Football

Käerjéng insiste et se qualifie malgré Augustyn

Stefan Lopes Rocha et ses partenaires de l'UNK se sont qualifiés
Stefan Lopes Rocha et ses partenaires de l'UNK se sont qualifiés

Ce dimanche, Michal Augustyn, le gardien de Grevenmacher, a longtemps tenu le navire mosellan à flot, mais un but de Lopes Correia (69e) a permis à Käerjéng, le leader de Promotion d'Honneur, de se défaire de la lanterne rouge de BGL Ligue pour atteindre les 8es de finale de la Coupe de Luxembourg.

Par Didier Hiégel

Le match et sa note: après huit minutes de jeu, Käerjéng aurait pu et même dû se mettre à l'abri. Le leader de Promotion d'Honneur, invaincu depuis le début de la compétition, avait en effet pris la rencontre face à Grevenmacher, la lanterne rouge de BGL Ligue, par le bon bout. Et si les visiteurs, toujours privés volontairement de Heinz au sein de leur défense centrale, pouvaient regagner les vestiaires à la pause sans  dommage, ils le doivent surtout à Augustyn, leur portier polonais, très rassurant sur sa ligne et toujours prompt à sortir rapidement de sa surface au pied.

C'est d'abord Fernandes qui sollicitait le gardien de 24 ans dès la première minute en plaçant un coup de tête qui aurait dû se loger sous la barre mosellane sans la parade réflexe du n°1 des Bleus. C'est ensuite Hess, qui lançait Lopes Correia défier le dernier rempart des visiteurs (5e), sans plus de réussite. Le n°15 des Rouges rendait la pareille à Stumpf mais le jeune milieu de terrain butait aussi sur le mur polonais (8e).

Du côté de la formation de la BGL Ligue, toujours à la recherche de son premier succès en championnat, il n'y avait pas grand-chose à relever si ce n'est une collection de hors-jeux sifflés contre Makiadi, l'attaquant de pointe du CSG, et quelques coups de pied arrêtés frappés par Peters.... bien trop peu pour mettre à mal la défense d'Angelo Fiorucci.

Lopes Correia en deux temps

L'UNK a aussi eu l'occasion de prendre l'avantage à la demi-heure de jeu: le coup franc de Stumpf et pour le longiligne Skenderovic qui s'appliquait mais qui voyait son coup de tête repoussé une nouvelle fois par le décisif Augustyn (28e).

La fin de la première période et le début de la seconde donnaient lieu à davantage d'engagement mais les occasions franches étaient inexistantes. Il fallait attendre que les lignes se relâchent à l'heure de jeu pour redonner de l'allant à cette rencontre.

Augustyn était encore à l'ouvrage en sortant, via son poteau, une nouvelle tentative de Stumpf (65e). Il repoussait même le penalty frappé par Lopes Correia mais ce dernier, qui avait hérité de la sentence après une toute petite faute de Bechtold sur Hess dans la surface (68e), ne manquait pas sa reprise de près (1-0, 69e).

La réponse du CSG était trop timide, comme ce coup de tête raté de Guettai (78e), pour venir contrarier les ambitions du leader de PH.

Une note de 12/20 vient récompenser les efforts des Promotionnaires qui ont toujours persévéré malgré les multiples parades du gardien visiteur.

Le fait du match: cette "poussette" de Bechtold sur Hess - qui ne l'a pas vraiment sentie -  dans la surface méritait-elle vraiment un penalty? Pas vraiment vu de la tribune mais le geste du milieu du CSG sur le défenseur de l'UNK a pourtant été sanctionné par M. Morais. Un nouveau coup du sort pour les Mosellans mais le tournant du match pour Käerjéng.

Michal Augustyn a multiplié les exploits mais le portier du CSG a dû s'incliner devant Lopes Correia.
Michal Augustyn a multiplié les exploits mais le portier du CSG a dû s'incliner devant Lopes Correia.
Photo: Ben Majerus

L'homme du match: Michal Augustyn. Il est toujours plus facile pour un gardien de se mettre en évidence lorsqu'on est le dernier rempart d'une formation régulièrement malmenée. Le portier polonais du CSG a longtemps tenu sa formation à bout de bras en effectuant pas moins de sept interventions décisives. Il s'est même permis le luxe de stopper le penalty frappé par Lopes Correia (69e), mais, abandonné par sa défense, il n'a pu que s'incliner sur la reprise de près du n°15 de l'UNK.

