Changer d'édition

«La facture du stade St-Symphorien va grimper à 60 millions»
Sport 3 min. 27.05.2019 Cet article est archivé

«La facture du stade St-Symphorien va grimper à 60 millions»

Le nouveau stade Saint-Symphorien.

«La facture du stade St-Symphorien va grimper à 60 millions»

Le nouveau stade Saint-Symphorien.
Photo: FC Metz / Copyright Fiebiger-Moreno
Sport 3 min. 27.05.2019 Cet article est archivé

«La facture du stade St-Symphorien va grimper à 60 millions»

Ce lundi, Bernard Serin a présenté le tout nouveau projet du stade Saint-Symphorien. Un nouvel équipement qui a forcément un coût élevé. Le président du FC Metz se refuse, pour le moment, de parler du prochain effectif grenat.

Propos recueillis par Hervé Kuc

Président, vous avez modifié l’architecture de votre projet initial. Pourquoi?

Bernard Serin. - « Effectivement, j’ai attendu un peu avant de vous présenter ce projet. Au départ, il ne cachait pas assez les aspérités et nous avons donc décidé de le transformer. Nous avons voulu fermer les angles de la nouvelle tribune Sud du côté Est et Ouest. Il y aura une enveloppe tout autour du stade, nous allons installer des contrôles d’accès et un parvis derrière la prochaine tribune. Nous allons avoir du mal à fermer les deux autres angles, ceux de la tribune Nord car elle est construite sur une poutre qui ne permet pas techniquement de réaliser cette transformation.

Le futur stade du FC Metz en vue aérienne.
Le futur stade du FC Metz en vue aérienne.
Photo: FC Metz / Copyright Fiebiger-Moreno

On suppose que le coût va évoluer à la hausse…

C’est juste, on passe maintenant à 60 millions d’euros. La Ville de Metz et le Département de la Moselle apportent chacun 5 millions et la Région Grand Est s’associe à hauteur de 4,5 millions. Le FC Metz supportera le reste soit 45,5 millions d’euros. On va essayer de lisser notre emprunt sur une période comprise entre 12 et 20 ans. C’est un projet multifonctionnel qui contient des surfaces qui vont pouvoir être utilisées tous les jours (coworking, bureaux, restaurants). Il y aura donc des recettes qui vont permettre de financer une partie des installations futures.

Lorsque l’ancienne tribune sera entièrement démolie, quelle sera la vue pour les spectateurs du stade Saint-Symphorien tout au long de la saison 2019-2020?

On va installer une palissade de 110 mètres et il y aura de la publicité en face des spectateurs. Les travaux ne seront nullement visibles. La capacité du stade sera néanmoins de 22.000 places pendant la durée de construction et la livraison est programmée pour le mois d’août 2020. Je tiens à préciser que les angles nouveaux ne seront opérationnels uniquement qu’à partir de 2021.

Vous aviez annoncé que le budget du FC Metz approcherait prochainement les 35 millions. Va-t-il lui aussi évoluer?

On va être au-dessus des 40 millions d’euros. L’idéal serait de pouvoir atteindre la barre des 50 millions, là, cela vous offre une assurance tous risques. Avec un tel budget, aucun club n’est descendu en Ligue 2 ces dernières années. Il va nous falloir augmenter les recettes, c’est certain et on compte notamment sur les plus-values réalisées sur les futurs transferts et sur la qualité de nos différents centres de formation. On va devoir vendre cher plus que l’on n’achète.

Vous investissez dans la pierre, et notamment dans le futur centre d’entraînement à Frescaty. Allez-vous investir aussi dans votre prochain recrutement de joueurs?

Ce sont deux sujets qui n’ont rien à voir avec les autres! Je m’insurge que certains veulent les mélanger, il y a l’exploitation et l’investissement. Le recrutement, ce n’était pas le thème de la soirée et vous me permettrez de ne pas rentrer dans les détails. En plus, ce n’est pas dans le style de la maison de rentrer dans les détails car tous les clubs sont en concurrence et parfois sur les mêmes joueurs, mais nous allons essayer d’avoir une équipe compétitive en Ligue 1.

Ces nouvelles installations vont-elles constituer une attractivité forte pour le FC Metz?

Le stade va donner un coup de booster au niveau de l’attractivité autant que le camp d’entraînement qui va être exceptionnel. Par rapport aux autres centres français, il sera vraiment exceptionnel, je n’en dirai pas plus. Il n’a pas de nom mais la mode est au naming, on peut y penser et aborder les entreprises intéressées à s’associer à un centre aussi performant, c’est légitime.»

Photo: FC Metz / Copyright Fiebiger-Moreno