Changer d'édition

Football: Espagne - Luxembourg: alerte rouge à Logroño!
Sport 8 min. 09.10.2015

Football: Espagne - Luxembourg: alerte rouge à Logroño!

Tom Schnell a fêté ses 30 ans jeudi. Le solide défenseur retrouvera une habituelle place en charnière centrale côté droit face à l'Espagne.

Football: Espagne - Luxembourg: alerte rouge à Logroño!

Tom Schnell a fêté ses 30 ans jeudi. Le solide défenseur retrouvera une habituelle place en charnière centrale côté droit face à l'Espagne.
Photo: Ben Majerus
Sport 8 min. 09.10.2015

Football: Espagne - Luxembourg: alerte rouge à Logroño!

Pour son avant-dernier match du groupe C dans cette campagne éliminatoires pour l'Euro 2016, la sélection nationale défie la Furia Roja, ce vendredi soir (20h45) sur la pelouse de l'Estadio Municipal Las Gaunas, à Logroño. L'Espagne touche au but et un succès lui suffit pour se qualifier. Quant à la troupe de Luc Holtz, il serait mal venu de prendre une «piquette» dans cette terre du vin qu'est la capitale de la Rioja.

Pour son avant-dernier match du groupe C dans cette campagne éliminatoires pour l'Euro, la sélection nationale défie la Furia Roja, ce vendredi soir (20h45) sur la pelouse de l'Estadio Municipal Las Gaunas, à Logroño. L'Espagne touche au but et un succès lui suffit pour se qualifier. Quant à la troupe de Luc Holtz, il serait mal venu de prendre une «piquette» dans cette terre du vin qu'est la capitale de la Rioja.

L'enjeu de la rencontre

L'Espagne occupe la première place du groupe C des éliminatoires du prochain Championnat d'Europe avec 21 points soit deux unités d'avance sur la Slovaquie. Ce qui signifie déjà que l'équipe championne en titre est assurée d'une place de barragiste. Un succès face au Luxembourg, à l'occasion de son 150e match de son histoire en éliminatoires, lui permettrait de composter son billet pour l'épreuve organisée en France.

Cinquième de cette poule éliminatoire, avec quatre points, le Luxembourg aura du mal à grappiller une place supplémentaire au terme de ses dix matches, lundi soir. Il ne faudra pas compter sur le match de ce vendredi soir. Le rapport de force entre une nation championne du monde et d'Europe, classée à la sixième place du ranking de la Fifa et le modeste 142e mondial semble trop insurmontable. A l'occasion du deuxième rendez-vous entre les deux pays au stade des phases éliminatoires (0-4, à l'aller le 12 octobre 2014), le sixième seulement de l'histoire, ce n'est bien entendu pas dans le résultat sec qu'il faudra rechercher des motifs de satisfaction.

Forte de son succès face à la Macédoine, grâce à un but de Thill dans le temps additionnel (1-0, le 5 septembre dernier), la sélection s'était présentée en Biélorussie, trois jours plus tard, avec des ambitions qui étaient restées lettre morte. «Nous sommes passés à travers à Borisov, la faute à concours de circonstances à la fois tactique, technique, physique et mental. J'attends de mes joueurs qu'ils se montrent à la hauteur de l'événement face à une nation que j'estime être revenue à son meilleur niveau, même si certains titulaires habituels lui font aujourd'hui défaut», indique Luc Holtz à la veille de la rencontre.

Le classement du groupe C: 1. Espagne 21 points (goal average +15); 2. Slovaquie 19 (+8); 3. Ukraine 16 (+9); 4. Biélorussie 7 (-7); 5. Luxembourg 4 (-15); 6. Macédoine 3 (-10).

Restent à jouer:

Lundi 12 octobre à 20h45:  Luxembourg - Slovaquie,  Ukraine - Espagne et  Biélorussie - Macédoine

Tactique: le retour au classicisme

«C'est l'adversaire le plus dangereux que l'on puisse jouer. Nous pouvons mettre un place un bloc compact assez bas, mais les Espagnols sont capables de faire tourner la balle pendant 90 minutes et planter six ou sept buts. Au contraire, si on met en place un bloc un peu plus haut sur le terrain, ils sont capables aussi de nous ridiculiser par des changements de rythme», reconnaît le sélectionneur. Difficile dès lors de trancher mais à l'observation du dernier rendez-vous de la Roja face à une nation de moindre envergure, la Macédoine en l'occurrence (1-0), il semble que l'option du bloc placé bas sur le terrain semble la plus judicieuse.

