Changer d'édition

Football / Sélection A: Anthony Moris: «J'ai prouvé qu'on pouvait me faire confiance»
Sport 6 min. 24.03.2016

Football / Sélection A: Anthony Moris: «J'ai prouvé qu'on pouvait me faire confiance»

Anthony Moris: «Je suis très bien intégré en sélection, et j'ai aussi ma part de leadership, eu égard à mon expérience à l'étranger»

Football / Sélection A: Anthony Moris: «J'ai prouvé qu'on pouvait me faire confiance»

Anthony Moris: «Je suis très bien intégré en sélection, et j'ai aussi ma part de leadership, eu égard à mon expérience à l'étranger»
Photo: Ben Majerus
Sport 6 min. 24.03.2016

Football / Sélection A: Anthony Moris: «J'ai prouvé qu'on pouvait me faire confiance»

Jean-François COLIN
Jean-François COLIN
Le substitut de Jonathan Joubert en sélection disputera l'une des deux joutes amicales programmées en cette fin mars, soit face à la Bosnie ce vendredi, soit contre l'Albanie mardi. Il étrennera pour l'occasion sa seconde cape chez les Roude Léiwen. A la rencontre d'un réserviste de l'ombre à la mentalité exemplaire.

Le substitut de Jonathan Joubert en sélection disputera l'une des deux joutes amicales programmées en cette fin mars, soit face à la Bosnie ce vendredi, soit contre l'Albanie mardi. Il étrennera pour l'occasion sa seconde cape chez les Roude Léiwen. A la rencontre d'un réserviste de l'ombre à la mentalité exemplaire.

Par Jean-François Colin

Membre à part entière du Club Luxembourg depuis maintenant deux ans («j'ai été appelé pour la première fois dans le cadre A à l'occasion de la rencontre amicale contre le Cap-Vert, qui s'est jouée le 5 mars 2014»), le «n°2 au poste de n°1» Anthony Moris (25 ans, il fêtera son 26e anniversaire le 29 avril) reste encore assez largement méconnu du public luxembourgeois.

Et pour cause... le gardien du FC Malines doit - pour l'instant - se contenter de vivre dans l'ombre de Jonathan Joubert et ses 83 sélections accumulées en une décennie. «J'ai eu la chance de jouer deux très gros matches en 2014, à Genk contre la Belgique (défaite 1-5), et un excellent match nul (1-1) à Pérouse contre l'Italie le 4 juin, qui reste mon plus beau souvenir jusqu'à présent au niveau de la sélection.» Deux matches, certes, mais... une seule sélection au compteur de Moris, après que le match en Belgique a été invalidé par l'UEFA pour un nombre excessif de remplacements effectués côté belge.

«Je suis un gardien moderne»

Anthony Moris se décrit comme «un gardien moderne, qui aime jouer au pied, chose très importante de nos jours pour la construction du jeu, et qui n'a pas peur de prendre ses responsabilités dans les sorties aériennes et dans les un-contre-un. Mes modèles sont, dans l'ordre, Buffon, Neuer et Courtois

Formé à l'Académie des jeunes du Standard de Liège, où il a passé... 14 ans de sa vie de gardien (2000 - 2014), le portier originaire d'Habay, en province du Luxembourg, porte depuis le 1er janvier 2015 les couleurs du KV Malinois, un club historique bien ancré en Division 1 belge, où il... officie comme réserviste de luxe du titulaire, Jean-François Gillet, depuis son retour sur les terrains suite à sa grave blessure - une déchirure des ligaments croisés du genou gauche - encourue lors d'un match à Genk, le 25 avril 2015. Excellente nouvelle pour lui: il vient tout juste de parapher un nouveau contrat le liant pour les trois prochaines saisons chez les Sang et Or. Une indéniable marque de confiance de la part du club de la cité archiépiscopale.

Doté d'une «mentalité exemplaire», aux dires de l'entraîneur des gardiens malinois, Philippe VandeWalle, Anthony Moris s'accommode tant bien que mal de son statut de substitut de luxe, en attendant son heure, d'autant plus que tant dans son club qu'en sélection, le titulaire entre les perches atteindra cette année l'âge canonique de 37 ans.

«Aucune pression»

«En me levant chaque matin, j'ai la chance de me dire que je fais ce que j'aime, jouer au football. Comme compétiteur, j'ai envie de jouer tous les matches, que ce soit en club ou en sélection, c'est certain. Mais je m'efforce de me tenir prêt en permanence, et si on fait appel à moi en plein match, je suis sûr de pouvoir répondre présent. Cela passe par de bons entraînements. J'aurai 26 ans le mois prochain, et j'ai envie que ma carrière commence», relate Moris.

