Changer d'édition

L'Afrique du Sud rejoint l'Angleterre en finale
Sport 3 min. 27.10.2019

L'Afrique du Sud rejoint l'Angleterre en finale

En fin de rencontre, Damian De Allende s'est montré décisif pour les Boks.

L'Afrique du Sud rejoint l'Angleterre en finale

En fin de rencontre, Damian De Allende s'est montré décisif pour les Boks.
Photo: AFP
Sport 3 min. 27.10.2019

L'Afrique du Sud rejoint l'Angleterre en finale

Les Springboks ont forcé le verrou d'une demi-finale cadenassée à triple tour, dimanche contre le pays de Galles (19-16) à Yokohama, pour rejoindre en finale de la Coupe du monde l'Angleterre, dans une réédition de l'affiche de 2007.

(AFP) - Il y a douze ans au Stade de France, les Sud-Africains avaient soulevé leur deuxième titre mondial (15-6)... douze ans après le premier (1995). Un signe en vue de samedi prochain?

Il est en tout cas à souhaiter, pour le grand public du moins, que cette finale soit moins verrouillée que la première. Et que cette demi-finale, qui a en revanche brillé par son suspense, les Boks devant leur victoire à une pénalité de leur ouvreur Handré Pollard à cinq minutes de la fin, trois minutes après un drop manqué par Rhys Patchell pour les Gallois.

Pollard a fait la différence à l'issue d'une action qui souligne l'apport du banc sud-africain. Car c'est d'abord le troisième ligne remplaçant François Louw qui a permis, en grattant un ballon des mains galloises, à son équipe de revenir à trente mètres de l'en-but du XV du Poireau.

Touche, maul orchestré par le deuxième ligne remplaçant RG Snyman, faute galloise sanctionnée par Pollard, auteur de quatorze points (quatre pénalités et une transformation). 

Courageux, Ross Moriarty et les Gallois ont souffert de la comparaison avec les Sud-Africains au niveau des remplaçants.
Courageux, Ross Moriarty et les Gallois ont souffert de la comparaison avec les Sud-Africains au niveau des remplaçants.
Photo: AFP

Les Gallois, privés en fin de première période sur blessure de leur pilier droit Tomas Francis (36e), puis de l'ailier George North (40e), n'avaient eux pas le même matériel que le sélectionneur sud-africain Rassie Erasmus, qui avait placé six avants sur le banc.

Gatland et Galles, deuxième

Son homologue gallois Warren Gatland, dont l'équipe est revenue deux fois dans le match (de 9-3 à 9-9 à la 45e minute, puis de 16-9 à 16-16 à quinze minutes de la fin) échoue lui une deuxième fois en demi-finale de Coupe du monde à la tête du pays de Galles. 

Il quittera la principauté à l'issue de la compétition après douze ans de règne, marqués par quatre victoires dans le Tournoi des six nations, dont trois avec Grand Chelem, le dernier en mars.

Mais, donc, sans être parvenu à mener à leur première finale mondiale les Gallois (battus une première fois en demi-finales en 1987).

La première défaite de Gatland dans le dernier carré avait été concédée, contre la France en 2011 (9-8), au terme d'un match étouffant et cadenassé; la seconde aussi.

Le technicien néo-zélandais avait ainsi vu juste, pronostiquant un «festival de coups de pied» lors de cette seconde demi-finale, qui ne serait «pas le plus beau match du monde» au lendemain de l'alléchante Angleterre - All Blacks (19-7), qui a tenu toutes ses promesses.

La seconde aussi, pour le plus grand plaisir des amateurs de combat de tranchées, de chandelles, mêlées et autres ballons-portés. Ceux qui préfèrent, dans le rugby, les grandes envolées, devront en revanche repasser, au vu des 81 coups de pied échangés, soit plus d'un par minute!

Une partie de  ping-pong  entre arrières, ouvreurs et demis de mêlée: Leigh Halfpenny, Dan Biggar et Gareth côté gallois; Willie Le Roux, Handré Pollard et Faf De Klerk chez les Sud-Africains.

Faf de Klerk a remporté le duel des ouvreurs.
Faf de Klerk a remporté le duel des ouvreurs.
Photo: AFP

Avec pour but de s'exposer le moins possible, d'éventuellement récupérer la possession tout de suite, ou sinon après une faute de l'adversaire. 

Deux éclairs dans la nuit

Cette stratégie attentiste et minimaliste a endormi les quelque 68.000 spectateurs de Yokohama, qui n'ont pu sortir de leur torpeur qu'à de rares occasions jusqu'aux 25 dernières minutes.

En première période sur une relance de l'ailier sud-africain Makazole Mapimpi (28e) et une chandelle récupérée par l'ailier gallois George North (38e).

En seconde, lors d'une légère altercation entre De Klerk (1,72 m) et le Gallois Jake Ball (1,98 m). 

Jusqu'à deux éclairs, pour les deux seuls essais du match. Pollard a d'abord choisi de ne pas taper pour prendre l'intervalle et permettre, plusieurs temps de jeu plus tard, à Damian De Allende de marquer (57e, 16-9).

Puis le capitaine gallois Alun Wyn Jones, plutôt que pour une pénalité sous les poteaux, a opté pour une mêlée, qui a envoyé derrière la ligne Josh Adams (65e, 16-16). Deux essais pour égayer une demi-finale étouffante. 

Samedi, l'Angleterre d'Anthony Watson et la Nouvelle-Zélande de Joe Moody avaient offert une première demi-finale de toute beauté.
Samedi, l'Angleterre d'Anthony Watson et la Nouvelle-Zélande de Joe Moody avaient offert une première demi-finale de toute beauté.
Photo: AFP



Sur le même sujet

La force sud-africaine de retour au sommet
Les gros bras d'Afrique du Sud ont décroché samedi à Yokohama face à l'Angleterre (32-12), passée à côté d'une finale longtemps fermée, leur troisième Coupe du monde, douze ans après la dernière, et rejoignent ainsi au panthéon la Nouvelle-Zélande.
South Africa's flanker Siya Kolisi (C) lifts the Webb Ellis Cup as they celebrate winning the Japan 2019 Rugby World Cup final match between England and South Africa at the International Stadium Yokohama in Yokohama on November 2, 2019. (Photo by Odd ANDERSEN / AFP)