Changer d'édition

Het Nieuwsblad: Drucker-Kirsch-Jungels-Wirtgen visent le haut du pavé
Sport 8 min. 01.03.2019 Cet article est archivé

Het Nieuwsblad: Drucker-Kirsch-Jungels-Wirtgen visent le haut du pavé

Pour Alex Kirsch et Jempy Drucker, les classiques flandriennes n'ont plus de secret.

Het Nieuwsblad: Drucker-Kirsch-Jungels-Wirtgen visent le haut du pavé

Pour Alex Kirsch et Jempy Drucker, les classiques flandriennes n'ont plus de secret.
Photo: cyclingpix
Sport 8 min. 01.03.2019 Cet article est archivé

Het Nieuwsblad: Drucker-Kirsch-Jungels-Wirtgen visent le haut du pavé

Eddy RENAULD
Eddy RENAULD
Christine Majerus lance sa saison sur route

Après l'Australie et les Emirats arabes unis, le WorldTour est de retour en Europe avec le traditionnel circuit Het Nieuwsblad, épreuve d'ouverture de la saison en Belgique. Un rendez-vous qui est toujours attendu avec une impatience non dissimulée par les spécialistes des classiques flandriennes dont font partie les routiniers Jempy Drucker et Alex Kirsch qui vont vivre respectivement leur septième et cinquième expérience. Au contraire de Bob Jungels et Tom Wirtgen qui s'apprêtent à livrer leur baptême du feu sur les monts flamands.

Het Nieuwsblad 2019

Complètement relooké l'an dernier, l'Omloop Het Nieuwsblad va encore évoluer cette année. Parmi les modifications annoncées figure la délocalisation de l’arrivée. Après une seule édition avec l'Halsesteenweg de Meerbeke comme ligne droite finale, les organisateurs ont fait le choix de déplacer l’arrivée du côté de Ninove, à quelques encablures de là. La victoire sera jugée sur l’Onderwijslaan après 199,8 kilomètres.

Si le parcours reste sensiblement le même, et que le départ à Gand demeure, il faut aussi observer quelques aménagements comme la présence du Molenberg (à 55 km de l’arrivée cette année) mais aussi un changement d’itinéraire entre le Berendries et le Mur de Grammont, qui fera emprunter l'Elverenberg aux coureurs (en lieu et place du Valkenberg et du Tenbosse). En revanche, l’enchaînement Mur de Grammont-Bosberg restera bien le juge de paix de l’épreuve. Il y a un an, le Danois Michael Valgren avait surpris les favoris.

Jempy Drucker: «Je n'ai pas à me plaindre avec ma condition»

Les Flandriennes et Jempy, c'est une longue histoire. D'abord entamée dans les labourés, la relation particulière entre le Luxembourgeois et le plat pays s'est poursuivie sur les pavés. Depuis 2011 et son passage dans l'équipe Veranda's Willems-Accent, Drucker participe à la campagne de Flandre. Les secteurs pavés et les monts n'ont plus aucun secret pour lui. Même l'absence de reconnaissance des derniers tronçons du Nieuwsblad ne perturbe pas sa préparation.

«Cela ne pose aucun problème car je connais ces chemins et ces routes. La reconnaissance est utile pour retrouver le feeling avec les pavés ou pour tester une dernière fois le matériel. Par contre, ce qui est parfois important c'est de connaître l'ordre des monts. Par exemple, on fait le Haaghoek puis le Leberg. Savoir dans 20 km qu'il y a une côte ou un secteur pavés. Cela peut-être très utile.»

Victime d'une fracture de la clavicule la veille de Noël, Jempy n'affiche pas encore sa meilleure condition mais il est sur le bon chemin. «J'ai souffert à Majorque mais ce n'était pas une surprise, j'étais un peu juste mais depuis j'ai bien travaillé. A Almeiria, à Murcie et en Algarve, c'était beaucoup mieux. Je suis confiant. Je ne suis pas encore à cent pour cent mais avec les courses et les entraînements, cela va venir. Je n'ai pas à me plaindre avec ma condition», dit-il.

