Changer d'édition

Kevin Sommer (Jeunesse): «Efficace avant d'être propre»
Sport 4 min. 11.04.2018 Cet article est archivé

Kevin Sommer (Jeunesse): «Efficace avant d'être propre»

Kévin Sommer et Milos Todorovic restent sur un 15/15 en championnat. Qu'importe les clean sheet!

Kevin Sommer (Jeunesse): «Efficace avant d'être propre»

Kévin Sommer et Milos Todorovic restent sur un 15/15 en championnat. Qu'importe les clean sheet!
Photo: Yann Helers
Sport 4 min. 11.04.2018 Cet article est archivé

Kevin Sommer (Jeunesse): «Efficace avant d'être propre»

Christophe NADIN
Christophe NADIN
L'élimination en Coupe de Luxembourg a peut-être été un mal pour un bien pour la Vieille Dame.

La Jeunesse a beaucoup encaissé depuis le début de saison, mais Kevin Sommer ne s'en formalise pas. Le gardien français souligne les progrès effectués par les Bianconeri dans ce secteur. La finalité reste la victoire et une troisième place qualificative pour l'Europe.

Kevin, la Jeunesse a le vent en poupe depuis quelques semaines. Y a-t-il eu un déclic?

La défaite à Differdange (2-0, 14e journée) a tout changé. Elle a entraîné une grosse remise en question. Des joueurs comme du coach. On a resserré les boulons défensivement. Avant, on ne pensait qu'à attaquer. Aujourd'hui, l'état d'esprit est d'abord de bien défendre. Il faut être patient et les occasions d'inscrire un but se présenteront. Oui, il reste encore quelques réglages à faire défensivement, mais c'est déjà beaucoup mieux qu'avant la trêve. Là, on encaisse en moyenne un but par match.

Vous en avez encaissé 29 depuis le début de la saison. Comment arrive-t-on à corriger ça en cours de compétition?

En changeant d'état d'esprit. A la place de relancer court, on balance plus de ballons. C'est peut-être moins agréable à voir. Si on ne récupère pas le premier ballon, alors on essaie le second. Avant, on était trop stéréotypé. On ne surprenait pas assez l'adversaire. Aujourd'hui on joue moins dans nos 30 mètres.

Ce n'est pas un peu frustrant pour un gardien?

Je suis un peu spécial. J'aime dégager de longs ballons. Je ne suis pas comme les gardiens modernes un adepte de la relance courte même si je peux le faire aussi. Il faut être efficace avant d'être propre. C'est ma philosophie. Parfois certains me chambrent, mais je constate que l'on arrive à produire du beau jeu et à nous créer des occasions.

Comment qualifieriez-vous le match qui vous attend à Mondorf ce mercredi?

Mondorf est une équipe compliquée à jouer. Surtout chez elle. Elle dispute une seconde partie de saison intéressante. On verra mais on va clairement négocier des tournants en avril. Avec notamment le match au Fola sur qui on compte deux points d'avance.

Cette troisième place devient-elle une obsession?

On ne brûle pas les étapes, on prend match après match. Ce serait mentir de dire que l'on n'y pense pas. C'était un objectif. L'Europe, c'est le but de tout joueur. Mais ce n'est pas une obsession. Notre état d'esprit est bon. On a les cartes en main. On avance. On y pensera davantage dans quelques matches.

Quel est le plus grand danger qui guette la Jeunesse?

Se reposer sur ses lauriers. L'état d'esprit reste notre force. On se bat sur tous les ballons comme des chiens. Avec les qualités que l'on a, on peut aller loin.

Quel est le match le plus abouti depuis le début de la saison?

J'en pointe deux. Differdange en début de saison qui a donné de la confiance à tout le monde puis Dudelange dernièrement. On a été costauds dans tous les domaines.

Quel regard jetez-vous sur votre saison personnelle?

Je fais des bons matchs et je suis arrivé à être régulier. C'est vrai, je ne suis pas satisfait du nombre de buts que j'ai encaissés. C'est la première saison que je me retourne autant mais ça ne me dérange pas tant qu'on gagne les matches.

L'échec en huitième de finale de la Coupe de Luxembourg face au Racing, était-ce un mal pour un bien?

J'ai l'habitude de vouloir tout gagner. J'ai été déçu après le match mais avec le recul c'est peut-être effectivement un mal pour un bien. On ressent la fatigue quand on joue un match tous les trois jours. C'est usant d'être au taquet mentalement. Cela demande beaucoup de forces. Face au Racing, on a été en dessous et ça s'est vu au niveau des déchets aussi. C'est sans doute une bonne chose qu'on ne soit plus en coupe.

On a beaucoup parlé de la situation des gardiens luxembourgeois ces derniers mois. Quel est votre regard sur cette problématique?

Joubert reste le maître des gardiens au Luxembourg. Je l'ai connu quand j'étais à Hamm. Il est régulier. Il est toujours serein et propre. Mais de manière générale, le niveau des gardiens est intéressant au pays. Nous restons la fondation d'une équipe. Avant, chaque club cherchait à se renforcer avec un attaquant. Maintenant, avoir un bon gardien est un must. D'ailleurs, les clubs se structurent en prenant des entraîneurs de gardiens.

Pour finir, Kevin, peut-on connaître vos pronostics pour cette seizième journée?

Ce mercredi à 19h30

Fola - Hostert 2-1

Titus Pétange - Progrès 1-1

Dudelange - RM Hamm Benfica 3-0

Mondorf - Jeunesse 0-2

Strassen -Racing 0-1

Differdange - Rodange 2-0

Ce mercredi à 20h

US Esch - Rosport 0-2



Sur le même sujet

BGL Ligue: Romain Ruffier (Wiltz): «Nous manquons de Luxembourgeois»
Ecrasé 0-6 par Dudelange, lors de l'ouverture du championnat, Wiltz va connaître un mois d'août difficile et passera un test intéressant dimanche à Rumelange, une formation appréciée par Romain Ruffier. Par la même occasion, le portier nordiste nous livre aussi ses «pronos» pour cette deuxième journée de BGL Ligue.
Romain Ruffier apprécie les valeurs véhiculées par l'USR mais il ne lui déplairait pas de prendre un point à Rumelange dimanche.