Changer d'édition

Football / Que deviens-tu...?: Marc Chaussy: «J’ai encore des ambitions»
Sport 2 min. 28.10.2015 Cet article est archivé

Football / Que deviens-tu...?: Marc Chaussy: «J’ai encore des ambitions»

Marc Chaussy n'exclut pas de redevenir un jour entraîneur au Luxembourg

Football / Que deviens-tu...?: Marc Chaussy: «J’ai encore des ambitions»

Marc Chaussy n'exclut pas de redevenir un jour entraîneur au Luxembourg
Photo: Christian Kemp
Sport 2 min. 28.10.2015 Cet article est archivé

Football / Que deviens-tu...?: Marc Chaussy: «J’ai encore des ambitions»

Marc Chaussy avait quitté l'Alliance Äischdall dans la confusion avant la relégation du club en Division 1. Deux ans après son éviction, le technicien luxembourgeois, toujours affecté, à décidé de se consacrer à sa famille, mais n’a pas abandonné l’idée de reprendre un jour les rênes d’une équipe.

Marc Chaussy avait quitté l'Alliance Äischdall dans la confusion avant la relégation du club en Division 1. Deux ans après son éviction, le technicien luxembourgeois, toujours affecté, à décidé de se consacrer à sa famille, mais n’a pas abandonné l’idée de reprendre un jour les rênes d’une équipe.

Propos recueillis par Yannis Bouaraba

  • Marc Chaussy, la question traditionnelle qui ouvre les entretiens de notre rubrique est toujours la même: «que devenez-vous»?

J’ai décroché du foot. Je me consacre essentiellement à ma famille. Je considère que je l’avais un peu délaissée pendant mes années de foot. Aujourd’hui, je rattrape le temps perdu, et j’en profite pour suivre mes enfants dans leurs différentes activités sportives.

  • Vous n’avez donc pas été sollicité depuis?

Si, surtout les jours qui ont suivi mon départ. Plusieurs clubs se sont renseignés sur moi, mais je leur ai expliqué que je voulais relâcher un peu. Là, ça s’est calmé. En fait, j’avais pris un coup. Je ne voulais plus entraîner à ce moment. Je m’étais beaucoup investi et la façon dont j’ai été écarté, ça m’a fait mal.

  • Qu’est ce qui vous a déçu?

C’est la manière. Le club n’était pas dans la zone rouge quand on m’a évincé. Ensuite, j’ai lu dans la presse que j’avais quitté mon poste, mais c’est faux. Au contraire, je ne lâche jamais une équipe comme ça, ce n’est pas mon genre. J’assume. Si le club n’est pas satisfait, c’est à lui de prendre la décision. J’aurais aimé que ça se passe autrement.

  • Comment aviez-vous vécu la descente de votre ancienne équipe?

Avec beaucoup de déception evidemment… Je pense que cette équipe avait sa place en Promotion d’Honneur. C’est toujours triste, surtout pour les joueurs qui avaient une mentalité irréprochable. Mais le foot continue.

  • Malgré ça, vous gardez de bons souvenirs?

Absolument. Je suis très heureux de ce que j’ai vécu tout au long de ma carrière. En tant que joueur d’abord, mais aussi en tant qu’entraîneur.

  • Vous vous êtes éloigné des terrains, mais gardez-vous des liens avec le milieu du football?

Je lis toujours la presse et je vais voir les matches qui m’intéressent. Je suis aussi encore en contact avec des personnes, mais de loin. Je me remets tout doucement.

  • Vous reverra-t-on un jour sur le banc d’une équipe?

Pourquoi pas? Rien n’est définitif. S’il y a des propositions, je les étudierai. Cela dépend de la situation du club en question et aussi d’autres choses. J’ai encore des ambitions.


Sur le même sujet

Frédéric Antonetti: «Laurent Jans nous intéresse fortement»
Devant la presse réunie au siège du FC Metz le président du club, Bernard Serin a présenté le nouvel entraîneur du club grenat. Mercato, philosophie de jeu et les raisons qui l'ont poussé à rejoindre le club, l'ancien consultant de Canal+ n'a éludé aucune question.
Frédéric Antonetti en compagnie du président Bernard Serin. La révolution est en marche chez les Grenats.