Changer d'édition

Grégory Proment: «A Caen comme à Metz, il n'y a pas de star»
Sport 4 min. 30.10.2014 Cet article est archivé
Football / L'invité du jour avant Metz - Caen (samedi 20h)

Grégory Proment: «A Caen comme à Metz, il n'y a pas de star»

Grégory Proment n'a connu que deux clubs en France: le FC Metz et le SM Caen. C'est dire si son cœur battra fort samedi soir!
Football / L'invité du jour avant Metz - Caen (samedi 20h)

Grégory Proment: «A Caen comme à Metz, il n'y a pas de star»

Grégory Proment n'a connu que deux clubs en France: le FC Metz et le SM Caen. C'est dire si son cœur battra fort samedi soir!
Photo: Michel Dell'Aiera
Sport 4 min. 30.10.2014 Cet article est archivé
Football / L'invité du jour avant Metz - Caen (samedi 20h)

Grégory Proment: «A Caen comme à Metz, il n'y a pas de star»

Maillon essentiel lors de la remontée du FC Metz en Ligue 2 (2013), Grégory Proment (35 ans) dirige l'équipe réserve du Stade Malherbe de Caen. Il ne devrait pourtant pas être du voyage en Moselle et assistera devant son poste de télévision à l'opposition entre le FC Metz et le SM Caen (12e journée de L1) ce samedi (20h). 

Maillon essentiel lors de la remontée du FC Metz en Ligue 2 (2013), Grégory Proment (35 ans) dirige l'équipe réserve du Stade Malherbe de Caen. Il ne devrait pourtant pas être du voyage en Moselle et assistera devant son poste de télévision à l'opposition entre le FC Metz et le SM Caen (12e journée de L1) ce samedi (20h).

• Grégory, comment se déroulent vos premiers pas en tant qu'entraîneur?

Je dirige l'équipe de CFA 2 du Stade Malherbe de Caen et je suis également en charge de la formation. Les jeunes n'ont pas tous l'esprit tourné vers une carrière professionnelle et il faut alors que je les recadre, sans être trop dur même si je n'hésite pas à taper du poing sur la table s'il le faut.

• Caen vient de se qualifier face à Clermont en Coupe de la Ligue (4-3 après prolongations) et l'ex-Messin Mathieu Duhamel a inscrit deux buts. Est-ce l'homme fort de l'équipe professionnelle?

Il s'est encore amélioré depuis son passage à Metz, et il profite avant tout du travail collectif que ses coéquipiers produisent autour de lui. Il est payé pour marquer et il le fait bien. Je n'aime absolument pas ressortir une individualité plus qu'une autre dans une équipe. Caen peut également compter sur le talent de N'Golo Kanté qui était la révélation de la L2 la saison dernière et qui confirme son potentiel au plus haut niveau. A Caen comme à Metz, il n'y a pas de star, le collectif prime et les gars bossent bien.

• Avez-vous été surpris par le très bon début de saison du FC Metz?

Avec Albert Cartier à la tête du FC Metz je ne m'étonne plus des bons résultats qui en découlent. Je sais comment il fonctionne et je sais aussi que tous les joueurs se donnent à fond. Ils adhérent tous à sa méthode et Albert est très bien secondé par José Jeunechamps qui est un technicien de qualité. Quand je suis revenu à Metz, je savais que nous étions dans l'obligation de monter en Ligue 2 et que les risques encourus par Albert et moi étaient grands. Au final, le FC Metz a réussi son pari et tout le monde en est sorti vainqueur.

• Comment imaginez-vous les débats entre le FC Metz (10e, 15 points) et le SM Caen (15e, 12) ce samedi soir?

Les Messins ont connu une baisse de régime ces dernières semaines mais leur qualification en Coupe de la Ligue face à Nice (3-3, 3-2 aux tirs au but) va leur faire beaucoup de bien. J'ai regardé leur prestation et j'ai pu observer une équipe qui pouvait jouer très vite en attaque même si nous n'avons pas été habitués à les voir prendre trois buts en une seule partie. Les Caennais proposent un bloc défensif solide, c'est une équipe qui joue bas et qui aime faire du jeu. C'est une rencontre qui s'annonce très ouverte.

• Etes-vous toujours aussi proche d'Albert Cartier?

Nous nous téléphonons au moins une fois par semaine. Nos liens sont devenus encore plus forts et particuliers depuis notre saison en National. Il suit mes résultats et nous échangeons beaucoup. Albert Cartier est l'entraîneur qu'il fallait au FC Metz: c'est une bonne personne, honnête et franche.

