Changer d'édition

Football / Que deviens-tu...: Bonnetaud: «Mon passage au Luxembourg a un goût d'inachevé»
Sport 3 min. 15.03.2016

Football / Que deviens-tu...: Bonnetaud: «Mon passage au Luxembourg a un goût d'inachevé»

Julien Bonnetaud garde un souvenir mitigé de son passage au Luxembourg. Après Dudelange, il a notamment porté le maillot de Mondercange.

Football / Que deviens-tu...: Bonnetaud: «Mon passage au Luxembourg a un goût d'inachevé»

Julien Bonnetaud garde un souvenir mitigé de son passage au Luxembourg. Après Dudelange, il a notamment porté le maillot de Mondercange.
Photo: Michel Dell'Aiera
Sport 3 min. 15.03.2016

Football / Que deviens-tu...: Bonnetaud: «Mon passage au Luxembourg a un goût d'inachevé»

Christophe NADIN
Christophe NADIN
Formé au FC Metz, passé entre autres par Dudelange et Mondercange, Julien Bonnetaud a mis fin à sa carrière il y a deux ans.

Formé au FC Metz, passé entre autres par Dudelange et Mondercange, Julien Bonnetaud a mis fin à sa carrière il y a deux ans. Le Français a bien voulu expliquer les raisons de sa retraite sportive et jette un coup d'œil dans le rétroviseur sur ses années dans le championnat luxembourgeois.

Propos recueillis par Thibaut Goetz

Que devenez-vous Julien?

Au niveau professionnel je suis commercial au Luxembourg depuis 2008. Au niveau du football ça fait deux ans que j'ai fait une parenthèse.

A quel moment est-elle intervenue?

Lorsque j'ai eu mon deuxième enfant. Jouer en CFA2 avec la vie de famille c'était compliqué. L'investissement que j'ai donné au foot pendant 20 ans, que ce soit à Metz ou au Luxembourg, combiné avec le travail et la famille c'était difficile de continuer.

Des problèmes physiques vous ont aussi empêché de poursuivre?

Oui j'ai une hanche qui est très abimée. Physiquement quand je joue je peux encore faire de bons matchs, je fais de la course à pied aussi. Je m'entretiens mais les deux jours suivants c'est un véritable calvaire. C'est de l'arthrose. C'est une malformation qui ne m'avait jamais dérangé, mais avec l'âge et la répétition des efforts… C'est lorsque j'ai eu une pubalgie que les médecins ont découvert que c'était ma hanche qui jouait un rôle là-dedans.

Que retenez-vous de votre passage au Luxembourg?

Un goût d'inachevé car il y avait mieux à faire. J'avais signé trois ans à Dudelange, Carlo Weis était l'entraîneur et cela ne s'est pas très bien passé. Je sortais de Metz, j'avais 19-20 ans, l'entraîneur ne me connaissait qu'à moitié et il y avait 30-35 joueurs à la reprise de l'entraînement alors je suis un peu tombé des nues… Quand j'ai signé je ne savais pas tout ça. Et la règle des joueurs étrangers a fait que je ne jouais pas beaucoup. Après j'ai été prêté à Mondercange, j'avais vraiment bien aimé le club mais la gestion était un peu bizarre et on est descendu. A 21 ans, est-ce que j’ai eu tort ou raison? Je n'avais pas trop envie de jouer en Promotion d'Honneur. Dudelange m'a prêté à nouveau à l'Alliance et là, pareil, l’année a été compliquée sportivement. Passage mitigé donc.

Après votre passage au Luxembourg, vous aviez choisi de revenir en France...

Oui je suis arrivé à Algrange grâce à Grégory Molnar, vu qu'on était copains il m'a conseillé d'aller là-bas. C'était une très belle épopée puisqu'on est monté en CFA2, pour un village comme ça c'était exceptionnel, il y avait de supers joueurs. Beaucoup sont passés après par le Luxembourg comme Niabaly, Siebert, Szymanski et Djeghima. C'était vraiment une belle équipe. J'ai fait trois ans là-bas et ensuite j’ai rejoint Audun-le-Tiche puis Thionville.

Vous rendez des services à Algrange, un club qui vous est cher.

Oui j'ai toujours une licence à Algrange. J’essaye de rendre service car c'est un club qui a failli disparaître à cause d'un président véreux. Le nouveau président qui est là depuis deux ans se donne du mal pour le club, il m'a appelé pour être un peu entraîneur, un peu joueur alors je rends service.

Vous vous occupiez des U19 du club l'an dernier, comment s'est déroulée cette nouvelle expérience?

Oui le président a voulu créer une équipe U19, cela s'est super bien passé tant qu'on gagnait. Et moi qui ai connu la formation à Metz avec ses exigences de discipline et de respect des règles, et surtout le mental qui va avec, quand j'ai vu le piètre niveau mental des jeunes… Dès qu’on a commencé à perdre des matchs, les absences aux entraînements s'accumulaient. Pour moi qui ai été élevé autrement ce n'était pas acceptable.

Ça vous a refroidi dans votre volonté d'entraîner?

Non pas du tout. Je reprendrais mais clairement dans un club un peu plus important. Denis Schaeffer (le responsable de la formation du FC Metz) m'a dit que si je voulais revenir pour encadrer il n'y avait pas de soucis. Après il faut voir avec le travail mais c'est pas l'envie qui me manque.


Sur le même sujet

FC Metz: Bernard Serin: «Nous avons encore deux ou trois fers au feu»
Bernard Serin, le président du FC Metz a présenté Yann Jouffre aux médias ce lundi, tout en évoquant la nouvelle équipe en charge de la formation des jeunes joueurs. Recrutement, contrat du Luxembourgeois Vincent Thill et nouvelles recrues à enregistrer. Le FC Metz se montre très actif.
Football: Tony Mastrangelo (RMHB): «Je veux montrer ce que je vaux»
Dans une impasse au F91 et séduit par le projet sportif, Tony Mastrangelo (20 ans) a choisi de rejoindre le RM Hamm Benfica à l'intersaison. Tour d'horizon avec l'ancien Messin, qui nous offre aussi ses pronostics de la journée, avant que le promu ne se mesure à l'ogre dudelangeois.
A l'image du promu hammois, Tony Mastrangelo, qui ferme ici la porte à Paul Bossi, est sur une pente ascendante. La formation du Cents en saura plus sur ses capacités après son duel avec Dudelange ce jeudi soir.