Changer d'édition

Charel Grethen décroche sa place en demi-finale
Sport 3 min. 03.08.2021
Jeux olympiques

Charel Grethen décroche sa place en demi-finale

Charel Grethen a su gérer quelques belles frayeurs durant les qualifications.
Jeux olympiques

Charel Grethen décroche sa place en demi-finale

Charel Grethen a su gérer quelques belles frayeurs durant les qualifications.
Photo: Christian Kemp
Sport 3 min. 03.08.2021
Jeux olympiques

Charel Grethen décroche sa place en demi-finale

L'athlète luxembourgeois a réussi ses qualifications sur 1.500 m. Le voilà retenu sur la piste de Tokyo parmi les 24 meilleurs coureurs sur la distance.

(pj avec Joe GEIMER) Sixième de sa série. Au stade olympique de Tokyo, Charel Grethen  a réussi ses quasi-quatre tours de stade. Sourire au lèvre, le Luxembourgeois de 29 ans revient sur sa performance de la nuit.


Charel Grethen (1500m) / Leichtathletik, CMCM Indoor Meeting 2021 / 13.02.2021 / Luxemburg / Foto: Christian Kemp
Les JO tendent les bras à Charel Grethen
L'athlète a décroché son billet pour participer à ses deuxièmes Jeux olympiques. A Tokyo, il défendra les couleurs du Luxembourg sur le 1.500 mètres.

Quelle course! C'est ce que l'on peut appeler une performance parfaite, n'est-ce pas ?

Charel Grethen : «Je suis vraiment très heureux. En fait, ça n'aurait pas pu mieux se passer. Je savais pendant la course que nous n'allions pas très vite et que je n'avancerais pas au temps. Je devais donc terminer à l'une des six premières places de ma série. Je me suis donc concentré sur cet objectif. Je ne me suis pas du tout soucié du chrono, juste de la place. Je n'ai pas fait de grosses erreurs cette fois.

Il y avait du beau monde dans cette course : Abel Kipsang (KEN), le champion en titre Matthew Centrowitz (USA) et Marcin Lewandowski (PL)...

«Vous ne pouvez pas vous laisser influencer par cela. Seuls les meilleurs sont en compétition ici, et je n'ai pas peur des grands noms. Je sais ce que je peux faire et que j'ai le niveau pour courir en tête. Surtout dans des courses aussi tactiques.

Charel Grethen n'a pas eu à puiser dans ses réserves durant ces qualifications relativement lentes.
Charel Grethen n'a pas eu à puiser dans ses réserves durant ces qualifications relativement lentes.
Photo : Christian Kemp

Je suis parti relativement loin (14e place, dans le couloir 8). Cela m'a donné l'occasion d'attendre les premiers 100 mètres, puis de me déplacer vers l'intérieur et de me placer là où je voulais. Je me suis placé à l'avant et, à un moment donné, le champ est devenu relativement large. Mais je ne voulais pas courir ailleurs qu'à la corde et faire des mètres inutiles. C'est pourquoi après environ 700 m, j'étais plus en milieu du peloton. Ensuite, j'ai progressé. Nous courions assez lentement, donc j'avais encore assez de ressources. Cela a joué en ma faveur.

Après environ 1 000 m, j'étais en 3ème, 4ème position et j'ai entamé le dernier tour directement derrière le leader. C'était bien, je n'étais pas enfermé. 

Votre expérience des rendez-vous internationaux a payé dans ces moments-là ? 

«Dans le passé, j'ai souvent fait l'erreur de trop bouger dans le peloton. C'est comme ça que l'on gaspille l'énergie. Là, à un moment, j'ai été poussé dans le dos et j'ai trébuché... Il y a eu un peu de cafouillage, mais dans le 1.500 m il faut savoir jouer des coudes. Mais il faut se concentrer sur l'essentiel. Si tu laisses ce genre de choses te faire dévier du chemin, tu as déjà perdu. Là, j'ai entendu dire qu'il y avait eu une chute 300 m avant l'arrivée, mais je n'ai rien vu. J'ai couru, couru, couru et c'était la bonne chose à faire.

Quel était votre état d'esprit dans les 100 derniers mètres ?

«300 m avant l'arrivée, je savais que je ne courais pas encore à ma limite. C'est toujours un bon ressenti. Dans les 50 derniers mètres, il s'agit de rester aussi détendu que possible et de ne pas se crisper. J'ai été dépassé par un concurrent au finish, mais je sais que je peux faire mieux que ça. Jusqu'à la demi-finale (jeudi 13h10, heure de Luxembourg), je vais essayer de bien récupérer et d'être aussi frais que possible sur la ligne de départ jeudi. Mais ça devrait marcher, ma course n'était pas extrêmement rapide et donc je n'ai pas eu à taper dans les réserves. La batterie devrait donc être à nouveau chargée à bloc pour la demie.

Quel va être le programme d'entraînement, alors?

«C'est simple : courir brièvement, se faire masser et ensuite... ne rien faire. Je dois garder ma concentration et aiguiser mon attention. Même avec la chaleur, les conditions sont idéales pour moi. Vous savez, j'ai étudié aux États-Unis pendant quatre ans. À l'université, au Texas et en Géorgie, j'ai couru dans des conditions bien plus chaudes. Le temps qu'il fait à Tokyo ne m'inquiète donc pas. Et donc la météo ne saurait constituer une excuse si je ne performe pas.»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Des contre-performances, des disputes, des records, pas un jour sans qu'il ne se passe quelque chose sous la flamme olympique. Y compris une larme à sécher pour la nageuse luxembourgeoise, Julie Meynen.
Czech Republic's Lukas Krpalek poses with his gold medal of the judo men's +100kg during the Tokyo 2020 Olympic Games at the Nippon Budokan in Tokyo on July 30, 2021. (Photo by Jack GUEZ / AFP)
Si Julie Meynen se dit «satisfaite» de sa performance sur le 100 mètres nage libre, Raphaël Stacchiotti avait du mal à «trouver les mots» à l'issue du 200 mètres quatre nage. Les deux athlètes luxembourgeois restent concentrés pour les prochains jours des JO.
Julie Meynen landet über 100 m Freistil auf Platz 32.
Les douze sportifs de la délégation grand-ducale présents à Tokyo participent à des épreuves olympiques différentes, étalées sur plusieurs jours. Découvrez leur planning afin de suivre leurs performances au cours de cette 22e olympiade.
This picture shows the logos of the Tokyo 2020 Olympic and Paralympic Games in Tokyo on March 20, 2021. (Photo by Philip FONG / AFP)
Christine Majerus et Raphaël Stacchiotti brandiront la bannière du Luxembourg lors de la cérémonie d'ouverture des JO de Tokyo vendredi. C'est la première fois que les couples mixtes sont autorisés par le comité international olympique.