Changer d'édition

Gerard Lopez: «Viser le Top 5»
Sport 3 min. 23.12.2018 Cet article est archivé

Gerard Lopez: «Viser le Top 5»

Gerard Lopez veut installer son club aux premières loges pour respirer à nouveau le parfum européen.

Gerard Lopez: «Viser le Top 5»

Gerard Lopez veut installer son club aux premières loges pour respirer à nouveau le parfum européen.
Photo: AFP
Sport 3 min. 23.12.2018 Cet article est archivé

Gerard Lopez: «Viser le Top 5»

Gerard Lopez, le président de Lille, surprenant deuxième de Ligue 1 à la trêve, s'est dit «très satisfait» de la première partie de saison de son club, qui peut désormais «viser le Top 5».

Propos recueillis par l'AFP

Quel bilan tirez-vous de la première partie de championnat du Losc?

«Il ne peut être que positif en sachant d'où on partait, où on était la saison dernière. On veut faire du Losc un club régulier du top 5 et on est sur la bonne voie. On avait moins de pression cette année et ça s'est très bien passé, même s'il y a quelques regrets concernant certains matches comme hier (samedi) contre Toulouse, à Bordeaux ou à Angers, trois matches où on aurait dû prendre des points.»

Vous attendiez-vous à un tel parcours?

«D'abord, je ne m'attendais pas au parcours de l'année dernière. Une fois dans la spirale négative, ça avait été difficile de s'en sortir. Pour cette saison, évidemment je ne m'attendais pas à être deuxième à la trêve, mais je ne pensais pas non plus qu'on serait 17e. Je m'attendais à être dans le top 10 car l'année passée ne reflétait pas la qualité des joueurs. Je suis très satisfait, mais on n'est qu'à la moitié de la saison. Il faudra faire au moins aussi bien en terme d'implication et d'état d'esprit pour la deuxième moitié.»

Dans quels domaines l'équipe peut-elle encore progresser selon vous?

«Il y a 3 domaines. D'abord, il ne faut pas se laisser endormir face à des défenses qui jouent bas ou qui jouent le contre. Il faut mieux faire fructifier la possession de balle et ne pas se faire surprendre quand on ne l'a pas. Il faut être plus intelligent. Le deuxième, c'est qu'il nous faut encore plus d'efficacité devant. On tire beaucoup mais on ne cadre plus assez, alors qu'en début de saison c'était notre force. Le troisième, c'est qu'il faut être plus conquérant quand on joue chez nous, être plus incisif, faire peur à l'adversaire. Ce que paradoxalement on fait mieux à l'extérieur désormais.»

En début de saison, l'objectif était le Top 10. Avez-vous revu vos ambitions à la hausse?

«Après une telle première phase, on va désormais vouloir jouer la partie haute du top 10 donc terminer proche des places européennes. Mais ça reste très serré en haut du classement, qui en plus est un peu tronqué avec les matches en retard, donc le chemin est encore long. On a de la qualité, on a un très bon effectif. On va devoir faire preuve d'un gros investissement et garder cet état d'esprit, mais on a montré qu'on avait la qualité pour viser le Top 5.»

Le Losc devra-t-il vendre certains de ses cadres durant le mercato d'hiver?

«Si on parle de la DNCG (le gendarme financier, ndlr), le Losc n'a pas besoin de vendre car il a déposé cet été l'argent nécessaire pour toute la saison. Mais on va vendre pour trois raisons: on va d'abord essayer de vendre ou prêter des joueurs qui ont moins de temps de jeu. La deuxième, c'est que des joueurs sont sollicités et qu'on aura du mal à les retenir. Et enfin, il y a deux joueurs, que je ne citerai pas, à qui on avait promis un bon de sortie il y a un an et on respectera notre parole. Mais si des cadres devaient partir, on essaiera de les remplacer et on travaille là-dessus depuis cet été donc je suis serein.»

Votre buteur Nicolas Pépé quittera-t-il le Losc en janvier?

«Je ne le souhaite pas et il a déjà dit plusieurs fois qu'il voulait terminer la saison à Lille. Je ne pousserai pas pour le vendre. S'il part, c'est que le joueur aura exigé de partir et que le club aura reçu une offre satisfaisante. Mais on ne se dirige pas vers cette issue.»


Sur le même sujet

Football: Julien Jahier (Racing): "Sinani va faire très très mal!"
A près de 35 ans, Julien Jahier n' a pas fini de faire trembler les défenses et les filets adverses. Après une saison compliquée à Dudelange, le solide attaquant français a mis ses talents d'artificier au service du Racing. Rencontre avec l'actuel meilleur buteur du championnat.
Julien Jahier s'éclate au Racing! Et le promu s'en frotte les mains.