Pour la deuxième année de suite, Peter Sagan ne sera pas de la partie durant ce week-end d'ouverture. L'absence de l'ancien champion du monde pourrait permettre à d'autres membres de l'équipe de s'illustrer. «Nous n'alignons pas de grands favoris, personne ne va calquer sa course sur nous. On doit essayer de profiter de la situation. Avec Oss, Pöstlberger et moi, on peut jouer un rôle dans le final. Il faudra être présent dans tous les coups, signer une course agressive et espérer que cela va jouer en notre faveur. L'an dernier, personne n'aurait misé sur la victoire de Valgren et la deuxième place de Wisniowski. J'espère avoir un rôle à jouer pour les deux jours.»

Alex Kirsch: «Un nouveau rôle»

Pour Alex Kirsch, la saison 2019 s'annonce bien différente des précédentes. Après avoir franchi le pas vers le WorldTour durant l'hiver, il a aussi changé de statut au sein de sa nouvelle formation. Si sous les couleurs de Wallonie-Bruxelles, il pouvait bénéficier d'un statut de leader sur certaines épreuves, son rôle a quelque peu évolué depuis qu'il a endossé le maillot de la Trek-Segrafredo.

Une intégration qui s'est déroulée sans le moindre problème. «Tout s'est parfaitement bien enchaîné. Je me sens très bien. J'apprécie le groupe des classiques, on est souvent ensemble, cela nous permet d'affiner les détails, de nous habituer les uns aux autres.»

Le coureur de 26 ans a profité de l'Etoile de Bessèges et du Tour d'Algarve pour monter dans les tours et aborder ce premier gros rendez-vous de la saison dans les meilleures conditions. «C'est difficile d'avoir une idée précise de mon niveau de forme car mon rôle a un peu changé. Je suis un élément de l'équipe et je suis moins susceptible d'avoir la chance de jouer ma carte personnelle.»

Pour le rendez-vous de samedi, il sera au service de Jasper Stuyven, le Belge est un habitué du Top 10 au Nieuwsblad (4e en 2018) et sur Kuurne, il s'est imposé en 2016 avant de se classer 2e en 2017. Edward Theuns et Mads Pedersen seront les autres coureurs protégés de la formation américaine. Le week-end s'annonce effectivement chargé pour Kirsch.

Tom Wirtgen s'apprête à vivre sa première expérience sur les chemins du Nieuwsblad.
Tom Wirtgen s'apprête à vivre sa première expérience sur les chemins du Nieuwsblad.
Photo: cyclingpix

Tom Wirtgen: «Mon rêve va se concrétiser»

Le contexte est bien différent pour Tom Wirtgen. Néo-pro cette saison, le coureur de Hostert s'apprête à vivre un grand moment. «Het Nieuwsblad est une des grandes classiques, être au départ est un honneur. Je veux me montrer et me situer par rapport aux favoris. Je n'ai pas spécialement de craintes mais j'ai du respect car c'est ma première course en WorldTour, c'est quelque chose de nouveau mais je suis confiant.»

Pour se faire les dents, le Luxembourgeois de Wallonie-Bruxelles a pris part à l'Etoile de Bessèges et au Tour du Haut-Var, deux épreuves qui ont permis d'en découdre avec quelques routes vallonnées qui lui ont permis de prendre confiance et de lancer sa saison. «J'ai pris mes repères. C'étaient de belles courses mais aussi très difficiles. J'ai constaté que le niveau est très élevé si on veut se rapprocher des meilleurs. Je suis satisfait, j'ai fait le travail que l'équipe m'a demandé et j'ai pu finir dans le premier tiers du classement (31e et 35e).»

Ce samedi, c'est avec un plaisir non dissimulé qu'il va retrouver des routes qu'il apprécie: «Je suis heureux de rouler la première classique belge. Cela s'annonce très nerveux. J'aimerais bien prendre l'échappée mais ce sera l'objectif de toute l'équipe Wallonie-Bruxelles. Si ce n'est pas le cas, j'essayerai de rester le plus longtemps possible avec les meilleurs», conclut Wirtgen qui a profité de la journée de mercredi pour reconnaître les 120 derniers kilomètres.

