Changer d'édition

Joël Magalhaes (capitaine d'Etzella): «Rien n’est fait au classement»
Joël Magalhaes

Joël Magalhaes (capitaine d'Etzella): «Rien n’est fait au classement»

Photo: Christian Kemp
Joël Magalhaes
Sport 2 min. 16.04.2018

Joël Magalhaes (capitaine d'Etzella): «Rien n’est fait au classement»

Capitaine d'Etzella depuis février 2017, Joël Magalhaes se félicite de la neuvième victoire de rang, à Canach (3-1), mais il ne s'emballe pas malgré les huit points d'avance sur Käerjéng.

Capitaine d'Etzella depuis février 2017, Joël Magalhaes se félicite de la neuvième victoire de rang, à Canach (3-1). «Kaërjéng, troisième, compte huit points de retard, mais il faut rester les pieds sur terre. Nous n’avons rien en main à cinq journées du dénouement», remarque celui qui dispute sa troisième saison au Deich.

Propos recueillis par Vincent Lommel

  • Joël, votre équipe a fait la différence en deuxième mi-temps à Canach. Vous avez quitté vos coéquipiers au repos (Kalisa a pris le relais), en raison d’une blessure?

J’avais mal à la jambe gauche, particulièrement à la cuisse. Il était préférable de renoncer, d’autant plus que, pour ne rien arranger, mon dos me joue aussi des tours depuis trois semaines.

Il n’y a rien de grave mais, n’empêche, je me rends chez le kinésithérapeute pour me soigner. Je vais y aller modérément lors des entraînements. Le temps est mon meilleur allié. Mon souhait est d’être fit pour la venue du Swift dimanche (16h). Pour en revenir à la rencontre à Canach, je n’ai pas paniqué lorsque cet adversaire, pour le moins expérimenté et qui nous mena la vie dure, a égalisé (1-1, Mukendi à la 50e). J’avais raison car le marquoir indique 3-1 en notre faveur.

  • Le duel contre le Swift (4e) vaudra le détour et son pesant de cacahuètes…

Le Swift peut ambitionner terminer à la troisième place. Un duel important pour lui comme pour nous. Aligner neuf victoires de rang constitue une sacrée performance et réussir la passe de dix serait génial. On verra. D’un autre côté, le groupe tire dans le même sens, il a extrêmement bien travaillé lors de la trêve hivernale et, ni plus ni moins, récolte les fruits de son labeur. Les clubs voisins ont accepté de nous prêter leur terrain synthétique. Ceci explique aussi nos excellents résultats. La réussite, je le concède, fut à nos côtés depuis le mois de février. Tout roule, ce qui était moins le cas au cours du premier tour. La montée en BGL Ligue n’est pas encore acquise. Rien, rien, strictement rien n’est fait. Il est hors de question de lâcher du lest, de se reposer sur nos lauriers.

  • L’entraîneur Claude Ottelé saura mettre en garde son équipe. Le cas échéant, serait-elle prête pour faire bonne figure au sein de l’élite?

Je déteste parler de ce qui n’est pas acquis. Notre avance est de + 8 sur Käerjéng, troisième du classement. Il reste quinze points à distribuer. Ne pas monter serait considéré comme une catastrophe. Le club rêve de la BGL Ligue. Notre effectif est déjà bien constitué, il possède beaucoup de qualités, il s’appuie sur des jeunes motivés et, ce n’est que mon avis, n’aura pas besoin d’être chamboulé. La base est là. La priorité est d’assurer la montée, et pour y tendre Etzella ne doit pas trop réfléchir.


Sur le même sujet

Le champagne est au frais pour Rumelange et Etzella
Etzella s'est offert une neuvième victoire consécutive à l'occasion de la 21e journée de Promotion d'Honneur. Le leader rumelangeois a souffert pour écarter Sandweiler (2-1). Käerjéng lâche encore du lest. Norden et Mamer se rebiffent.
Mefail Kadrija (Etzella) tente d'éviter Yannick Bour. Les Nordistes ont contourné l'obstacle de la Jeunesse.
BGL Ligue: Differdange 03: pourquoi ça coince!
La rechute à Hostert dimanche (2-1) a rejeté Differdange à la septième place du classement de BGL Ligue à deux journées de la fin du premier tour. Brillant la saison dernière, le club de la Cité du Fer broie du noir. Tentative d'explications.
Gauthier Caron tente de subtiliser le ballon à Thomas Battaglia. Le retour en pointe du Differdangeois ne s'est pas soldé par un succès.