Changer d'édition

Football / Rennes - Metz samedi: Rivierez: «Marchal a tapé du poing sur la table»
Sport 4 min. 06.03.2015 Cet article est archivé

Football / Rennes - Metz samedi: Rivierez: «Marchal a tapé du poing sur la table»

Jonathan Rivierez ne sombre pas dans le défaitisme. Pour l'ex-Havrais, le maintien n'est pas une chimère.

Football / Rennes - Metz samedi: Rivierez: «Marchal a tapé du poing sur la table»

Jonathan Rivierez ne sombre pas dans le défaitisme. Pour l'ex-Havrais, le maintien n'est pas une chimère.
AFP
Sport 4 min. 06.03.2015 Cet article est archivé

Football / Rennes - Metz samedi: Rivierez: «Marchal a tapé du poing sur la table»

Le FC Metz s'en va à Rennes (28e journée) ce samedi (20h) sans plus aucun fond de jeu ni certitudes dans les hommes en place. L'ex-Havrais Jonathan Rivierez (25 ans) veut pourtant continuer à croire à un improbable miracle. Les hommes d'Albert Cartier doivent remporter au moins six de leurs onze dernières parties s'ils veulent réaliser le plus beau: le maintien en Ligue 1.

Le FC Metz s'en va à Rennes (28e journée) ce samedi (20h) sans plus aucun fond de jeu ni certitudes dans les hommes en place. L'ex-Havrais Jonathan Rivierez (25 ans) veut pourtant continuer à croire à un improbable miracle. Les hommes d'Albert Cartier doivent remporter au moins six de leurs onze dernières parties s'ils veulent réaliser le plus beau: le maintien en Ligue 1.

• Jonathan, avez-vous bien digéré le revers face à Evian-Thonon (1-2)?

On pense toujours au dernier match surtout que nous avons des regrets et de la déception. On perd, donc je ne peux être à l'aise, je ne peux être satisfait de ce que je fais et je suis forcément déçu. Peu de choses nous réussissent depuis un long moment: en début de saison, quand on perdait un ballon au milieu de terrain on n'encaissait pas de but, et ce n'est plus vrai depuis des mois.

• Dans le vestiaire, quelqu'un a-t-il pris la parole pour remotiver le groupe?

Sylvain Marchal, le capitaine de notre équipe, a tapé du poing sur la table à la pause puis à la fin de la rencontre. Nous, on ne regarde maintenant plus les résultats des autres formations de Ligue 1 car on ne peut plus descendre plus bas au classement. On a toujours l'objectif de gagner au moins un match. Evian a distancé Lorient (1-0) ce mercredi en match en retard et nous comptons donc neuf points de retard sur les Lorientais. Néanmoins, nous avons toujours notre destin entre nos mains. Pourquoi ne pas espérer nous sauver à la 38e journée de championnat?

• Vous allez à Rennes samedi...

Rennes, c'est une équipe qui marche au tout ou rien. J'espère qu'ils ne seront pas dans un grand jour, ce qui pourrait nous permettre de débuter une série victorieuse. Notre calendrier n'est pas facile, mais la Ligue 1 n'est pas facile. Sur le couloir droit, je vais tenter de parfaire mes automatismes avec Romain Métanire, histoire de renouveler les bonnes choses que nous avons pu produire à Reims au cours du second acte du match. Malheureusement, cela a moins bien marché face à Evian-Thonon même si on se parle beaucoup et que Romain connaît très bien les missions qui incombent à un latéral.

Propos recueillis par Hervé Kuc

L'enjeu de la rencontre. Avec neuf points de retard sur le premier non relégable (Lorient), la mission du FC Metz (20e, 22 points) est une mission plus que périlleuse à relever. «Il reste 33 points à conquérir et rien n'est fini. Notre avenir est encore entre nos mains, nous ne baisserons pas la tête», a lancé Albert Cartier après le coup de poing infligé en pleine face par Evian-Thonon et Barbosa au onze grenat et à ses supporters en or. Désormais, il va falloir un peu plus qu'un miracle pour que le club du président Bernard Serin n'évite de retrouver la Ligue 2 et ses joutes effrénées. «Nous avons trop de lacunes dans notre jeu» avait sobrement déclaré Sylvain Marchal après la funeste sortie collective face à l'ETG. Huit jours plus loin, le groupe de 29 ou 30 joueurs est à nouveau reformé à l'entraînement, justifiant le terme «temporaire» employé par le technicien grenat il y a deux semaines. Pour un nouveau grand changement?

Le match aller. Le 18 octobre 2014 (10e journée), Messins et Rennais (0-0) n'avaient su être efficaces offensivement et Saint-Symphorien n'avait pas vibré. Un partage des points vierge qui intervenait après un sévère 0-3 enregistré...à Evian. Face aux Rennais, Albert Cartier avait titularisé M'Fa, Bussmann, Choplin, Milan, Kashi et Krivets alors que N'Gbakoto avait fait son entrée après l'heure de jeu. Cinq mois plus tard, ces joueurs évoluent en CFA le mercredi (succès 3 à 0 face à Troyes) tout en espérant être appelés à nouveau le samedi?

Le prono de la rédaction. Indigeste et indigent depuis quatre mois, le jeu messin ne permet plus aucun pronostic tout comme sa série de quinze matchs sans succès. Nous nous abstiendrons de fournir le moindre résultat tout en souhaitant un plein bonheur aux joueurs d'Albert Cartier.


Sur le même sujet

Football / Ligue 1: Le FC Metz ne pouvait pas plus face à Rennes
Timide dans le jeu et très peu dangereux, le FC Metz a su néanmoins préserver son invincibilité à domicile face à Rennes (0-0). Un point heureux mais qui fait du bien au moral avant d’aller défier Saint-Etienne le 26 octobre. Le public messin a été exemplaire.
Gaetan Bussmann (gauche, FC Metz) en duel avec Vincent Pajot (Rennes).