A très court terme, le sélectionneur national Luc Holtz a promis l'alternance entre ses deux derniers remparts à l'occasion du double virage amical de fin mars contre la Bosnie (ce vendredi) et l'Albanie (mardi): chacun disputera une des deux joutes. Tous les yeux se braqueront donc logiquement vers le probable successeur de Jonathan Joubert dans les prochaines années.

«Je ne ressens aucune pression», coupe d'emblée le gardien du «Kavé», «ce ne sera que du plaisir. Je sais d'où je viens: d'une très très longue indisponibilité suite à ma grave blessure, et c'est pourquoi je profiterai de chaque instant.»

Après deux années de fréquentation du Club Luxembourg, Anthony Moris se sent parfaitement bien dans la peau d'un Lion rouge.

«J'ai ma part de leadership en sélection»

«Je savais en arrivant ici que "Jona" était le titulaire indiscutable. J'ai prouvé contre l'Italie qu'on pouvait me faire confiance, si on fait appel à moi. Mais en équipe nationale comme partout, il faut un certain temps d'adaptation, surtout qu'en sélection, on ne se réunit  que l'espace d'une bonne semaine quelques fois  par an. Les automatismes sont très importants pour un gardien et ils se travaillent aux entraînements. Je crois pouvoir dire maintenant après deux ans que je suis très bien intégré dans l'équipe, et que j'ai aussi ma part de leadership, eu égard à mon expérience à l'étranger, en D1 belge, dont j'essaie de faire profiter le groupe. Je peux aussi affirmer que c'est plus dur en sélection qu'en club, l'intensité y est plus forte, car y sont réunis des joueurs qui veulent absolument se montrer pour passer un cap dans leur carrière. La sélection nationale reste une vitrine, et je peux vous certifier que vu de l'extérieur, le Luxembourg n'est plus considéré comme un petit pays», analyse le gardien à l'accent belge.

Mais au-delà des deux prochains matches amicaux, se profile une campagne qualificative pour le Mondial 2018 plutôt... alléchante.

«Il faudra se fixer des objectifs... raisonnables. Mais on ne doit pas se cacher: on a battu la Grèce, on a fait 1-1 en Italie, on grandit, on prend confiance avec de plus en plus de joueurs actifs à l'étranger, et on joue aussi un peu plus libérés. C'est l'effet du travail réalisé par Luc Holtz. Maintenant, la France, les Pays-Bas, la Suède, éventuellement avec Zlatan, cela reste des êtres humains comme tout le monde. Je m'en fous de qui se trouve en face, c'est une équipe de foot, on joue à onze contre onze, et celui qui met le plus de buts gagne le match», estime le substitut de luxe de  Joubert, qui avoue «ne pas parler le luxembourgeois, mais comprendre les mots-clés sur le terrain. Je m'améliore, mais le parler, cela viendra avec le temps. Je me suis renseigné pour suivre des cours de luxembourgeois du côté de Malines, mais c'est difficile à trouver.» Vill Gléck, Anthony!


Sur le même sujet

Football / Sélection: Anthony Moris trois ans de plus à Malines
Excellente nouvelle pour Anthony Moris (25 ans): le deuxième gardien de la sélection luxembourgeoise a prolongé de trois ans son contrat au KV Malines (D1 belge), où il officie comme réserviste de Jean-François Gillet (36 ans). Une belle preuve de confiance de la part du club anversois.
FUSSBALL BELGIEN  - LUXEMBURG  26.05.2014 ANTHONY MORIS
Une bonne première mi-temps, mais une note finale trop salée
Trois buts de Romelu Lukaku, un de Nacer Chadli et un dernier de Kevin De Bruyne ont permis aux Diables Rouges de prendre la mesure du Luxembourg ce lundi soir à Genk. La sélection de Luc Holtz a proposé une bonne réplique avant la pause avant de subir sous la pression de la Belgique.
Tom Schnell tente d'arrêter Romelu Lukaku, mais l'attaquant d'Everton a fait parler sa puissance
Anthony Moris: "J'espère jouer contre la Belgique le 26 mai"
Prêté par le Standard au Saint-Trond VV, Anthony Moris (23 ans) se voit bien rester chez les Canaris, avec qui il vise le titre cette saison en Belgacom League, comprenez la Division 2 belge. C'est ce que le gardien de but a confié à la Dernière Heure.
Anthony Moris: "Jouer contre la Belgique serait un rêve"
Anthony Moris, le gardien de Saint-Trond (D2 belge) est désormais la doublure de Jonathan Joubert en équipe nationale. L'Habaysien de 23 ans, naturalisé depuis peu, n'est pas dénué d'ambitions: il aimerait disputer la rencontre contre les Diables Rouges au mois de mai à Genk et s'inscrire dans la durée chez les Roud Léiwen.