Changer d'édition

Jérusalem, Froome: le Giro des «premières»
Sport 4 min. 03.05.2018 Cet article est archivé

Jérusalem, Froome: le Giro des «premières»

La présence de Chris Froome suscite la polémique. Le Britannique rêve de s'imposer pour la première fois sur le Giro mais il est sous la menace d'une suspension pour un contrôle antidopage «anormal».

Jérusalem, Froome: le Giro des «premières»

La présence de Chris Froome suscite la polémique. Le Britannique rêve de s'imposer pour la première fois sur le Giro mais il est sous la menace d'une suspension pour un contrôle antidopage «anormal».
Photo: Gian Mattia D'Alberto - LaPresse
Sport 4 min. 03.05.2018 Cet article est archivé

Jérusalem, Froome: le Giro des «premières»

Jérusalem: l'incroyable point de départ

(AFP)  - Le Giro multiplie pour sa 101e édition les «premières» avec un départ hors d'Europe, vendredi, pour le contre-la-montre inaugural à Jérusalem, et une course centrée autour de Chris Froome, candidat malgré une épée de Damoclès à un «triplé» inédit au XXIe siècle.

Washington, à la fin des années 2010, et plus récemment Tokyo en sont restés au stade de projets. Jérusalem est devenu une réalité pour le départ du Giro qui, en plus d'une siècle, n'avait jamais quitté le continent européen, pas plus que les deux autres courses de trois semaines du calendrier cycliste (Tour de France, Vuelta).

Un contre-la-montre dans la partie ouest de Jérusalem et deux étapes en ligne, qui traversent Israël du nord au sud, avant de quitter le pays à destination de la Sicile: le Grand départ en mondiovision, salué par le Premier ministre israëlien Benjamin Netanyahu en ouverture de son conseil des ministres, est appelé à faire date dans un contexte de tension politique, bien plus que sportive.

«C'est un peu tendu au niveau de la sécurité», reconnaît Tom Dumoulin, le vainqueur sortant. Mais, ajoute le Néerlandais, «je n'ai pas plus peur que lorsque j'arrive sur les Champs-Elysées au Tour de France».

Froome: l'inévitable point d'interrogation

Vainqueur du Tour de France (pour la 4e fois) puis de la Vuelta, Froome s'attaque au défi de gagner les trois grands tours consécutivement. Et avant tout de remporter son premier Giro, une course qu'il a disputée en début de carrière. Lors de sa dernière apparition, en 2010, le Britannique alors anonyme avait été exclu pour s'être accroché à une moto.

Huit ans plus tard, tous les regards se portent vers lui. D'abord pour sa position de chef de file de l'équipe la plus puissante du peloton (Sky), toujours en échec jusqu'à présent dans le Giro. Mais aussi et surtout à cause du contrôle antidopage de la Vuelta en septembre dernier, «anormal» selon le terme juridique en vigueur à cause d'un taux de salbutamol crevant le plafond autorisé.

En attendant la décision de l'instance antidopage, espérée pour juin, Froome est autorisé à courir. «La situation autour de Froome est difficile et inopportune», a résumé Dumoulin dans un avis très partagé dans le peloton et le milieu du cyclisme. Pour sa part, le Britannique, qui entend courir comme si de rien n'était, a annoncé: «Il y a évidemment un risque à faire du Giro un objectif avant le Tour de France mais, si je n'étais pas venu sur le Giro avec l'ambition de gagner, je pense que je l'aurais regretté. Quand la course se terminera, je pourrai commencer à me reconcentrer sur le Tour.»

L'équipe Trek lors du point presse avec Laurent Didier (à droite).
L'équipe Trek lors du point presse avec Laurent Didier (à droite).
Photo: Gian Mattia D'Alberto - LaPresse

Les Alpes: l'éternel point décisif

C'est donc le «Kenyan blanc» qui, à 32 ans, sert de boussole à la course. Ses résultats sont en demi-teinte cette saison - aucun podium en 17 jours de course - mais sa montée en puissance ne fait guère de doute. Tout comme celle de Dumoulin, encore plus discret depuis le début de l'année mais attendu dès les 9.700 mètres du «chrono» d'ouverture vendredi à Jérusalem, en tant que champion du monde en titre de la discipline.

