Changer d'édition

Football / US Esch: Pedro Ferreira: «Mes joueurs aiment bien se faire tirer les oreilles»
Sport 4 min. 01.12.2015 Cet article est archivé

Football / US Esch: Pedro Ferreira: «Mes joueurs aiment bien se faire tirer les oreilles»

Pedro Ferreira, le président de l'US Esch, ne dérogera pas à ses habitudes et délivrera son message à ses joueurs avant le duel contre le FC Titus Pétange.

Football / US Esch: Pedro Ferreira: «Mes joueurs aiment bien se faire tirer les oreilles»

Pedro Ferreira, le président de l'US Esch, ne dérogera pas à ses habitudes et délivrera son message à ses joueurs avant le duel contre le FC Titus Pétange.
Photo: Alvaro Cruz
Sport 4 min. 01.12.2015 Cet article est archivé

Football / US Esch: Pedro Ferreira: «Mes joueurs aiment bien se faire tirer les oreilles»

Difficile de vivre à l'ombre de la Jeunesse et du Fola dans la Métropole du Fer. La Coupe de Luxembourg offre toutefois à l'US Esch, le club du président Ferreira qui reçoit l'Union Titus Pétange dimanche, l'occasion de se mettre un peu en lumière.

Difficile de vivre à l'ombre de la Jeunesse et du Fola dans la Métropole du Fer. La Coupe de Luxembourg offre toutefois à l'US Esch, le club du président Ferreira qui reçoit l'Union Titus Pétange dimanche, l'occasion de se mettre un peu en lumière.

Par Didier Hiégel

Pedro Ferreira (43 ans) est un homme très occupé. L'entrepreneur, qui, ä l'âge de 14 ans,  a transité par  New York pour y travailler mais aussi pour y jouer dans un club du championnat portugais intra muros à la Grande Pomme, prend pourtant le temps de nous recevoir dans son bureau à Esch pour échanger.

Derrière son grand bureau, qui accueille un grand écran sur lequel il peut jeter un œil sur l'activité de ses salariés, est fièrement épinglé au mur le fanion de son équipe: l'US Esch. L'équipe de Division 1 joue le haut du tableau en Série 2 (2e avec 31 points, à une unité de Mertert-Wasserbillig) et vise l'accession en Promotion d'Honneur. L'antichambre de l'élite que la formation du président Ferreira a failli intégrer. Failli seulement. «Par trois fois, nous avons échoué lors des barrages. La fois dernière, contre Mondercange, nous encaissons deux buts suite à des erreurs de notre gardien qui, pourtant, avait toujours été irréprochable auparavant. Cela n'avait pas aidé à apporter de la confiance au sein d'une équipe déjà nerveuse. Malgré cela nous sommes revenus au score (2-2) et nous nous inclinons au final aux tirs au but. Au cours de cette rencontre, Mondercange n'était jamais parvenu à s'approcher de notre but sur une phase de jeu construite.»

Une troisième occasion gâchée qui aurait pu permettre au club qui s'est inscrit dans le paysage de Lallange de se faire une petite place aux côtés des ténors de la ville, la Jeunesse et le Fola. «Ce n'est pas grave ! Notre ambition, celle que j'avais déjà à mon arrivée à la présidence en 2009, reste de grimper encore d'un échelon.»Pedro Ferreira n'en oublie pas la priorité de cette saison 2015-2016, c'est pourquoi il a tenu à conserver dans ses grandes lignes le groupe qui a presque touché au but le 30 mai dernier. «Mais nous ne négligeons pas la Coupe de Luxembourg», souligne-t-il, «d'autant que nous n'avons jamais passé le cap des huitièmes de finale ces dernières années».

La fusion refusée en 2009

La Coupe, l'occasion est belle pour se faire une petite place au soleil le temps d'un week-end, pour se montrer et pouvoir revendiquer quelques aménagements auprès des services de la ville qui avait proposé un rapprochement avec le club bianconero en 2009.

«Mon arrivée à la présidence a aussi coïncidé avec une demande de fusion de la part de la commune», indique le dirigeant qui ne manque pas de passer par le vestiaire avant chaque match pour faire passer son message, «mais je ne pouvais décemment pas mettre la clé sur la porte d'un club qui a été créé en 1913... ça me paraissait inconcevable! Nous en payons peut-être le prix aujourd'hui avec des installations qui ne sont pas toujours conformes pour un club d'environ 200 licenciés dont 102 jeunes. Un total qui est presque égal à celui de la Jeunesse. Au niveau des terrains ça va encore, mais les vestiaires et les pièces pour le matériel ne sont pas adéquats. Nous compensons par une plus grande proximité avec les joueurs et leurs parents, et, souvent, nous nous arrangeons lorsqu'il s'agit de payer des cotisations ou des équipements.»

«Nous pouvons rivaliser avec Pétange»

Les huitièmes de finale de la Coupe de Luxembourg, avec la venue du Titus Pétange, sont donc à l'agenda de ce dimanche, «Comme les barrages, les tours de Coupe se jouent sur match, ce qui nous laisse ainsi toutes nos chances. Nous possédons un jeu qui s'apparente plus à celui qui est pratiqué en Promotion d'Honneur qu'en Division 1 où il y a, à mon goût, trop de ballons balancés vers l'avant. Jouer une équipe de PH, qui est tout de même à la sixième place, nous avait bien réussi puisque nous avons passé le tour précédent à Norden (3-0). Il nous faudra être bien organisés et très concentrés car sur le plan du jeu nous pouvons rivaliser avec Pétange. Le Titus dispose d'un budget qui n'a pas de point commun avec le nôtre mais nous aurons notre mot à dire.»

Le président Ferreira ne dérogera pas à «ses bonnes habitudes» et ira encourager son équipe (qui sera privée de Wellington, suspendu) avant le coup d'envoi. «Ça nous réussit depuis le début de saison, mais de toute façon, je suis avec mes joueurs dans les bons et les mauvais moments. Je sais que mes joueurs aiment bien se faire tirer les oreilles, je le fais de manière positive, mes réflexions, comme celle du coach (Augusto Martins) le sont toujours et jamais à chaud.»

Le président qui fait aussi «griller les saucisses quand ça s'impose» ne s'enflamme pas avant la rencontre de dimanche (16h) mais a un toutefois un souhait : «Si nous passons ce tour, ce serait bien de tomber sur... la Jeunesse ou le Fola pour un derby! Mais Dudelange, ça serait bien aussi!»


Sur le même sujet

Kevin Sommer (Jeunesse): «Efficace avant d'être propre»
La Jeunesse a beaucoup encaissé depuis le début de saison, mais Kevin Sommer ne s'en formalise pas. Le gardien français souligne les progrès effectués par les Bianconeri dans ce secteur. La finalité reste la victoire et une troisième place qualificative pour l'Europe.
Kévin Sommer et Milos Todorovic restent sur un 15/15 en championnat. Qu'importe les clean sheet!