Changer d'édition

Jean Chopin (UT Pétange): «Prendre le bon wagon»
Sport 5 min. 05.10.2018 Cet article est archivé

Jean Chopin (UT Pétange): «Prendre le bon wagon»

Jean Chopin a mis de côté le lourd revers enregistré contre Dudelange pour se focaliser sur les prochaines échéances de l'Union Titus Pétange.

Jean Chopin (UT Pétange): «Prendre le bon wagon»

Jean Chopin a mis de côté le lourd revers enregistré contre Dudelange pour se focaliser sur les prochaines échéances de l'Union Titus Pétange.
Photo: Vincent Lescaut
Sport 5 min. 05.10.2018 Cet article est archivé

Jean Chopin (UT Pétange): «Prendre le bon wagon»

Didier HIEGEL
Didier HIEGEL
L'Union Titus Pétange (7e) reçoit Strassen (12e à 3 pts) ce samedi à l'occasion de la huitième journée de BGL Ligue. Jean Chopin, le dernier rempart de l'UTP, nous livre ses sentiments avant cette rencontre charnière et ses pronostics pour cette nouvelle étape de la compétition.

Jean, vous restez sur un sévère revers face à Dudelange (1-6), une défaite forcément difficile à digérer...

Effectivement, la nuit suivant le match je n'ai pas dormi. J'ai ruminé parce que cette défaite est dure à encaisser... un peu moins que Niederkorn quand on en avait pris sept. Le lendemain et le surlendemain sont aussi difficiles, mais ensuite on reprend l'entraînement, on retrouve certaines sensations et on se prépare surtout pour le match qui arrive. C'est ce qui est bien dans le foot, on peut faire les pires m..., qu'on soit joueur ou entraîneur, et les faire oublier le week-end suivant.

On imagine qu'encaisser six buts est encore plus difficile pour un gardien non?

Bien sûr. Mais je pense que les défenseurs sont aussi affectés... du moins s'ils se sentent concernés. Chez nous, je crois que tout le monde a été affecté par ce résultat.

Ce résultat est-il de nature à entamer votre confiance?

Non, ma confiance serait entamée si jamais nous nous inclinions six fois de suite 0-1. Là je me dirais que ça craint vraiment au niveau comptable. On travaille bien à l'entraînement justement pour pallier ce genre de flottement ou de doute.

Quelle a été la réaction de votre entraîneur à l'issue du match à Dudelange?

Il n'a pas pris la parole à chaud, ni aucun membre de l'équipe ou du comité. On s'est juste serré la main avant de regagner notre domicile. Nous avons parlé de cette rencontre le mardi à l'entraînement. A tête reposée, nous avons analysé ce match. Il n'y a pas eu de coup de gueule.

Qu'est-ce qui est ressorti de l'analyse que vous avez faite?

D'abord que le score de la rencontre ne reflétait pas réellement ce qui s'était passé dans le match. Ce score est vraiment sévère. Pour quelqu'un qui n'a pas du tout vu le match, il peut se dire: «Ils se sont faits allumer». Pourtant, nous leur avons tenu la dragée haute en première mi-temps, ils ont même commencé à douter lorsque nous avons ouvert la marque. Je pense qu'ils avaient en tête de se mettre à l'abri lors des 45 premières minutes pour faire des changements à la mi-temps et reposer certains éléments en vue du match de Coupe d'Europe de jeudi. Là, on a vu qu'ils étaient contrariés. Ensuite, il y a ce fait de match, cette main dans la surface qui n'aurait sans doute pas été sifflée de l'autre côté. Le penalty est transformé et ça nous met un petit coup derrière la tête juste avant la mi-temps. Ça leur remet le pied à l'étrier et ils enchaînent avec un deuxième but. Après le 3-1, j'ai eu le sentiment d'un flottement général, qu'on était perdus. Ce n'était pas un problème de physique, mais dans la tête. Certains ont lâché. Beaucoup trop de monde. Et avec les armes offensives dudelangeoises, ça ne pardonne pas.

Cela signifie-t-il que vous manquez d'un patron sur le terrain?

J'ai reproché cela aux joueurs, l'entraîneur ne peut pas non plus tout faire. Nous avons manqué de solidarité. Nous ne nous sommes pas dit: «Stop! on arrête l'hémorragie». A 25 minutes de la fin, c'était compliqué de se jeter dans la gueule du loup pour essayer de revenir. Nous n'avons pas non plus une profondeur de banc énorme, les gens qui entrent ne peuvent pas faire toutes les différences.

En termes de jeu, quels sont les enseignements que vous avez retirés de ce match contre le ténor du championnat?