Le 8 septembre dernier, l'équipe de Ljubinko Drulovic, positionnée en 4-5-1, avait laissé aux Espagnols la possession dans deux tiers du terrain pour se concentrer sur ses trente derniers mètres et fermer les espaces. Le pressing intelligent, agressif et constant des Macédoniens avait placé Silva, Mata ou Isco dans l'embarras.

«La vitesse et la valeur athlétiques seront des clés pour contrarier l'Espagne. Il nous faudra être costauds défensivement, costauds au niveau de notre mental et fournir encore plus d'efforts qu'habituellement sur la scène internationale», insiste encore Holtz. «Ce sera 90 minutes au cours desquelles le travail défensif sera absolument primordial!»

«Pour eux, le football est semblable à la corrida, ils tournent autour du taureau avant de porter l'estocade.  Mais pas question pour nous de placer un bus devant notre but, il nous faudra aussi jouer au ballon pour se donner de l'air et que ce match ne se résume pas à une attaque-défense.» Un programme ambitieux pour le «petit» Luxembourg face à la «montagne rouge».

Mutsch en milieu défensif

Les paramètres de la rencontre posés, Holtz doit placer ses pions sur son échiquier pour tenter de faire échec à un adversaire qui est invaincu en éliminatoires à domicile depuis 31 matches. Si le huis clos n'a pas été décrété lors d'une dernière séance jeudi soir sans réelle mise en place, on peut imaginer le sélectionneur oublier un système à cinq défenseurs - séduisant par certains côtés - que plusieurs de ses joueurs n'avaient pas du tout assimilé en Biélorussie. Et ce d'autant plus que Philipps, suspendu pour l'occasion, n'entre pas en ligne de compte.

Devant Joubert, qui jouera son 30e match en qualifications pour un Euro, on devrait retrouver une ligne de quatre hommes d'expérience: Jans, Schnell, qui a fêté jeudi son 30e anniversaire, Chanot et Jänisch. Quatre hommes postulent à une titularisation au milieu: Martins, qui ne se ressent plus de sa douleur à un pied, Gerson, Mutsch, qui évolue dans cette position de milieu défensif à Saint-Gall, et Da Mota, qui peut faire prévaloir son expérience et son endurance par rapport au jeune Thill. Payal, toujours utile pour «gratter» ferait donc les frais d'un réaménagement d'une équipe au sein de laquelle le tandem Bensi-Joachim serait chargé de la conservation du ballon et de l'animation offensive.  «Pour jouer les contre à 100%.»

Mais le sélectionneur, en conférence d'avant-match, a laissé planer le doute quant à son système et les hommes appelés à le mettre en musique.

Aurélien Joachim a retrouvé le chemin des filets en amical contre Sandhausen. L'attaquant de Burton devrait porter son total de sélections à 55, soit une de plus que Luc Holtz.
Aurélien Joachim a retrouvé le chemin des filets en amical contre Sandhausen. L'attaquant de Burton devrait porter son total de sélections à 55, soit une de plus que Luc Holtz.
Photo: Ben Majerus

L'adversaire: un réservoir qui semble inépuisable

«Aucune autre équipe en Europe n’est aussi forte et n'a autant de bons joueurs que l’Espagne. Je suis convaincu qu'ils remporteront le prochain Championnat d’Europe ou la prochaine Coupe du monde.» Le compliment est du sélectionneur de la Slovaquie, Jan Kozak, à la sortie du dernier match à Oviedo, après la victoire de la Roja de Vicente del Bosque (2-0).

Le technicien ibérique a donné une conférence de presse dans la soirée de jeudi et doit composer sans Iniesta, Ramos, Carvajal, Soriano ni Martinez.  Pas de quoi inquiéter les suiveurs de la Selección qui annonce une défense aux couleurs catalanes devant Casillas avec Piqué et Bartra au centre, Alba en latéral gauche et Juanfran dans le couloir droit. Mais mercredi, Nacho, au centre, et Azpilicueta, à gauche, ont été testés. Au milieu on devrait retrouver Cazorla, Busquets et Isco et le 4-3-3 habituel serait complété par David Silva, alias «el lider silencioso», Alcácer (puisque Diego Costa est suspendu et plus en odeur de sainteté), plutôt qu'un Morata qui flambe actuellement, et Pedro. «Le Luxembourg est venu faire un résultat ici, c'est une équipe "fraiche" qui  mérite tout notre respect», a indiqué Del Bosque vendredi soir.

