Changer d'édition

France - Luxembourg 0-0: «C'est un jour de gloire!»
Sport 23 5 min. 04.09.2017

France - Luxembourg 0-0: «C'est un jour de gloire!»

Didier HIEGEL
Didier HIEGEL
Le jour de gloire est arrivé. Le match nul, au goût de victoire, obtenu contre la France (0-0), ce dimanche à Toulouse, à l'occasion des éliminatoires du Mondial 2018 restera sans doute comme l'un des plus grands exploits du football luxembourgeois. Il a été apprécié à sa juste mesure. Réactions.

Le jour de gloire est arrivé. Le match nul, au goût de victoire, obtenu contre la France (0-0), ce dimanche à Toulouse, à l'occasion des éliminatoires du Mondial 2018 restera sans doute comme l'un des plus grands exploits du football luxembourgeois. Il a été apprécié à sa juste mesure. Réactions.

A Toulouse, Didier Hiégel

«Ils méritent une prime de victoire»

Luc Holtz (sélectionneur national): «On est satisfait du point obtenu en France, avec beaucoup de coeur, d'engagement, de volonté, certainement avec un peu de réussite sur certaines situations de jeu. C'est un jour de gloire! C'est un résultat historique pour le Luxembourg: c'est très rare par le passé d'avoir eu des points contre des top nations comme la France. La France a une très grande équipe, la vitesse avec laquelle elle fait circuler la balle, les changements de positions. Il n'y a pas de reproche à faire aux Français, même tactiquement, ils ont fait tout juste. Le seul reproche qu'on peut leur faire, c'est de n'avoir pas concrétisé leurs occasions. Je ne pense pas que la France ait joué avec 10% d'engagement de moins, mais ils ont trouvé peu d'espaces, et dans ce cas, c'est difficile de se créer des occasions de but.»

Paul Philipp (président de la FLF): «J'ai eu du mal à y croire. Jusqu'à la mi-temps, je me suis dit c'est quand même incroyable de tenir. A la fin du match, j'ai commencé à compter les minutes. Mes voisins (les responsables de la FFF)  étaient très relax en début de match, beaucoup moins sur la fin. C'est un moment d'histoire de notre football même si nous devons rester humbles. Le travail paye. C'est difficile à dire si c'est le plus beau résultat. Certains vont me dire que c'était aux Pays-Bas en 1963. Mais contre la meilleure équipe d'Europe, c'est extraordinaire! Ils méritent bien une prime de victoire (le président n'a pas voulu nous indiquer le montant).»

Jonathan Joubert: «On savait que jouer l'équipe de France allait être très difficile. Malheureusement pour eux, ils n'ont pas trouvé le chemin des filets en début de match. Automatiquement, ça leur a compliqué les choses. Avec un 0-0 à la pause on savait que tout était possible, on l'a bien vu avec ce poteau (de Gerson Rodrigues). On aurait pu réaliser le hold-up. C'est peut-être mon match le plus abouti. Si c'est mon dernier match? On verra bien ce qui se passera pour les deux derniers matches de la campagne.»

Gerson Rodrigues: «J'ai cru que cette balle allait rentrer avant qu'elle ne frappe le poteau, au dernier moment le ballon a tourné. Mais nous allons nous contenter de ce match nul. Ce genre de matches, avec du monde, des gens qui crient, c'est mon domaine. La pression, j'aime ça. Quand je suis rentré, le coach m'a dit de me faire plaisir, d'aller vers l'avant et surtout de bien défendre.  Nous nous sommes bien battus, maintenant digérons ce résultat et préparons le match à venir en Suède. 

Laurent Jans: «On a pris un point contre peut-être la meilleure équipe du moment. C'est tout à fait extraordinaire. Si on met notre occasion au fond, je pense que le stade explose. Notre déchet technique en début de rencontre s'explique par la grosse pression qu'ils nous ont mise. On parle beaucoup de lui actuellement, mais Mbappé est vraiment un joueur avec énormément de qualités.»

«Une équipe qui a défendu son bifteck bec et ongles»

Didier Deschamps (sélectionneur de l'équipe de France): « Quand on sort d'un match où on a au moins douze occasions, c'est dur de ne pas le gagner. Je félicite cette équipe du Luxembourg, qui a été à l'image de son gardien, héroïque. On a trouvé des solutions, des situations, il a manqué du réalisme, un peu plus de lucidité. Il y avait toujours un pied, une jambe, un poteau... C'est rageant d'avoir autant d'occasions sur un match et de ne pas marquer. Il manquait de la précision, de la réussite. Mais la réalité comptable c'est qu'aujourd'hui on est premier, c'est la place qu'on doit garder. On se doit de gagner les deux derniers matches sans attendre quoi que ce soit des autres adversaires. Ce n'est pas pour masquer le nul d'aujourd'hui, mais on est dans notre objectif. Déjà au Luxembourg, on avait eu un match compliqué (3-1 en mars). Ils ont joué comme ils voulaient le faire, et à partir du moment où ils ne sont pas menés, ils se sentent plus forts. Amateurs, pas amateurs... Au niveau international, c'est difficile pour toutes les équipes.»  

Antoine Griezmann: «Cette équipe me fait un peu penser à l'Atlético (Madrid), elle ne lâche rien.»

Hugo Lloris: «Il fallait faire plus. Tout s'est passé dans les trente derniers mètres. On sait très bien qu'il faut démarrer plus fort ce genre de rencontres.»

Olivier Giroud: «On ne s'est pas vu trop beaux. On n'est pas du genre à s'enflammer après une belle performance, on n'est pas plus mauvais qu'après les Pays-Bas, il suffit juste de travailler sur l'efficacité qui était primordiale ce soir et on n'a pas su concrétiser nos opportunités. Après, on a fait face à une équipe qui a défendu son bifteck bec et ongles. C'est dommage qu'on n'ait pas eu un petit brin de réussite.»

N'Golo Kanté: «On a eu pas mal d'occasions, mais c'était un match compliqué. Heureusement qu'on ne perd pas. C'est une déception après le match contre les Pays-Bas. Mais il y a encore deux matches pour aller chercher la qualification. Ce sera deux finales. On est fatigués mais les deux équipes l'étaient.»


Sur le même sujet

Equipe nationale: Les chiffres de France - Luxembourg
Pour sa septième sortie internationale à Toulouse, et dans un Stadium copieusement garni, la France accueille une formation luxembourgeoise au sein de laquelle Jonathan Joubert fera ses adieux. Voici les principaux chiffres à retenir de cette rencontre.
Equipe nationale: Gare à la tornade bleue sur la Ville Rose!
Une grosse zone de turbulence est attendue du côté de Toulouse, ce dimanche soir, où la France accueille le Luxembourg pour conforter sa place de leader du Groupe A des éliminatoires pour la Coupe du monde 2018. Luc Holtz apportera du sang neuf à l'équipe victorieuse de la Biélorussie (1-0) avec les retours de suspension de Christopher Martins et de Kevin Malget.
Luxembourg's players jog during a training session at the Municipal Stadium in Toulouse, southern France, on September  2,  2017, on the eve of their FIFA World Cup 2018 qualifying football match against France.  / AFP PHOTO / FRANCK FIFE