Changer d'édition

Jordan Swistek: «90% de chance d'être européens»
Sport 3 min. 10.05.2019

Jordan Swistek: «90% de chance d'être européens»

Jordan Swistek, pressé ici par Florik Shala, a retrouvé sa place de titulaire à Differdange.

Jordan Swistek: «90% de chance d'être européens»

Jordan Swistek, pressé ici par Florik Shala, a retrouvé sa place de titulaire à Differdange.
Photo: Yann Hellers
Sport 3 min. 10.05.2019

Jordan Swistek: «90% de chance d'être européens»

Christophe NADIN
Christophe NADIN
Sevré de temps de jeu depuis la reprise, le milieu de terrain de Differdange est revenu en grâce pour le sprint final. Jordan Swistek évoque le changement d'entraîneur, le sprint final et livre ses pronostics pour cette pénultième journée.

Jordan, Differdange vient de prendre 19 points sur 21. Peut-on parler de miracle?

Jordan Swistek - «C'est un peu la tendance au regard de la première demi-finale de la Ligue des champions. Tout est possible en football. On revient de loin. On savoure d'autant plus. Maintenant, ce sont deux finales qui nous attendent. Rappelons-nous tous les effort consentis pour arriver jusque-là.

Le déclic, c'est le changement d'entraîneur?

«Oui. Un changement de philosophie, de méthode. Cela nous a redonné de l'élan. Et moi en premier. Je n'étais plus dans les plans du coach Bonvini. Un changement d'entraîneur et me revoilà au premier plan. Puis la victoire dans le derby a été un élément déclencheur.

Arno Bonvini et Paolo Amodio, c'est le jour et la nuit?

«Avant, en termes de jeu, on avait un bloc bas. On pensait à ne pas encaisser plutôt qu'à marquer. Maintenant, on se dit que l'on ne va pas rester à vingt mètres de notre but. Qu'on va aller marquer. Les séances sont mises en place pour ça. Le coach Amodio a changé d'approche et permet à n'importe quel joueur de se sentir concerné. Les jeunes sont revenus dans le projet et ont répondu présent.

  On pensait à ne pas encaisser plutôt qu'à marquer.   

Votre groupe ne manque-t-il pas de concurrence? N'êtes-vous pas trop installé dans une zone de confort?

«Moi certainement pas puisque je ne jouais plus. Bien loin de là même. Avant, on sentait rapidement qui allait être aligné. Quand tu as ce feeling-là dès le lundi ou le mardi, alors oui, peut-être que certains se sont installés dans une zone de confort. Mais pas moi...

Le 3-3 surréaliste au Racing où vous meniez 3-1 à 11 contre 9, c'est une faute grave des joueurs, non?

«Moi j'étais au placard, donc je n'ai pas vécu ça de l'intérieur. Oui, la faute est 100 % liée aux joueurs mais c'est finalement une accumulation de tout ce qu'on était en train de vivre. Tout se liguait contre nous. Là, on est en train d'inverser les choses et ça prouve que ça va vite dans les deux sens en football.

Les résultats plaident en votre faveur, mais la manière n'a pas toujours été au rendez-vous ces dernières semaines, non?

«Non mais ce sont des points qui comptent. Qui nous ont permis de reprendre confiance. Il n'y a aucun match facile. Rumelange a accroché Dudelange. Les équipes viennent chez nous avec leurs armes et on n’a pas toujours les arguments pour imposer notre loi.

  Les équipes viennent chez nous avec leurs armes et on n’a pas toujours les arguments pour imposer notre loi.  

Qu'est-ce qui fera la différence dans le sprint final?

«L'état d’esprit et le jus que chaque équipe aura encore. Sans oublier la tête. Le Progrès sort d'une grosse claque et n'est pas dans la même dynamique que nous. Dans les têtes, ça peut jouer. La profondeur de banc est aussi un paramètre à prendre en compte. Notre buteur Deruffe est blessé, Oukache aussi. Siebenaler et Caron seront suspendus le dernier match.

Combien de pourcentage de chances vous donnez-vous d'être européen?

«90%.

Vous jouiez au Swift en Promotion d'Honneur. Avez-vous toujours pensé que vous aviez le niveau de la BGL Ligue?

«C'était mon objectif depuis que j'ai posé mes valises au pays. Même plus car je voulais jouer l'Europe. J'ai travaillé comme il fallait. Quand Differdange m'a recruté, on m'a expliqué que c'était à moi de jouer, de saisir ma chance.

Quel regard portez-vous sur les performances du Swift cette saison?

«J'espère que le club montera via les barrages. Mes amis sont encore là-bas. La place que le club occupe aujourd'hui ne doit pas être une grande déception. On a toujours fini dans cette zone sans jamais franchir le pas. Si ce n'est pas pour cette année, ce sera pour la saison prochaine avec le mercato XXL qui s'annonce.»

Pour finir, peut-on connaître vos pronostics pour cette 25e journée?

Dimanche à 16h

Hostert - Dudelange 1-3

RM Hamm Benfica - Mondorf 1-0

Differdange - Fola 1-0

Jeunesse - Progrès 1-1

Etzella - Titus Pétange 2-0

Rumelange - Racing 0-2

Rosport - Strassen 1-0


Sur le même sujet

BGL Ligue: Differdange 03: pourquoi ça coince!
La rechute à Hostert dimanche (2-1) a rejeté Differdange à la septième place du classement de BGL Ligue à deux journées de la fin du premier tour. Brillant la saison dernière, le club de la Cité du Fer broie du noir. Tentative d'explications.
Gauthier Caron tente de subtiliser le ballon à Thomas Battaglia. Le retour en pointe du Differdangeois ne s'est pas soldé par un succès.
Promotion d'Honneur: Beggen: entre fatalisme et reconstruction
Mathématiquement condamné à un retour en Division 1 deux ans après l'avoir quittée, l'Avenir Beggen a connu ce dimanche une dix-huitième défaite cette saison sur la pelouse de Sandweiler (4-1). La parole aux joueurs, dirigeants et sympathisants des Canaris.
Luc Wolff parle de reconstruction, mais Beggen se relèvera-t-il?
Football / Les une-deux de Caza: Thomas Gilgemann: «On cherche la stabilité»
Arrivé d'Amnéville en 2006, Thomas Gilgemann, bientôt 31 ans, est resté fidèle au Progrès pendant huit saisons sur le terrain avant de rejoindre l'équipe dirigeante du club de Niederkorn. Notre consultant Pascal Carzaniga «cuisine» l'ancien latéral gauche devenu défenseur central sur les ambitions de son club et sur le rôle du capitaine dans une équipe. Premier volet ce mercredi: où va le Progrès? C'est parti pour les une-deux de «Caza».
"Et toi Thomas, seras-tu un jour entraîneur?" a demandé "Caza" à celui qui était encore le capitaine du Progrès la saison dernière?