Changer d'édition

Football / Eliminatoires de l'Euro 2016 (groupe C): Yarmolenko mange du Lion Rouge
Sport 8 min. 15.11.2014

Football / Eliminatoires de l'Euro 2016 (groupe C): Yarmolenko mange du Lion Rouge

Andriy Yarmolenko (ici devant Daniel da Mota), le bourreau des Luxembourgeois

Football / Eliminatoires de l'Euro 2016 (groupe C): Yarmolenko mange du Lion Rouge

Andriy Yarmolenko (ici devant Daniel da Mota), le bourreau des Luxembourgeois
Photo: Ben Majerus
Sport 8 min. 15.11.2014

Football / Eliminatoires de l'Euro 2016 (groupe C): Yarmolenko mange du Lion Rouge

Le gaucher du Dynamo Kiev Andriy Yarmolenko a été le bourreau de l'équipe du Luxembourg, samedi soir en match de qualification de l'Euro 2016 (groupe C) en inscrivant à lui seul les trois buts de la victoire ukrainienne (0-3) sur des Roude Léiwen auteurs pourtant d'une excellente première période.

Le gaucher du Dynamo Kiev Andriy Yarmolenko a été le bourreau de l'équipe du Luxembourg, samedi soir en match de qualification de l'Euro 2016 (groupe C) en inscrivant à lui seul les trois buts de la victoire ukrainienne (0-3) sur des Roude Léiwen auteurs pourtant d'une excellente première période.

Le match

Par rapport à la dernière sortie du Club Luxembourg le mois dernier contre l'Espagne, Luc Holtz avait opéré deux permutations: la rentrée de Tom Schnell au centre de l'axe défensif renvoyait Chris Philipps sur le banc, tandis que le jeune David Turpel commençait la partie au détriment de son coéquipier dudelangeois Daniel Da Mota.

Comme prévu, Aurélien Joachim, jugé un peu "juste" après sa petite déchirure au quadriceps, devait se contenter d'un statut de réserviste de luxe, au contraire de Dwayn Holter, incertain, mais pourtant bien présent sur la pelouse - par ailleurs dans un état déplorable - du Josy Barthel sur le coup de 18 heures, au côté de Lars Gerson en milieu de terrain.

Habituellement axial, le capitaine Mario Mutsch arpentait lui le flanc droit pour sa 75e sélection, alors qu'en face, Mikhaïlo Fomenko avait déployé sa formation dans un 4-2-3-1, aussi prompt à se reconvertir défensivement qu'à se déployer offensivement.

Après quelques minutes initiales équilibrées, le match s'anime au quart d'heure. Le mouvement est superbe: le ballon part des pieds de Gerson, qui décale Mutsch côté droit. Le capitaine trouve dans la profondeur Bensi, dont le centre à ras-de-terre arrive chez Turpel, esseulé au petit rectangle. Hélas pour lui, le Dudelangeois croque sa reprise, permettant à Pyatov d'effectuer un spectaculaire sauvetage en saut de carpe à même sa ligne de but (13e).

Huit occasions franches en première mi-temps

Trois minutes plus tard, c'est Mutsch, idéalement lancé par Christopher Martins sur une contre-attaque foudroyante des Roude Léiwen, qui... marche malencontreusement sur le ballon (16e). Le Luxembourg est audacieux, plein d'allant, sort proprement les ballons de sa défense, dessine de belles actions et trouve des angles de passe insoupçonnés entre les lignes ukrainiennes.

Serhiy Sydorchuk est bien pris en tenaille par Mario Mutsch et Lars Gerson
Serhiy Sydorchuk est bien pris en tenaille par Mario Mutsch et Lars Gerson
Photo: Ben Majerus

Les ballons dangereux se multiplient pour Pyatov: Turpel, isolé dans l'axe par Bensi et complètement oublié par la défense ukrainienne, croise trop son envoi (28e), Martins trouve les gants du portier du Shaktyar Donetsk (30e), tandis que le tir du droit de Turpel se perd à côté de la cage ukrainienne (35e).

En face, les Jaunes ont aussi l'opportunité de déflorer la marque: Oliynyk n'exploite pas une mésentente terrible entre Joubert et Chanot (19e), avant de placer sa tête piquée juste à côté du montant gauche de Joubert (26e). Le gardien du F91 doit ensuite démontrer toute l'étendue de son talent en détournant du poing en corner une frappe soudaine de Shevchuk (32e). Petite cause, effet énorme, puisque le corner botté par Konoplyanka amène une phase confuse dans le grand rectangle local, à laquelle Yarmolenko met un terme d'un maître-tir du gauche qui secoue le plafond du but de Joubert (0-1, 33e).

Un but, au moins huit occasions franches, trois cartons jaunes brandis par M. Jakobsson: on avait à peine vu le temps passer au long d'une première période pleine, rythmée et très agréable à suivre.

Laurent Jans évite le tacle glissé de Serhiy Sydorchuk
Laurent Jans évite le tacle glissé de Serhiy Sydorchuk
Photo: Ben Majerus

Joubert est le premier alerté en seconde période, sur une reprise de l'incontournable Oliyniyk bien servi par ce diable de Yarmolenko (48e). Et c'est d'ailleurs le déroutant gaucher du Dynamo Kiev qui doublera la mise cinq minutes plus tard en reprenant instantanément une mauvaise remise de Schnell dans l'axe (0-2, 53e), avant de s'offrir dans la foulée un hat-trick après avoir mystifié Jänisch de sa patte gauche magique (0-3, 56e).

Même pas un quart d'heure de jeu en deuxième mi-temps, et le Luxembourg est K.-O. debout, le coeur n'y est plus: le jeu grand-ducal a perdu sa fluidité, les transmissions ne se font plus comme avant la pause, et le tir à ras-de-terre de Bensi est trop mou (61e) pour inquiéter Pyatov.

