Changer d'édition

Football / Tirage au sort de la Ligue des champions: Real Madrid, Bayern et Barça en épouvantails
Sport 3 min. 14.12.2014

Football / Tirage au sort de la Ligue des champions: Real Madrid, Bayern et Barça en épouvantails

Quel adversaire pour Robert Lewandowski et le Bayern? Encore Arsenal?

Football / Tirage au sort de la Ligue des champions: Real Madrid, Bayern et Barça en épouvantails

Quel adversaire pour Robert Lewandowski et le Bayern? Encore Arsenal?
AFP
Sport 3 min. 14.12.2014

Football / Tirage au sort de la Ligue des champions: Real Madrid, Bayern et Barça en épouvantails

Le Real Madrid, tenant du titre, le FC Barcelone, le Bayern Munich et Chelsea seront les équipes à éviter lundi (13h) lors du tirage au sort des huitièmes de finale de la Ligue des champions.

Le Real Madrid, tenant du titre, le FC Barcelone, le Bayern Munich et Chelsea seront les équipes à éviter lundi (13h) lors du tirage au sort des huitièmes de finale de la Ligue des champions.

Les formations qui ont terminé en tête des poules affronteront celles qui ont fini 2e, et auront l'avantage de recevoir au retour (aller les 17/18 et 24/25 février 2015, retour les 10/11 et 17/18 mars), sachant que deux clubs issus d'une même nation ou d'un même groupe ne peuvent se rencontrer.

Les têtes de série sont: Real Madrid, FC Barcelone, Bayern Munich, Chelsea, Atletico Madrid, Dortmund, Porto, Monaco.

Dans le deuxième chapeau: Arsenal, Manchester City, Paris SG, Juventus, Shakhtar Donetsk, Schalke 04, Bayer Leverkusen, FC Bâle.

La répartition des deux chapeaux retranscrit assez fidèlement la hiérarchie. L'ambitieux PSG, qui avait été tête de série les deux saisons passées a fini 2e de son groupe derrière le Barça, City n'a pu voler la première place au Bayern et la Juventus a terminé derrière l'Atletico, finaliste la saison passée. Du coup ces trois outsiders seront elles aussi des équipes à éviter, d'une certaine façon, pour les têtes de série qui signeraient logiquement pour un 8e de finale tranquille.

Le Real Madrid, tenant du titre, apparaît comme le cador le plus effrayant, dans le sillage de Cristiano Ronaldo, favori à sa succession pour le Ballon d'Or. Totalement libéré depuis sa decima (10e sacre en C1), remportée la saison passée en finale contre l'Atletico (4-1 a.p.), il domine la Liga et détient actuellement le record de victoires consécutives pour un club espagnol (20).

Le Bayern Munich, vainqueur en 2013, et au sein duquel la méthode Guardiola semble définitivement adoptée après une première saison d'adaptation, possède six titulaires champions du monde avec l'Allemagne. Autant dire qu'avec Robben et Ribéry en forme, il serait dur d'arrêter le "Kompressor". Quant au Chelsea de Mourinho, son effectif jeune et talentueux semble encore plus fort cette saison où il domine la Premier League.

Finaliste de la dernière édition et champion d'Espagne en titre, l'Atletico est un sérieux client. Sa saison confirme son rang d'équipe très difficile à battre et son expérience en C1 est désormais forte. Un avantage que possède également Dortmund, finaliste il y a deux ans, et dont la dichotomie présente un aspect plus positif en C1 où ses performances sont plus impressionnantes qu'en championnat (16e).

Enfin, chez les têtes de série, si Porto possède une réelle force de frappe avec Martinez et Brahimi, Monaco en revanche est probablement l'adversaire que tous ceux du 2e chapeau souhaitent tirer. En premier lieu les trois outsiders de taille que sont Arsenal, Manchester City et la Juventus. Les Gunners sont des habitués des 8e de finale, puisque ce sera leur 15e présence consécutive à ce stade. Et s'ils évitent de tirer une troisième fois d'affilée le Bayern Munich, ils seraient un adversaire redoutable.

City, qualifié de dernière heure n'en reste pas moins un adversaire de taille, avec son effectif riche sur toutes les lignes. Tandis que la Juventus, également balbutiante en phase de groupe, possède en Pogba, Pirlo et Tévez des individualités de très haut niveau. Enfin, si le PSG risque de tirer un gros adversaire, il n'en demeure pas moins craint par les autres têtes de série moins chevronnées et qui se passeraient bien de croiser la route d'Ibrahimovic et de ses coéquipiers.


Sur le même sujet

Ligue des champions: Tirage au sort: les gros vont-ils se manger entre eux?
«J'en ai assez du sort», avait pesté le patron du Bayern Munich Karl-Heinz Rummenigge en 2016, après la victoire au forceps de son équipe contre la Juventus Turin, en huitièmes de finale de la Ligue des champions. De quel choc accouchera cette saison le tirage au sort des huitièmes ce lundi à midi?