange cinq étoiles
La Juventus Turin et le FC Barcelone ont officialisé lundi l'échange entre le Bosnien et le Brésilien. Un échange financièrement favorable au Barça dans l'immédiat, mais moins à long terme au vu de l'âge des deux recrues.
Une partie des avoirs de Ronaldo quitte le Luxembourg
Créée en 2015 pour gérer les avoirs de la star portugaise dans son business hôtelier, la CRS Holding possède désormais pignon sur rue à Lisbonne. Une structure gérant 16 millions d'euros, soit une goutte d'eau dans la fortune du joueur.
Gianluigi Buffon de retour à la Juventus Turin
Gianluigi Buffon, qui n'est resté qu'un an au Paris SG, a signé jeudi un contrat d'un an en faveur de la Juventus et retrouve donc le club où il a évolué 17 saisons et où il a connu ses plus grands succès, a annoncé le club turinois.
Britain Soccer Football - Juventus Training - The National Stadium of Wales, Cardiff - June 2, 2017 Juventus' Gianluigi Buffon during training Reuters / Carl Recine Livepic
Serie A: L'Inter Milan renverse la Juventus
La Juventus n'est donc pas invincible: l'Inter Milan qui semblait pourtant moribonde a en effet frappé un très grand coup dimanche en renversant les Turinois (2-1) dans le "Derby d'Italie", offrant au passage la première place du classement à Naples.
Inter Milan's forward Mauro Emanuel Icardi from Argentina (L) vies with Juventus' midfielder Miralem Pjanic of Bosnia-Herzegovina during the Italian Serie A football match Inter Milan vs Juventus on September 18, 2016 at the 'San Siro Stadium' in Milan. / AFP PHOTO / MARCO BERTORELLO