• Les joueurs du FC Metz ont conservé une tradition de leur passage en National: à la pause, ils se regroupent toujours tous dans le rond central avant de regagner les vestiaires. Une bonne habitude?

Le public a tout de suite adhéré à cette méthode et je peux vous garantir que nous avions sacrément besoin du public de Saint-Symphorien en National. C'est l'image du FC Metz qui se perpétue ainsi, celle d'une grande famille qui avance ensemble, celle d'un peuple grenat soudé. Albert Cartier avait initié ce mouvement et j'estime qu'il ne faudra jamais le stopper.

Propos recueillis par Hervé Kuc

Le groupe probable messin. M'Fa et Carrasso; Métanire, Milan, Choplin, Palomino, Bussmann, Marchal, Rivierez; N'Daw, Rocchi, Doukouré, Kashi, Malouda, Krivets, N'Gbakoto, Sarr (?); Maïga, Vion.

Le "prono" de la rédaction. Le FC Metz a réussi vingt premières minutes de rêve face à l'OGC Nice mercredi soir: jeu rapide, mouvements perpétuels, vivacité des attaquants et volonté de produire du jeu. Albert Cartier va être confronté à des options très délicates dans l'entrejeu et va devoir surtout choisir entre M'Fa, auteur de dernières prestations convaincantes et le titulaire au poste de gardien de but Carrasso, timide face aux Niçois. En attaque, le duo Maïga-Vion s'impose. Notre pronostic: 3 à 1 pour le FC Metz.


Sur le même sujet

Le FC Metz accueille Toulouse ce samedi (20h) à l'occasion de la 31e journée de Ligue 1. Stéphane Borbiconi préface la rencontre, souhaite voir un onze grenat déterminé à bien finir un exercice qui s'éternise. Pour lui, c'est certain, les dirigeants travaillent déjà sur la prochaine saison en L2.
Albert Cartier n'est pas du genre à lâcher le morceau. Le coach grenat exigera des résultats jusqu'au bout du championnat.
Football / L'invité du jour avant Metz-Evian
Remplaçant puis à nouveau titulaire et capitaine du FC Metz, Sylvain Marchal (35 ans) ne manie pas la langue de bois: Metz doit vaincre ou songer franchement à réintégrer la Ligue 2. Le défenseur central messin affiche calme, sérénité et détermination.
Sylvain Marchal met les valeurs messines en avant pour fouetter l'égo des Grenats
Football / Après FC Metz - Nice (0-0)
Témoin privilégié et attentif des prestations messines à Saint-Symphorien, Denis Balbir croit en les valeurs de la maison messine pour réussir à se maintenir. Néanmoins, il pointe du doigt l’absence d’un buteur capable d’inscrire entre huit et dix buts par saison et se demande pourquoi le FC Metz n’a pas enrôlé Julien Feret (Caen), un temps sur les tablettes mosellanes.
Chris Philipps, ici au côté de Niklas Hult, s'est découvert des talents de patineur samedi soir. L'international luxembourgeois a bien plu à Denis Balbir.
Football / Après Lens - FC Metz
L'ex-Messin Phillipe Piette (56 ans) a suivi avec intérêt le succès lensois face au FC Metz (2-0). Il a confiance en la rigueur d'Albert Cartier pour redresser la barre face à Bordeaux puis à Marseille.
«Je suis beaucoup plus inquiet de l'avenir du RC Lens que celui du FC Metz», estime Philippe Piette.
Observateur de choix lors de l'opposition entre le FC Metz et Caen (3-2), Denis Balbir (55 ans) a apprécié l'état d'esprit et la solidarité des hommes d'Albert Cartier. Résidant à Metz depuis six ans, le présentateur actuel de M6 a suivi les joueurs d'Albert Cartier du National à la Ligue 1. Il tresse des louanges à Malouda, Métanire et Maïga mais égratigne les groupes de supporters messins grévistes.
Denis Balbir est un fidèle de Saint-Symphorien.
L'ex-international luxembourgeois Roby Langers (54 ans), qui a porté le maillot du FC Metz et de l'OGC Nice, suivra avec intérêt l'opposition entre ses deux anciennes formations ce mercredi en Coupe de la Ligue (18h30). Philipps et Carrasso figurent dans un groupe appelé à disputer un match d'une haute importance samedi face à Caen (20h) en championnat.
Roby Langers reste un spectateur attentif de la Ligue 1. Mais entre Metz et Nice, pas question de choisir...