Changer d'édition

«L'Ukraine ne mérite pas six points contre nous»
Sport 4 min. 11.06.2019 Cet article est archivé

«L'Ukraine ne mérite pas six points contre nous»

Laurent Jans a joué, une fois n'est pas coutume, côté gauche lundi à Lviv contre l'Ukraine. Avec un certain bonheur.

«L'Ukraine ne mérite pas six points contre nous»

Laurent Jans a joué, une fois n'est pas coutume, côté gauche lundi à Lviv contre l'Ukraine. Avec un certain bonheur.
Photo: Ben Majerus
Sport 4 min. 11.06.2019 Cet article est archivé

«L'Ukraine ne mérite pas six points contre nous»

Jean-François COLIN
Jean-François COLIN
Arrière-gauche d'un soir, le capitaine de la sélection, Laurent Jans (26 ans, 56 sélections) revient sur la courte défaite (0-1) subie par un Luxembourg mal payé lundi à Lviv contre l'Ukraine

A Lviv,

Laurent, quelle est votre analyse du match contre l'Ukraine?

Laurent Jans. - «Je crois que l'on peut être vraiment fiers de ce qu'on a fait ce lundi soir. Sur ce qu'on a montré sur les deux matches contre l'Ukraine, ils ne méritent pas les six points. Mais voilà, c'est le foot. On a eu pas mal de problèmes au début du match, c'est clair: ils nous ont mis directement la pression, on savait qu'ils voulaient rapidement marquer un but. On n'a pas baissé les bras après le 1-0 qui est arrivé très, très tôt. On est revenus dans le match, et sur le plan offensif, on s'est créé des occasions. La deuxième mi-temps a été très bonne: on a eu la même possession de balle que l'Ukraine, on a bien joué à partir de l'arrière, sans prendre trop de risques. Finalement, dans ce stade plein avec le public qui pousse son équipe, c'était vraiment un match extraordinaire. Enfin, extraordinaire... si on avait pris quelque chose. Disons: un match très plaisant.

Une fois n'est pas coutume, vous avez joué sur le côté gauche, et vous avez été très bon, notamment au niveau des percées offensives...

C'est sûr qu'à gauche, il y a l'avantage que si je rentre dans le jeu sur une phase offensive, je me retrouve sur mon pied fort. J'ai été un peu malchanceux sur ma frappe (17e minute, ndlr); j'aurais pu prendre plus de risques, car j'avais vu que le gardien avait anticipé, et donc je devais absolument frapper fort au deuxième poteau. Offensivement, que ce soit sur un plan collectif ou personnel, je suis très satisfait.

Dès que j'ai vu l'espace s'ouvrir dans mon couloir, j'ai pris ma chance.

On vous a senti en confiance dans votre allant offensif alors que pourtant l'équipe n'en menait pas large après un premier quart d'heure difficile...

Oui, mais je n'oublie pas que ma mission première reste de bien défendre, quand même. Si tu pars en profondeur contre une équipe de la qualité de l'Ukraine, tu risques de te faire piéger en contre. C'est d'ailleurs clairement ce qu'ils voulaient faire en fin de match, mais je pense qu'on a vraiment bien géré, aussi bien nos temps forts que nos temps faibles. Dès que j'ai vu l'espace s'ouvrir dans mon couloir, j'ai pris ma chance quand la possibilité s'offrait à moi. C'est une de mes forces, j'ai les qualités physiques pour jouer ainsi.

Laurent Jans: «Toutes les phases litigieuses, limites, où quand c'était du 50-50 étaient systématiquement sifflées pour eux.»
Laurent Jans: «Toutes les phases litigieuses, limites, où quand c'était du 50-50 étaient systématiquement sifflées pour eux.»
Photo: Stéphane Guillaume

On a même senti les Ukrainiens douter de plus en plus en fin de match. Vous croyiez en l'égalisation?

Oui. A cinq minutes de la fin, j'ai profité d'une petite interruption du match lors d'un remplacement pour parler avec certains joueurs, et je leur ai dit que c'était le moment d'insister aujourd'hui, qu'il y avait vraiment l'opportunité de prendre quelque chose, car on voyait, non pas qu'ils paniquaient, mais qu'ils n'étaient pas complètement rassurés: ils jouaient bas, ils nous laissaient la possession de balle, ça veut dire qu'on les a fait douter. Les occasions, on les a eues, mais on ne les a pas mises au fond.

