Changer d'édition

L'adversaire de Dudelange en C1: Qarabag voit plus haut
Sport 2 min. 11.07.2016

L'adversaire de Dudelange en C1: Qarabag voit plus haut

Ansi Agolli, ici à la lutte avec Xherdan Shaqiri lors d'Albanie - Suisse, devrait évoluer en défense face au F91.

L'adversaire de Dudelange en C1: Qarabag voit plus haut

Ansi Agolli, ici à la lutte avec Xherdan Shaqiri lors d'Albanie - Suisse, devrait évoluer en défense face au F91.
Photo: Ben Majerus
Sport 2 min. 11.07.2016

L'adversaire de Dudelange en C1: Qarabag voit plus haut

Didier HIEGEL
Didier HIEGEL
Diminuée par la crise économique, l’ambition du Qarabag FK , le champion d’Azerbaïdjan et adversaire du F91 Dudelange lors du deuxième tour préliminaire de la Ligue des champions, demeure intacte.

Diminuée par la crise économique, l’ambition du Qarabag FK , le champion d’Azerbaïdjan et adversaire du F91 Dudelange lors du deuxième tour préliminaire de la Ligue des champions, demeure intacte.

Par Guillaume Balout

Dominant sans partage le football azerbaïdjanais depuis trois ans, le Qarabag FK entend franchir une nouvelle étape en intégrant la phase de poules de cette Ligue des champions, comme il l’a fait en Europa League la saison dernière. Contraint de quitter le Haut-Karabakh en 1991 après le déclenchement du conflit entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie, le club de Bakou a trouvé stabilité et ambition avec l’arrivée de son entraîneur Gurban Gurbanov en 2008. «Au club, le véritable patron, c’est lui, pas le président», estime l’agent Chinar Mammad, soulignant le goût du technicien pour un jeu rapide et technique «à la barcelonaise».

Lors du dernier exercice, le meilleur buteur de l’histoire de la sélection nationale privilégiait ainsi un système en 4-3-2-1. Il confie sa défense, où devrait figurer l’Albanais Ansi Agolli rentré de l’Euro, à l’expérimenté Rashad Sadygov, capitaine et… nouvel entraîneur de l’équipe des moins de 19 ans en vue d’une participation à la Youth League. Meilleur buteur du précédent championnat, le gaucher espagnol Dani Quintana est l’autre joueur-clé de l’effectif qui évolue en retrait de l’attaquant de pointe. Le Brésilien Reynaldo, bien connu en Belgique, occupe ce rôle mais le club cherche une recrue à ce poste.

«Un outil de propagande»

Malgré son succès grandissant, Qarabag rencontre plus de difficultés qu’autrefois à faire venir des étrangers sur les rives pétrolifères et rémunératrices de la mer Caspienne. Dépendante des hydrocarbures, l’économie azerbaïdjanaise souffre de la baisse du prix du pétrole et devrait même entrer en récession cette année. En février et décembre 2015, le pouvoir s’est résolu à dévaluer la monnaie nationale. Cette situation a produit des effets néfastes sur le football local: entre la faillite de certains clubs et la fragilité des autres, associées au désengagement de la compagnie publique SOCAR, la Topaz Premiyer Liqasi a dû passer de dix à huit formations cet été. Elle en comptait encore quatorze en 2009 et douze en 2013.

Pour Manuel Veth, cela ne doit pas faire oublier que le club bénéficie toujours de l’appui politique du régime d’Ilham Aliyev, notamment par rapport à la question du Haut-Karabakh. «L’argent est quand même là. Le régime a investi dans les joueurs et les infrastructures. Pour l’Etat, c’est un outil de propagande», signale le rédacteur en chef du site Futbolgrad. Géant de l’industrie agroalimentaire, la société Azersun a entièrement financé la construction d’un stade de 5 800 places pour Qarabag qui recevra toutefois Dudelange au stade Tofiq-Behramov et ses 30 000 sièges.


Sur le même sujet