Changer d'édition

Football / Ce dimanche à Rosport: Le réalisme était eschois
Sport 4 min. 25.10.2015

Football / Ce dimanche à Rosport: Le réalisme était eschois

Kim Kintziger à la conclusion d'une contre-attaque menée tambour battant par les Eschois.

Football / Ce dimanche à Rosport: Le réalisme était eschois

Kim Kintziger à la conclusion d'une contre-attaque menée tambour battant par les Eschois.
Photo: Fabrizio Munisso
Sport 4 min. 25.10.2015

Football / Ce dimanche à Rosport: Le réalisme était eschois

La Jeunesse a battu le Victoria sur la pelouse du Camping 1-2 en faisant preuve d'efficacité. Les Bianconeri ont fait la différence en l'espace de trois minutes. Les Rosportois n'ont toujours pas gagné cette saison devant leurs supporters.

La Jeunesse a battu le Victoria sur la pelouse du Camping 1-2 en faisant preuve d'efficacité. Les Bianconeri ont fait la différence en l'espace de trois minutes. Les Rosportois n'ont toujours pas gagné cette saison devant leurs supporters.

Par Eddy Renauld

Le match

Il y a quelques mois, le stade du Camping était encore une forteresse difficilement prenable. Mais depuis le début de saison, les Rosportois ont de plus en plus de difficultés à dicter leur loi sur leur pelouse. En quatre matches, le Victoria n'y a décroché qu'un point (0-0 contre Wiltz). La venue des Bianconeri sur les bords de la Sûre devait permettre aux locaux de décoller. 

Le Victoria était le premier en action, une reprise de la tête de Gaspar (7e) manquait le  cadre. Le ton était donné. Un joli mouvement orchestré par Weirich et conclu maladroitement par Werdel (16e), les locaux insistaient mais le dernier geste faisait défaut. Malgré sa bonne volonté, Rosport ne parvenait que trop rarement à inquiéter la défense eschoise.

Et contre toute attente, le math allait basculer en l'espace de deux minutes. A la suite de contres favorables, Molnar récupérait le cuir et plaçait idéalement N'Diaye qui ne manquait pas son duel avec Bürger (0-1, 26e). Deux minutes plus tard, la Jeunesse signait le break à la suite d'une contre-attaque parfaitement emmenée par Sardaryan qui isolait Corral sur le flanc droit. Son centre était repris victorieusement par Kintziger (0-2, 29e).

Les pensionnaires du Camping tentaient bien de réagir mais cela manquait sérieusement de percussion offensive.  Pourtant dès la reprise, les locaux réduisaient l'écart à la suite d'une longue balle de Steinbach reprise victorieusement du plat du pied par Förg (1-2, 46e).   

Rosport y croyait à nouveau mais son jeu manquait de variété pour espérer revenir dans le match. La Jeunesse avait la possibilité de reprendre ses aises mais Soares manquait de précision (59e) et Molnar était contré par Bürger (70e et 72e). La plus belle possibilité des Bianconeri venait des pieds de Hoffmann. Sur un nouveau contre, l'ancien Ettelbruckois buttait sur Bürger (76e).

Du côté de Rosport, Weirig, après un travail de dos Santos, obligeait Oberweis à sortir le grand jeu (73e). Un arrêt trois étoiles qui offrait aux siens une victoire malgré le rush final des locaux.

Duel musclé entre Arsène Menessou et Artur Poloshenko.
Duel musclé entre Arsène Menessou et Artur Poloshenko.
Photo: Fabrizio Munisso

La note: 11,5/20.

On a assisté à une opposition de style entre le Victoria et la Jeunesse. Les Rosportois ont mené les débats mais ils ont manqué de poids et d'animation offensifs pour inquiéter les Eschois. Quant à la formation de Carlo Weis, elle a fait preuve de réalisme et démontré, notamment sur le but de Kintziger, qu'elle maîtrisait parfaitement la contre-attaque.

Le fait du match

L'arrêt d'Oberweis à la 73e minute. Le gardien eschois a eu un réflexe salvateur pour maintenir les siens aux commandes  alors que le score était de 1-2. Dans le camp rosportois, Bürger s'est aussi montré déterminant dans ses un contre un. Il a permis au Victoria de rester dans le match. En vain.

L'homme du match

Ken Corral. Sur son flanc droit, l'ancien joueur de Käerjéng a multiplié les appels de balle. Il a été à l'origine des plus belles opportunités de la Jeunesse durant ce match.

Ils ont dit

Dan Theis (Rosport): "On a  eu le monopole du ballon malheureusement en football, cela ne compte pas. J'ai apprécié la réaction de mes joueurs en seconde période."

Carlo Weis (Jeunesse): "On a mis à profit les erreurs de l'adversaire. Ce sont trois bons points contre une équipe de Rosport. Les joueurs ont respecté les consignes. On s'est fait peur en seconde période."

Le capitaine rosportois a relancé ses couleurs en début de seconde période.
Le capitaine rosportois a relancé ses couleurs en début de seconde période.
Photo: Fabrizio Munisso

Rosport - Jeunesse 1-2

Stade du Camping, pelouse en bon état, arbitrage de M. Sales assisté de MM. da Costa et Genin, 415 spectateurs payants. Mi-temps: 0-2.

Evolution du score: 0-1 N'Diaye (26e), 0-2 Kintziger (29e), 1-2 Förg (46e).

Corners: 4 (2+2) à Rosport; 2 (0+2) à la Jeunesse.

Cartons jaunes: Steinbach (23e, duel trop engagé sur Menessou), Förg (43e, accroche Soares), Werdel (77e, rouspétance) à Rosport; Menessou (10e, poussée sur Poloshenko), Delgado (21e, coup de coude sur dos Santos dans un duel aérien), Soares (65e, tirage de maillot)

ROSPORT: Bürger; Steinbach, B. Vogel, Petersch, Förg (cap), Weirich, Werdel (83e Dücker), Schulz, G. Gaspar (73e Duhr), Poloshenko (46e Lascak), dos Santos.

Joueurs non utilisés: D. Vogel, Jakob.

Entraîneur: Dan Theis.

JEUNESSE: Oberweis (cap); Kintziger, Vitali, Hoffmann, Delgado, Soares (68e Zydko), Menessou, Sardaryan (57e Martins), Molnar (89e Todorovic), Corral, N'Diaye,

Joueurs non utilisés: Devas, Deidda.

Entraîneur: Carlo Weis



Sur le même sujet

Football / BGL Ligue: Le F91 s'impose à la Frontière
Dudelange a remporté ce vendredi soir le match avancé de la 16e journée de BGL 1-2 sur la pelouse de la Jeunesse. Les joueurs de la Forge du Sud ont trouvé la faille grâce à Ibrahimovic et Pedro. Corral avait réduit le score pour les hommes de Carlo Weis.
David De Sousa tente de déborder Jerry Prempeh. Mais au final, ce sont les Dudelangeois qui ont dribblé la Jeunesse. (F91 Dudelange)
Football: Dudelange l'emporte dans les arrêts de jeu
Dudelange, réduit à dix, est allé chercher la victoire dans le temps additionnel. Karapetian a profité du laxisme défensif pour offrir une victoire inespérée à ses couleurs. Battu mais joueur, le Victoria Rosport perd son brevet d'invincibilité qui durait depuis dix-huit matches au stade du camping. Tout a une fin.
Niklas Bürger est à terre. Grâce à Alex Karapetian, le F91 prend la totalité de l'enjeu à Rosport.