Changer d'édition

L’arbitrage, la quadrature du siècle
Sport 3 min. 13.10.2022
Présidence de la FLF

L’arbitrage, la quadrature du siècle

Laurent Kopriwa appelle au changement pour apporter un vent de fraîcheur.
Présidence de la FLF

L’arbitrage, la quadrature du siècle

Laurent Kopriwa appelle au changement pour apporter un vent de fraîcheur.
Photo: Ben Majerus
Sport 3 min. 13.10.2022
Présidence de la FLF

L’arbitrage, la quadrature du siècle

Christophe NADIN
Christophe NADIN
La crise aiguë que traverse l’arbitrage est autant visible au sommet qu’à la base de la pyramide. Les lignes ont bougé bien trop timidement ces dernières années et la cote d’alerte est atteinte.

L’arbitrage va mal et personne ne le conteste. Le Luxembourg pourrait se consoler en voyant sa province homonyme, juste de l’autre côté de la frontière, tirer la langue elle aussi, mais ça ne ferait guère avancer les choses. Il faut s’attaquer à la racine du problème. Elle est profondément enfoncée dans le sol et les ramifications sont nombreuses.


12.10.2021, Fussball Länderspiel, Laenderspiel, WM Qualifikation, Katar 2022 / Qatar 2022  2021-2022, Gruppe A, Spieltag 8, Portugal, Faro, Algarve, Portugal (POR) Luxemburg (LUX)
vl: Ronaldo, Cristiano Ronaldo, CR7 (POR, Portugal #7) - Dirk Carlson (Luxemburg #13)
Foto: Gerry Schmit/ Sportspress.lu
Encore le Portugal sur le chemin du Luxembourg
Le sort a réservé un tirage au sort mi-figue, mi-raisin pour les Lions Rouges qui retrouveront le Portugal et la Bosnie-Herzégovine pour les qualifications de l’Euro 2024 en Allemagne.

La base est gangrénée et le sommet fait pâle figure. Le premier constat, c’est le manque cruel d’arbitres. «Si on traitait les gens convenablement, il faudrait recruter moins de personnes. Mais au moindre problème, des gens sont écartés», lâche Laurent Kopriwa.

Un brin idéaliste

Il faut être un brin idéaliste pour se lancer dans une aventure qui demande du temps et un mental à toute épreuve. Car la fonction ne se limite pas à siffler deux mi-temps de 45 minutes ou même moins. Elle requiert une préparation théorique et un entretien physique, sans oublier le travail administratif qui suit un match.

Ce bagage vous expose tout de même aux sautes d’humeur des joueurs ou joueuses quand ce n’est pas un membre du staff ou un spectateur qui vous invective. Pour une poignée d’euros, c’est cher payé, surtout que les sanctions encourues par les coupables sont dérisoires. Laurent Kopriwa, qui a jeté le gant il y a quelques mois, donne son point de vue. 


Renouvellement du contrat de partenariat entre la société CBZ Sport Construct et la FLF.

La société CBZ Sport Construct et la Fédération Luxembourgeoise de Football ont signé un nouveau contrat de partenariat pour une durée de 3 ans. La FLF apprécie hautement ce témoignage de confiance de la part de la Société CBZ Sport Construct de soutenir activement le football luxembourgeois.

De gauche à droite assis : Christian Hess (membre du Conseil d’Administration de la FLF), Stefan Streit (CEO de CBZ Sport Construct), Paul Philipp (Président de la FLF), Nicolas Schockmel (Président de la Commission pour le Sponsoring de la FLF)
De gauche à droite debout : Claude Kremer (membre du Conseil d’Administration  de la FLF), Erny Decker (chef du personnel de la FLF)
Kremer veut devenir président de la FLF
Dans quelques semaines, il pourrait théoriquement y avoir un successeur à Paul Philipp à la tête de l'association de football.

«Ce sont les clubs qui votent les sanctions à travers les statuts, donc ce n’est pas étonnant si les amendes restent marginales.» L’ancien arbitre FIFA est plus critique lorsqu’on évoque les moyens consacrés à la profession, notamment sur l’absence de l’assistance vidéo. «Je suis allé à Malte et au Kosovo notamment. Je ne pense pas qu’ils disposent de plus d’arbitres que nous mais ils ont la VAR. Quand j’entends que ça coûte de l’argent, il me semble que la FLF est la fédération sportive la plus riche du pays et que l’UEFA octroie des aides pour aller dans ce sens. Il existe des formats plus réduits que dans les grands championnats avec notamment cinq caméras. Qu’on essaie au moins avant de dire que ça ne fonctionnera pas.»

Kopriwa flingue le CA

Mais là où le désormais ancien arbitre sort le carton rouge, c’est quand on lui parle de cuisine interne et de promotion.

«Je devais arbitrer un match en Israël mais j’étais blessé trois semaines avant. J’ai dû déclarer forfait pour les tests physiques mais j’étais rétabli déjà une semaine plus tard. J’ai reçu un e-mail du chef des arbitres pour me signaler qu’on m’avait retiré le match. Même pas un coup de fil après plus de 20 ans de service. On m’a dit que c’était une question de transparence par rapport à mes collègues. Mais lorsque deux d’entre eux échouent aux tests physiques mais sifflent tout de même des matches de BGL Ligue, on ne parle plus de transparence.»

Kopriwa insiste là où ça fait mal. Le copinage est devenu trop voyant dans une fédération qui doit boucher les trous comme elle peut pour proposer un cadre A le plus complet possible. «Je ne dis pas qu’il y a deux ou trois arbitres qui n’ont pas le niveau pour y figurer mais ils ont été propulsés trop vite à ce rang. Ce n’est pas leur rendre service. Et un arbitre ne va jamais refuser une telle promotion. La faute ne leur incombe pas, mais elle est du ressort des décideurs.»

Laurent Kopriwa appelle au changement pour apporter un vent de fraîcheur. «Je n’ai pas renoncé à donner un coup de main à la profession mais pas avec des gens qui m’ont poignardé dans le dos.»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.