«Cette reconnaissance est intéressante car sur ce type de parcours, c'est souvent le placement qui joue. L'approche des secteurs pavés est très importante et puis il faut aussi tenir compte du vent qui peut aussi jouer un rôle.»

Bob Jungels: «Je ne pars pas dans l'inconnu »

Autre novice sur le Omloop: Bob Jungels. Au cours des dernières saisons, le champion national s'est consacré aux Ardennaises ce qui lui a permis de décrocher la Doyenne en 2018. Ses qualités de coureur complet doivent pourtant lui permettre de briller sur des terrains variés à commencer par les Flandriennes. Le natif de Rollingen a tout de même remporté Paris-Roubaix dans la catégorie des Espoirs en 2012, une sacrée référence et une preuve supplémentaire de ses aptitudes à dompter les pavés.

Pour 2019, le champion national a émis le souhait de se produire sur les classiques flandriennes avant de préparer le Tour d'Italie. «C'était mon choix. Les premières courses sur les pavés vont servir de test. Si je veux disputer le Tour des Flandres, je dois gagner ma place car la concurrence dans l'équipe est forte mais j'ai le sentiment que je peux aussi jouer un rôle sur ces courses.»

Lauréat de la 4e étape du Tour de Colombie, le Luxembourgeois de la formation Deceuninck est en confiance même si c'est un tout autre décor qui l'attend. «C'est toujours un peu surprenant de revenir d’altitude. J'ai eu le temps de récupérer mais une course sur pavés est bien différente des autres courses du monde. Je ne pars pas dans l'inconnu car j'ai déjà disputé des courses dans la région, on verra comment les jambes réagiront dans une course d'un jour par rapport à une épreuve par étapes», conclut Jungels qui s'alignera aussi dimanche sur Kuurne-Bruxelles-Kuurne.

Première course pour Christine Majerus

Comme en 2017 et 2018, la championne nationale lance sa saison sur les routes de Flandre à l'occasion du Nieuwsblad féminin. Il s'agira de sa septième participation depuis 2012. A l'exception de l'année 2016, elle a toujours pris part à la classique belge. Ses meilleures prestations au Nieuwsblad datent de 2014 et 2015 où elle s'était classée respectivement dixième et huitième.

Chantal Hoffmann sera également au départ de Gand. Il s'agira de la deuxième épreuve de la saison pour la Luxembourgeoise de la formation Lotto après sa 74e place au Tour de la Communauté de Valence.   


Sur le même sujet

Les Luxembourgeois se découvrent une âme de «Flahute»
De la pluie, des rafales de vent. La météo capricieuse ne devrait pas mettre à mal les ambitions de Bob Jungels, Jempy Drucker, Alex Kirsch, Kevin Geniets et Tom Wirtgen qui participent au week-end d'ouverture de la saison des classiques belges.
Alex Kirsch (Trek) und Jempy Drucker (Bora) - Mallorca-Challenge - Trofeo Ses Salines-Felanitx - Foto: cyclingpix.lu
Un parfum de Tour des Flandres plane sur Harelbeke
A dix jours du Ronde, les spécialistes des Flandriennes et le quatuor Jungels-Drucker-Kirsch-Wirtgen se retrouvent ce vendredi à Harelbeke pour le GP de l'E3. Une répétition générale grandeur nature du Tour des Flandres, programmé le 7 avril.
Das Feld mit Alex Kirsch (L/Trek) im Kemmelberg - 3 Daagse Brugge/De Panne - Foto: Serge Waldbillig
Larry Valvasori: «Je pourrai exprimer mon potentiel»
Après quatre saisons au sein du Team Differdange, Larry Valvasori change d'horizon et rejoint l'équipe autrichienne Team Vorarlberg. Une nouvelle structure au sein de laquelle il nourrit de nouvelles ambitions. Coup de projecteur.
Larry Valvasori loue l'esprit d'équipe qui règne chez Vorarlberg.