Changer d'édition

Football / Dimanche à Strassen: Le Progrès prend la porte
Sport 4 min. 30.11.2014

Football / Dimanche à Strassen: Le Progrès prend la porte

Kevin Kerger protège son gardien Chioato. Strassen frappé fort en écartant le Progrès.

Football / Dimanche à Strassen: Le Progrès prend la porte

Kevin Kerger protège son gardien Chioato. Strassen frappé fort en écartant le Progrès.
Photo: Serge Daleiden
Sport 4 min. 30.11.2014

Football / Dimanche à Strassen: Le Progrès prend la porte

Après une première période presque équilibrée, Strassen a fait exploser le Progrès à l'heure de jeu à la suite des expulsions consécutives de Ferino et Ramdedovic.

Après une première période presque équilibrée, Strassen a fait exploser le Progrès à l'heure de jeu à la suite des expulsions consécutives de Ferino et Ramdedovic.

• Le match

Olivier Ciancanelli avait bien raison de se méfier de ce déplacement à Strassen. Ses joueurs avaient compris le message car durant les minutes initiales, les deux équipes se neutralisaient. Menaï alertait Chioato (8e), le gardien de Strassen, et dans la foulée la frappe de Lourenco passait de peu à côté (9e). Ce duel entre le troisième de BGL Ligue et son homologue de PH se débridait après l'ouverture du score réussie par Jager qui récupérait une balle mal dégagée à hauteur des six mètres (11e). Le Progrès devait réagir mais face au trident défensif de Strassen, la troupe de Ciancanelli ne trouvait pas son bonheur. Les locaux étaient bien près de doubler la mise avant le repos.

Au retour des vestiaires, les visiteurs étaient plus entreprenants et reprenaient les choses en main. Les locaux étaient sous pression mais sans plus. Les efforts des visiteurs étaient anéantis à l'heure de jeu quand Jager signait le doublé (63e). Les carottes étaient cuites pour une équipe du Progrès qui coulait en l'espace de vingt minutes (3-0 65e, 4-0 81e). Ferino et Ramdedovic étaient exclus et au cours des dernières minutes, les visiteurs avaient tout de même une petite réaction d'orgueil avec les buts de Poinsignon et Thill.

• La note du match: 14/20

A aucun moment de la rencontre, il y a une différence de niveau entre les deux équipes. Deux formations qui ont livré un match plein avec du rythme et des buts sans oublier de belles actions collectives.

• L'homme du match: Patrice Mondon–Konan

Bien souvent ce sont les buteurs qui sont à l'honneur. Il est vrai que Jager, le buteur de Strassen, a été omniprésent mais la victoire finale de Strassen s'est avant tout construite sur l'excellent travail effectué par son secteur défensif dirigé de main de maître par Mondon–Konan qui a entre autres empêché Menaï de prendre ses aises.

• Le fait du match.

La victoire finale de Strassen est incontestable mais elle n'a pas été obtenue face à une petite équipe du Progrès. Car mis à part le but exceptionnel inscrit en début de rencontre par Jager (11e), le match a été équilibré durant la quasi-totalité du premier acte. Mais ce qui sautait déjà aux yeux, c'est la volonté affichée par les joueurs de Strassen. Les locaux étaient disposés à s’arracher pour aller chercher la qualification.

José Coimbra

Kevin Lourenco, auteur d'un doublé, a donné le tournis à la défense du Progrès.
Kevin Lourenco, auteur d'un doublé, a donné le tournis à la défense du Progrès.
Photo: Serge Daleiden

Strassen - Progrès 4-2

Complexe sportif Jean Wirtz, pelouse en bon état, arbitrage de M. Morais, assisté par MM. Deltour et Bragoni, 206 spectateurs payants. Mi-temps: 1-0.

Evolution du score: 1-0 Jager (11e), 2-0 Jager (63e), 3-0 Lourenco (65e), 4-0 Lourenco (81e), 4-1 Poinsignon (87e), 4-2 Thill (90e).

Cartons jaunes: Lourenco (53e) à Strassen; Menaï (28e), Ferino (31e), Garos (34e) et Ramdedovic (68e) au Progrès.

Cartons jaunes/rouges: Ferino (61e) et Ramdedovic (70e) au Progrès.

Corners: 5 (2+3) pour Strassen, 3 (0+3) pour le Progrès.

STRASSEN (3-2-3-2): Chioato (cap); Mondon-Konan, Kerger, Oliveira; Alomerovic, Morgado (46e Huremovic); Agovic, Lourenco, Da Graça; Jager (84e Silva), Ruppert (77e Miranda).

Joueurs non-utilisés: De Wilde et Lopes.

Entraîneur: Patrick Grettnich.

PROGRES (4-2-3-1): Dargenton; Rigo (cap), Ferino, Lehnen, Soares; Ramdedovic, Garos; Cassan, Rougeaux, Bossi; Menaï.

Joueurs non-utilisés: Theves, De Sousa et Bertemes.

Entraîneur: Olivier Ciancanelli.

Hakim Menaï: «Un naufrage collectif»

Patrice Mondon-Konan (Strassen): «Heureux de la victoire et surtout de la manière avec laquelle nous l'avons obtenue. Durant quatre-vingt minutes, nous avons fait ce qu'il fallait pour être meilleurs que le Progrès. On s'est un peu relâché durant les dix dernières minutes mais ce n'est qu'un moindre mal. A présent, nous allons savourer en attendant de savoir quel sera notre prochain adversaire dans une semaine.»

Hakim Menaï (Progrès): «C'est un naufrage collectif. On n'a tout simplement pas respecté les consignes, car nous savions qu'il fallait aller chercher Strassen plus haut sur le terrain. Au lieu de cela, nous les avons laissé prendre confiance. Sur la fin, avec neuf joueurs sur le terrain, nous parvenons tout de même encore à les mettre en difficulté. C'est rageant de se faire éliminer de la sorte d'autant plus que nous avions pour objectif de jouer sur le championnat et la coupe pour avoir toutes les chances de décrocher une place européenne en fin de saison.»


Sur le même sujet

Football: La bonne opération du Progrès
Le Progrès, qui a encore manqué son entame de match, s'est fait surprendre par Strassen mais est parvenu à arracher un précieux succès face au promu sur le score de 4-2. Un résultat qui lui permet de passer son adversaire du jour au classement pour prendre la cinquième place et revenir à un point de la Jeunesse.
Dzenid Ramdenovicet ses partenaires du Progrès ont pris la cinquième place à l'UNA Strassen d'Edis Agovic.
Mendes offre le point au promu de Mamer
Le derby entre Strassen et Mamer a tenu toutes ses promesses et a même accouché d’une petite surprise. Strassen se voyait déjà fêter la victoire mais c’était sans compter sur l'inusable Mendes qui a  inscrit le but égalisateur en fin de rencontre.
Luis dos Santos n'invite pas Siffedine Khemici à danser une valse. Non, il convoite un ballon fuyant...