Les occasions, on les a eues, mais on ne les a pas mises au fond.

Finalement, quel sentiment domine chez vous à l'issue de cette partie: la fierté ou la frustration?

Directement après le match, c'est plutôt la frustration, car il y avait vraiment moyen de faire quelque chose. Je pense que nous méritions un point. Bon, plus tard, à froid, si je repense à ce match, je peux être fier de toute l'équipe. On a vraiment très, très bien fait notre boulot.

Que pensez-vous du but annulé de Christopher Martins pour hors-jeu à la 38e minute?

Apparemment, il n'était pas hors-jeu. J'ai reçu quatre, cinq messages qui allaient dans ce sens. On sait bien que cela ne joue jamais en notre faveur avec les arbitres. Toutes les phases litigieuses, limites, où quand c'était du 50-50 étaient systématiquement sifflées pour eux. L'arbitre aussi subit une certaine pression, avec ce public. Cela ne nous aide pas. Si un jour, on parvenait à infléchir cette tendance, ce serait formidable.

Gardons surtout bien les deux pieds sur terre.

Après ces quatre premiers matches en éliminatoires de l'Euro 2020, à quel niveau situez-vous le Luxembourg?

C'est très difficile à juger. Lors des matches contre Madagascar (amical) et la Lituanie, on a vu que tout n'était pas bon. Par exemple, à Vilnius, on a joué toute une mi-temps à onze contre dix, mais nous ne sommes pas parvenus à maîtriser le jeu, à mettre la pression sur les Lituaniens. Au contraire, c'est plutôt eux qui avaient le ballon. C'est pour cela que je dis: gardons surtout bien les deux pieds sur terre, même si, quand on voit ce qu'on a fait en Ukraine, on sait très bien qu'on est capables. C'est à nous de bien continuer à travailler pour ne pas se contenter de dire après le match qu'on a bien joué, mais pour repartir avec quelque chose. La prochaine étape que l'on doit absolument franchir, c'est de ne plus se suffire de dire qu'on aurait mérité mieux, mais de faire ce mieux.»


Sur le même sujet

A 29 ans, Lars Gerson (65 sélections, 4 buts) entamera vendredi sa sixième campagne de qualification avec les Roud Léiwen. Dans un groupe B très relevé avec le Portugal, la Serbie, l'Ukraine et la Lituanie, le joueur de l'IFK Norrköping espère voir l'équipe nationale encore progresser.
Lars Gerson (Luxemburg #7) Freisteller, Einzelbild, Aktion, Ganzkörper

/ Fussball, UEFA Nations League 2018, Saison 2018-2019, 1. Spieltag / 08.09.2018 /
Luxemburg - Moldawien (Luxembourg vs Moldova - Moldau) / 
Stade Josy Barthel, Luxemburg /
Foto: Ben Majerus
Nouveau petit coup d’arrêt pour les Yellow Boys Weiler, tenus en échec à l’ASL-Porto, où aucune des deux équipes n’est parvenue à déverrouiller le compteur. De son côté, après sa défaite 4-1 sur le terrain d’Useldange, Steinfort s’est remis en selle en arrachant un point, in extremis, face à Mersch (1-1). Coup de projecteur sur la 4e journée.
Levy Rougeaux et Jesualdo Ferreira / Football Division 1 Série 2, Luxembourg  / Journée 4 /  Saison 2018-2019 / 19/09/2018 / AS Lux Porto vs Yellow Boys Weiler la Tour / Stade Boy Konen, Luxembourg Ville / Photo : Michel Dell’Aiera
L'entraîneur de Moutfort, Artur Marques, réclame un peu plus d'efficacité alors que Jean-Marc Gattullo (Bettembourg) regrette deux décisions arbitrales. Quant à Carlo Pereira (Gilsdorf), cela faisait longtemps qu'il n'avait plus vu un si mauvais match.
Ronny Thill se félicite de la discipline de ses troupes.
Le week-end a été favorable aux formations d'Antonio Teixeira. Fabrice Spoiden, Mike Varnier et Samuel Scholler. Quant à Frank Lessure, il va pouvoir préparer la venue de Wiltz dans le cadre de la Coupe de Luxembourg.
Mike Varnier et ses hommes ont signé un succès important contre Echternach.