Au niveau footballistique, c'était plutôt positif. Nous avions travaillé sur un plan pour les malmener et ça a réussi pendant 60 ou 65 minutes. Si nous n'avions pas perdu pied mentalement, il y avait moyen, sinon de faire match nul, du moins de ne pas prendre une claque.

Ce samedi, vous rencontrez Strassen. Est-ce une bonne chose de rencontrer un mal classé après ce match à Dudelange?

J'ai tendance à dire qu'il n'y a pas vraiment de mal classés quand on regarde les écarts de points au classement. Nous avons dix points et Rumelange, la lanterne rouge, en possède six. Tout peut aller très vite, si Strassen (12e)  nous bat, on échange nos places. Tout le monde serre les fesses. Strassen est une bonne équipe qui a fait des résultats contre de bonnes formations. Il ne faut pas les sous-estimer. En plus, on connaît leur entraîneur (Manuel Correia), on doit s'attendre à un gros combat. Le connaissant, il va venir avec les crocs. A nous de faire en sorte de nous imposer.

Le retour de Manu Correia avec Strassen est-il spécial pour vous, les Pétangeois?

Au niveau football, non. Au niveau motivation, oui. Certains qui n'avaient pas trop de temps de jeu avec lui seront bien motivés. Ceux qui sont proches de lui ont envie de le chambrer après le match si ça se passe bien pour nous. Ça va chambrer avec Manu. A nous d'être du bon côté.

Cette confrontation est-elle déjà un match charnière de votre saison?

C'est certain, il nous faut les trois points pour prendre le bon wagon et continuer à regarder vers l'avant. Ce qui est bizarre cette année, c'est que personne n'a réellement de marge de manœuvre. Les deux prochaines rencontres (Strassen et la Jeunesse) sont hyper importantes. Ou on se donnera de l'air, ou on se compliquera la vie.

Les pronostics de Jean Chopin pour la 8e journée de BGL Ligue

Samedi

16h: Union Titus Pétange -  Strassen 1-0

18h: Etzella  - FC Differdange 03 1-2

18h: Progrès -  Mondorf 2-1

Dimanche

16h: Rumelange - Fola 1-2

16h: Jeunesse -  Hostert 2-0

16h: Rosport - RM Hamm Benfica 1-1

18h: Racing  -  Dudelange 1-3



Sur le même sujet

Neuvième du classement avec seulement trois points d'avance sur le barragiste, Mondorf est dans une situation embarrassante. Avant la venue de Niederkorn, dimanche, Alessandro Scanzano (23 ans) fait le point et nous donne ses pronostics pour la 20e journée de BGL Ligue.
Alessandro Scanzano, ici entre les Dudelangeois Dominik Stolz et Aniss El Hriti, ne s'affole pas. Le jeune attaquant mondorfois pense que son club ne sera pas inquiété en cette fin de saison.
La Jeunesse est pour l'instant un leader autoritaire. En cas de victoire dimanche, la Vieille Dame a l'occasion de reléguer Differdange à neuf points. Milos Todorovic, le jeune capitaine bianconero, évoque ce «match à six points» et nous livre ses pronostics.
Milos Todorovic va retrouver Gilles Bettmer pour ce qui s'annonce comme le choc de la 12e journée de championnat.
A la veille du match retour décisif face à Östersunds FK, le latéral droit du club doyen se confie sur l’importance de ce rendez-vous, et les chances du Fola de franchir l’obstacle suédois.
Le Fola et Tom Laterza ont chuté en Suède pour mieux se relever jeudi. Le latéral droit a hâte de retrouver Östersund..
Canach (11e, 18 points) reçoit Käerjéng (13e, 16 points) ce dimanche, pour le compte de la 20e journée en BGL Ligue. Un duel qui pourrait donner la tendance de la fin de saison dans le bas du classement. Mickaël Negi, le défenseur central de la Jeunesse, nous livre ses sentiments avant cette rencontre et nous offre ses pronostics.
Mickael Negi
Portrait, Porträt
/ Fussball, BGL Ligue Luxemburg, Saison 2016-2017 / 14.07.2016 /
Mannschaftsfoto, Teampraesentation, Teamfoto FC Jeunesse Canach /  Stade rue de Lenningen, Canach /
Foto: Ben Majerus
L'ancien attaquant international du F91 s'offre un break avec le football et a cessé ses activités d'entraîneur à Rumelange depuis le mois de décembre pour se consacrer à un autre sport: la pétanque. Mais Stefano Fanelli continue de suivre avec assiduité le championnat et nous propose ses pronostics pour la 7e journée en BGL Ligue.
Fidèle à lui-même, Stefano Fanelli n'a pas sa langue dans la poche.