Ils ont dit

Angelo Fiorucci (coach de l'UNK): "Nous avons produit du jeu, comme nous le faisons depuis le début de la saison. Nos 20 premières minutes ont été fabuleuses, il nous a juste manqué un but. Nous avons commencé le match avec trois juniors, un quatrième a fait son entrée. Nous avons choisi de faire des roulements et cela n'a pas handicapé pas l'équipe.  Un seul souhait pour le prochain tour: jouer à la maison."

René Peters (CSG): "La dynamique leur était favorable car nous n'avons pas encore gagné un match. Nous sommes vraiment dans le doute, nous avons bien vu ça lors des 10 ou 15 premières minutes. Ensuite, nous avons un peu plus musclé notre jeu et nous avons rééquilibré les débats. Nous manquons de solutions devant, mais nous manquons aussi d'intelligence lors des un contre un ou un contre deux. Tous les joueurs, moi y compris, doivent se remettre en question, ce n'est pas une question de jeunesse, il faut arrêter de se cacher derrière cette excuse. Il faut travailler, c'est le seul secret pour nous en sortir. Notre gardien est de plus en plus fort. Le but que l'on prend, je ne le comprend pas, il n'y a même pas de duel. Toutes les situations critiques sont sifflées contre nous. Contre Rosport, il nous faut gagner le match pour avoir une chance de recoller, pour ensuite bien travailler à la trêve avec le renfort d'un ou deux joueurs d'expérience."

Nicolas Fernandes (UNK): "Nous montrons maintenant depuis plusieurs semaines que nous arrivons à poser le jeu et cela nous fait vraiment plaisir de prouver que nous pouvons affronter des équipes de BGL Ligue. Nous espérons poursuivre et nous retrouver la saison prochaine en BGL. Le gardien de Grevenmacher a réalisé un gros match mais ne nous a pas découragés. Nous avons réussi à garder notre sang- froid pour parvenir à nous qualifier. pour le prochain tour? Pourquoi ne pas faire tomber un gros de BGL chez nous?"

Vic Speller à la lutte avec Denis Stumpf. Le milieu de terrain de l'UNK a été plus en vue que son vis-à -vis.
Vic Speller à la lutte avec Denis Stumpf. Le milieu de terrain de l'UNK a été plus en vue que son vis-à -vis.
Photo: Ben Majerus

Käerjéng - Grevenmacher 1-0

Stade Um Dribbel, très bonne pelouse, arbitrage de M. Morais assisté de MM. Silva Pinto et Matos, 247 spectateurs payants. Mi-temps: 0-0.

Le but: Lopes Correia (69e).

Corners: Käerjéng 8  (3+5); Grevenmacher 3 (2+1).

Cartons jaunes: Skenderovic (52e, faute sur Bechtold), Fernandes (58e, faute sur Makiadi), Hess (80e, faute sur Mota). pour Käerjéng; Peters (51e, faute sur Alunni), Sehovic (56e, antijeu sur Hess), Bechtold (68e poussette sur Hess dans la surface) , Dervisevic (90e, antijeu) pour Grevenmacher.

KÄERJÉNG (4-2-3-1): Ivesic; N. Ewert, Brix, Fernandes, Hess (cap.); Skenderovic (80e Da Silva), Benhamza; D. Stumpf (66e Khemici),  Lopes Rocha, Alunni (56e Heinz); Lopes Correia.

Joueurs non utilisés: Weiland et T. Ewert.

Entraîneur: Angelo Fiuorucci.

GREVENMACHER (4-1-4-1):  Augustyn; Speller, Feltes, Ontiveros, Sehovic;  Peters (cap.);  Guettai, Bechtold (76e Gaspar),  Trierweiler (60e Dervisevic), Mota; Makiadi (60e Steinmetz) .

Joueurs non utilisés: Delaporte et Pazos.

Entraîneur: Andrzej Jankowski (Roland Schaack était suspendu).