Traditionnellement, «la course la plus dure dans le plus beau pays du monde», le slogan marketing du Giro, se joue en montagne. A l'Etna, site magique de la 6e étape. Et plus encore dans les cols des Alpes, au Zoncolan (14e étape) ou dans la trilogie qui précède l'arrivée programmée le 27 juin à Rome, surtout la 19e étape empruntant le chemin en terre des Finestre avant de grimper au-dessus de Bardonecchia (Jafferau).

Le menu plaît aux grimpeurs, à peine contrariés par le second chrono programmé en ouverture de la troisième et dernière semaine. Au «Superman» colombien Miguel Angel Lopez, s'il gagne en constance, à son compatriote Esteban Chaves (2e en 2016), au champion d'Italie Fabio Aru (2e en 2015) ou au Français Thibaut Pinot (4e en 2017). Tous ont le droit de voir la vie en rose, la couleur du Giro qui flotte près des murailles ocres de la vieille ville de Jérusalem.

Les étapes

4 mai: 1re étape Jérusalem - Jérusalem, 9,7 km (contre-la-montre individuel)

5 mai: 2e étape Haïfa (ISR) - Tel Aviv, 167 km

6 mai: 3e étape Be'er Sheva (ISR) - Eilat (ISR), 229 km

7 mai: repos

8 mai: 4e étape Catane - Caltagirone, 198 km

9 mai: 5e étape Agrigente - Santa Ninfa, 153 km

10 mai: 6e étape Caltanissetta - Etna, 164 km

11 mai: 7e étape Pizzo - Praia a Mare, 159 km

12 mai: 8e étape Praia a Mare - Montevergine di Mercogliano, 209 km

13 mai: 9e étape Pesco Sannita - Gran Sasso d'Italia, 225 km

14 mai: repos

15 mai: 10e étape Penne - Gualdo Tadino, 239 km

16 mai: 11e étape Assise - Osimo, 156 km

17 mai: 12e étape Osimo - Imola, 214 km

18 mai: 13e étape Ferrare - Nervesa della Bataglia, 180 km

19 mai: 14e étape San Vito al Tagliamento - Monte Zoncolan, 186 km

20 mai: 15e étape Tolmezzo - Sappada, 176 km

21 mai: repos

22 mai: 16e étape Trente - Rovereto, 34,2 km (contre-la-montre individuel)

23 mai: 17e étape Riva del Garda - Iseo, 155 km

24 mai: 18e étape Abbiategrasso - Pratonevoso, 196 km

25 mai: 19e étape Venaria Reale - Bardonecchia, 184 km

26 mai: 20e étape Suse - Cervinia, 214 km

27 mai: 21e étape Rome - Rome, 115 km


Sur le même sujet

Dumoulin se replace, Yates vacille, Schachmann s'impose au sommet
Tom Dumoulin (Sunweb) a signé la bonne opération du jour et est revenu à moins de 30" du maillot rose Simon Yates à l'issue de la 18e étape du Tour d'Italie qui reliait Abbiategrasso à Prato Nevoso (196 km) où l'Allemand Maximilian Schachmann (Quick-Step) a décroché sa première victoire sur un grand tour.
Maximilian Schachmann poursuit le récital de la Quick-Step. L'Allemand a offert une cinquième victoire aux troupes de Patrick Lefevere sur ce Giro.
Cyclisme: Tour d'Espagne: la course, malgré le deuil
La Vuelta (19 août-10 septembre) s'élance ce samedi pour la première fois de France, dans une atmosphère plombée par les attentats qui ont ensanglanté l'Espagne et relégué au second plan le plateau royal présent dans l'arène à Nîmes, où Bob Jungels (Quick-Step Floors) sera le seul représentant luxembourgeois.
Bob Jungels (UC Dippach - Quickstep Floors) vor Nation Branding logo, Portrait
/ 25.06.2017 Radsport, Velo, Saison 2017 / 25.06.2017 /
Nationale Meisterschaften, Elite / 
Remerschen /
Foto: Ben Majerus