Tombé de nulle part, un centre-tir "banane" terriblement vicieux de Da Mota (bien entré au jeu pour C. Martins à la 54e minute) atterrit un peu par hasard sur l'équerre du but de Pyatov (64e), et Joachim, sur la pelouse depuis quelques secondes à peine, ne peut conclure sur le rebond.

Soporifique à souhait, la dernière demi-heure va jusqu'à éteindre l'enthousiasme des bouillants supporters ukrainiens.

Pour les Roude Léiwen, la prochaine échéance dans ce groupe C des éliminatoires de l'Euro 2016 n'interviendra qu'au printemps 2015, avec un périlleux déplacement en Slovaquie, leader de la poule, le 27 mars. D'ici là, gageons que Luc Holtz aura pris soin d'analyser les manquements et les failles d'une équipe parfois si séduisante, mais qui à l'arrivée, ne comptabilise qu'une seule unité en quatre sorties (trois buts marqués, onze encaissés) dans cette campagne, dont trois à la maison.

Jean-François Colin

La note du match: 14/20.

Une première mi-temps très dense, truffée d'occasions de but, avec un Luxembourg terriblement séduisant, une seconde période anesthésiée (trop) rapidement par Yarmolenko: globalement, la partie fut agréable à vivre, avec toutefois, une marque finale forcée pour des Luxembourgeois audacieux, vaillants et, parfois, talentueux. Et une dernière demi-heure à oublier complètement.

Le fait du match: le double raté de Turpel (13e et 28e).

Par deux fois, et alors que le tableau-marquoir du Josy Barthel indiquait toujours un score de 0-0, David Turpel, mis sur une rampe de lancement idéale par son compère de l'attaque Stefano Bensi, a eu l'occasion de doubler son capital-buts en sélection. Mais par manque d'opportunisme, le jeune (22 ans) attaquant du F91 Dudelange a loupé le coche, trouvant d'abord Pyatov sur son chemin, avant de croiser trop son envoi. Le cours du match aurait certainement pu en être modifié. Qu'en aurait-il été avec un Aurélien Joachim en pleine possession de ses moyens?

David Turpel marque son désappointement sous les yeux du capitaine ukrainien, Anatoliy Timoshchuk
David Turpel marque son désappointement sous les yeux du capitaine ukrainien, Anatoliy Timoshchuk
Photo: Ben Majerus

L'homme du match: Andriy Yarmolenko.

David Caiado, ancien joueur du Tavriya Simféropol, aujourd'hui actif à Guimarães, avait lancé l'avertissement: Yarmolenko (25 ans) est l'élément ukrainien le plus dangereux! Et le bougre avait manifestement raison, puisqu'à lui seul, le gaucher du Dynamo Kiev a mis les Roude Léiwen à genoux avec un triplé, portant son total à 18 buts en 40 sélections. Gaucher positionné côté droit afin de pouvoir mieux rentrer dans le jeu, Yarmolenko, né à... Léningrad en 1989, en a fait voir de toutes les couleurs aussi bien à Jans qu'à Jänisch, Schnell ou Chanot par son aisance technique. Un danger permanent et... un buteur patenté.

La fiche technique

Luxembourg - Ukraine 0-3

Stade Josy Barthel, température clémente et temps sec, pelouse en mauvais état, très abîmée par endroits, arbitrage de Kristinn Jakobsson, assisté de Gunnar Gunnarsson et Johann Gudmundsson (ISL), 4.379 spectateurs payants. Mi-temps: 0-1.

Evolution du score: 0-1, 0-2 et 0-3 Yarmolenko (33e, 53e et 56e).

Corners: 3 (0+3) pour le Luxembourg; 6 (4+2) pour l'Ukraine.

Cartons jaunes: C. Martins (11e, accrochage sur Tymoshchuk au milieu du terrain) au Luxembourg; Sydorchuk (14e, accrochage par derrière sur C. Martins) et Khacheridi (34e, cisaille en deux C. Martins qui s'échappait côté gauche) à l'Ukraine.

LUXEMBOURG (4-4-2): Joubert; Jans, Schnell, Chanot, Jänisch; Mutsch (cap.), Holter, Gerson, C. Martins (54e Da Mota); Turpel (76e Deville), Bensi (63e Joachim).

Remplaçants non utilisés: Moris; Hoffmann, Martino, M. Martins, Philipps, Payal et Luisi.

Sélectionneur: Luc Holtz.

UKRAINE (4-2-3-1): Pyatov; Fedetskiy, Khacheridi, Rakitskiy, Shevchuk; Sydorchuk, Tymoshchuk (cap.); Konoplyanka (76e Morozyuk), Oliynik (85e Kovalchuk), Yarmolenko; Zozulya (72e Budkivskiy).

Remplaçants non utilisés: Boyko, Shevchenko; Ordets, Vernydub, Pylyavskiy, Gusev, Rotan, Khomchenovskiy et Bezus.

Sélectionneur: Mykhaïlo Fomenko.

Lire aussi: Dave Turpel n'a pas (encore) l'instinct de «tueur».

Mario Mutsch: «On peut avoir des regrets»


Sur le même sujet

Football: Le Luxembourg cède en fin de match contre la Turquie
Après les turbulences des derniers jours, la sélection nationale a repris le sens de la marche mais le but de Mario Mutsch n'a pas suffi à accrocher le match nul dans ce match amical face à la Turquie, mardi soir au stade Josy Barthel. Après l'ouverture du score de Erding, c'est Calhanoglu qui a inscrit le but victorieux à la 87e minute.
Par ses parades, Jonathan Joubert a longtemps tenu le match nul avant de s'incliner sur un tir contré en fin de match.