Pour son dernier match à Logroño, en éliminatoires du Championnat d'Europe 2011, l'Espagne, qui a fait le bonheur de milliers de supporters en ouvrant les portes du stade lors de son dernier entraînement vendredi,  avait battu le Liechtenstein 6-0. La rencontre sera dirigée par le Belge Sébastien Delferiere.

David Silva, surnommé "le leader silencieux", est devenu une pièce maîtresse de la Roja au même titre qu'Iniesta.
David Silva, surnommé "le leader silencieux", est devenu une pièce maîtresse de la Roja au même titre qu'Iniesta.
Photo: AFP

La phrase du jour

Luc Holtz, à qui on demandait quels joueurs de la Roja il aimerait avoir dans son équipe: «J'adore les joueurs que j'entraîne actuellement!»

Les cadres

LUXEMBOURG

Andrea Amodio (Titus Pétange), Stefano Bensi (Fola), Maxime Chanot (Courtrai/BEL), Daniel da Mota (F91), Ricardo Delgado (Jeunesse), Maurice Deville (Kaiserslautern), Lars Gerson (Sundsvall/SUE), Mathias Jänisch (Differdange 03), Laurent Jans (Waasland-Beveren/BEL), Aurélien Joachim (Burton Albion/ANG), Jonathan Joubert (F91), Tony Luisi (Differdange 03), Kevin Malget (F91), Massimo Martino (Fola), Christopher Martins (O. Lyon/FRA), Anthony Moris (FC Malines/BEL), Mario Mutsch (Saint-Gall/SUI), Ben Payal (Fola), Tom Schnell (F91), Sébastien Thill (Progrès), David Turpel (F91).

ESPAGNE

Jordi Alba (FC Barcelone), Paco Alcacer (Valence), Thiago Alcantara (Bayern Munich), Cesar Azpilicueta (Chelsea), Marc Bartra (FC Barcelone), Bruno (Villarreal), Sergio Busquets (FC Barcelone), Dani Carvajal (Real Madrid), Santi Cazorla (Arsenal), Iker Casillas (FC Porto), Cesc Fabregas (Chelsea), David de Gea (Manchester United), Isco (Real Madrid), Juanfran (Atletico Madrid), Juan Mata (Manchester United), Alvaro Morata (Juventus), Nacho (Real Madrid), Nolito (Celta Vigo), Pedro (Chelsea), Gérard Piqué (FC Barcelone), Sergio Rico (FC Séville), David Silva (Manchester City).

Lire aussi:

Mario Mutsch : «Montrer notre solidarité»

Espagne - Luxembourg en chiffres

Del Bosque devrait jouer la carte de l'expérience

La sélection nationale a pris ses quartiers à Logroño

 

 


Sur le même sujet

Sélection nationale: Mario Mutsch : «Montrer notre solidarité»
Le capitaine de la sélection nationale a fait face aux questions des journalistes lors de la traditionnelle conférence de presse d'avant-match, ce jeudi soir. Dans les sous-sol de l'Estadio Nuevo Municipal las Gaunas de Logroño, Mario Mutsch a insisté sur le terme solidarité, une vertu indispensable pour «montrer un bon visage» du Luxembourg. contre la redoutable Espagne.
Mario Mutsch a fait passer le message, chacun devra prendre ses responsabilités contre l'Espagne, les anciens comme les plus jeunes.
Football: Espagne - Luxembourg en chiffres
Histoire de faire patienter les supporters des Roud Léiwen avant la sixième confrontation avec la Furia Roja, vendredi soir à Logroño, voici une série de chiffres qui illustrent la prochaine rencontre entre les deux pays.
L'Estadio Nuevo Municipal las Gaunas de Logroño devrait accueillir 16.000 spectateurs dont 40 Luxembourgeois.
Football: Luc Holtz: «Nous ne mettrons pas le bus devant notre but!»
La sélection nationale prend ses quartiers à Logrono en cette fin de mercredi après-midi. Une seule séance d'entraînement est prévue sur la pelouse de l'Estadio Municipal Las Gaunas, jeudi, à la veille de défier l'Espagne dans le cadre des éliminatoires de l'Euro 2016. Luc Holtz s'est penché depuis longtemps déjà sur ce rendez-vous très particulier avec les champions du monde et d'Europe. Le sélectionneur nous livre quelques réflexions.
Luc Holtz va demander beaucoup de sacrifices aux joueurs appelés à se mesurer à la Selección vendredi soir.