Changer d'édition

Football / Que deviens-tu... : Olivier Baudry: «Cela me plairait de travailler avec Sébastien Allieri»
Sport 3 min. 25.11.2015 Cet article est archivé

Football / Que deviens-tu... : Olivier Baudry: «Cela me plairait de travailler avec Sébastien Allieri»

Olivier Baudry, ici face à André Rodrigues, durant ses "années Jeunesse". Depuis le sud de la France, il  se tient toujours au courant du football luxembourgeois.

Football / Que deviens-tu... : Olivier Baudry: «Cela me plairait de travailler avec Sébastien Allieri»

Olivier Baudry, ici face à André Rodrigues, durant ses "années Jeunesse". Depuis le sud de la France, il se tient toujours au courant du football luxembourgeois.
Photo: Nicolas Bouvy
Sport 3 min. 25.11.2015 Cet article est archivé

Football / Que deviens-tu... : Olivier Baudry: «Cela me plairait de travailler avec Sébastien Allieri»

Riche d’une carrière de vingt ans, qui l’a mené en France, en Belgique, en Suisse et dans trois clubs luxembourgeois (Dudelange, Racing, Jeunesse), Olivier Baudry s’était éloigné du football depuis presque cinq années. Aujourd’hui, l’ancien joueur français de quarante-cinq ans semble plus que jamais prêt pour un retour dans le circuit.

Riche d’une carrière de vingt ans, qui l’a mené en France, en Belgique, en Suisse et dans trois clubs luxembourgeois (Dudelange, Racing, Jeunesse), Olivier Baudry s’était éloigné du football depuis presque cinq années. Aujourd’hui, l’ancien joueur français de quarante-cinq ans semble plus que jamais prêt pour un retour dans le circuit.

Propos recueillis par Yannis Bouaraba

  • Olivier, on vous avait quitté à la fin de la saison 2010-2011, après votre expérience au Racing en tant qu’entraîneur adjoint. Que devenez-vous?

J’ai quitté la région en 2011, après être parti du Racing, où j’étais effectivement  entraîneur adjoint. J’habite désormais dans le sud de le France, à Hyères exactement, où je gère un commerce. Malgré tout, je dois dire que le football commence vraiment à me manquer.

  • Après une aussi longue carrière, pourquoi avoir quitté subitement le monde du football?

J’ai eu une opportunité de reprendre ce commerce dont je suis aujourd’hui gérant et ma situation sportive n’était pas au mieux. C’était le moment de changer d’air pour moi.

  • Comment s’est passée votre reconversion ?

Ce n’était pas destiné. A l’époque, je travaillais chez Cactus quand l’occasion s’est présentée. Comme je vous ai dit, j’avais envie de changer d’air et au niveau sportif, je n’étais pas très bien. Cela s’est fait naturellement.

  • Vous avez passé plusieurs saisons au Grand-Duché, quels souvenirs en gardez-vous?

Je n'en garde que de très bons souvenirs. Quand je suis arrivé à Dudelange avec Michel Le Flochmoan, c’était le top. On a réussi le doublé, on a passé un tour en Coupe d’Europe, c’était vraiment extra. Ensuite, j’ai eu la chance d’évoluer au Racing sous les ordres de Jacques Muller, qui est une bonne personne avec qui je m’entendais très bien. Enfin, jouer pour la Jeunesse, c’était quelque chose. C’est un club emblématique et on sentait que les supporters étaient toujours présents. J’ai adoré ce club.

  • Comment avez-vous débarqué au Luxembourg?

Cela s’est presque fait au hasard… Je jouais à Mons (Belgique) et nous venions d'accéder en D1 belge. J’avais trente-trois ans et l’entraîneur m’a clairement dit qu’il ne comptait plus trop sur moi. A ce moment, Mario Mendoza m’a vu jouer et Dudelange cherchait un joueur, et ça s’est fait.

  • Vous dites que le football vous manque, envisagez-vous un retour dans le milieu?

Evidemment! Ce serait intéressant d’entraîner une équipe. Je viens de mettre en vente mon commerce, car je souhaite vraiment revenir dans le foot. Si un club me propose quelque chose, je réfléchirai très sérieusement. Je suis vraiment ouvert à tout. Comme je vous ai dit, le football me manque. Je continue à aller voir des matches et je suis encore l’actualité, je sens que ça me manque.

Olivier Baudry l'affirme: "Travailler avec Sébastien Allieri, ce serait quelque chose qui pourrait me plaire"
Olivier Baudry l'affirme: "Travailler avec Sébastien Allieri, ce serait quelque chose qui pourrait me plaire"
Photo: Nicolas Bouvy
  • Vous avez donc gardé des contacts avec le milieu au Luxembourg…

Oui, je suis encore régulièrement en contact avec des anciens, comme Sébastien Allieri, Laurent Pellegrino ou Rudy Marchal par exemple. Il y a parmi eux quelques personnes du Racing ou des joueurs comme Adrien Portier (Jeunesse) et d’autres… Même à mille kilomètres, je me tiens toujours au courant. Je suis les championnats belge, suisse, et luxembourgeois chaque week-end.

  • Quelles seraient donc vos ambitions à court terme?

Tout d’abord, l’ambition de pouvoir revenir dans le foot. Je suis parti il y a cinq ans, et dans ce milieu, tout va très vite. On est vite oublié. J’aimerais bien revenir avec un bon projet, c’est ça qui m’intéresse. Pas forcément avec un gros club, mais l’essentiel, c’est que le projet soit intéressant. Tenez, par exemple, travailler avec Sébastien Allieri, ce serait quelque chose qui pourrait me plaire.


Sur le même sujet

Sami Smaïli: «Tendre vers le haut niveau»
Responsable technique du football féminin depuis septembre 2017, Sami Smaïli dresse le bilan de sa première saison au sein de la FLF. «Je souhaiterais avoir au moins un entraîneur supplémentaire à mes côtés», estime l'ancien entraîneur du Racing.
Samy Smaïli a encore du pain sur la planche.