Changer d'édition

Football: Benfica, objet de tous les désirs
Sport 2 min. 17.03.2016

Football: Benfica, objet de tous les désirs

Tous les regards se braquent vers... le Benfica Lisbonne

Football: Benfica, objet de tous les désirs

Tous les regards se braquent vers... le Benfica Lisbonne
Photomontage
Sport 2 min. 17.03.2016

Football: Benfica, objet de tous les désirs

Jean-François COLIN
Jean-François COLIN
Les utilisateurs des réseaux sociaux regorgent d'ingéniosité et d'humour, c'est bien connu. A la veille du tirage au sort des quarts de finale de la Ligue des champions (vendredi midi à Nyon), un photomontage circule sur la Toile, faisant passer le Benfica Lisbonne comme l'adversaire ardemment désiré par les sept autres clubs qualifiés.

(JFC, avec l'AFP). - Les utilisateurs des réseaux sociaux regorgent d'ingéniosité et d'humour, c'est bien connu. A la veille du tirage au sort des quarts de finale de la Ligue des champions (vendredi midi à Nyon), un photomontage circule sur la Toile, faisant passer le Benfica Lisbonne comme l'adversaire ardemment désiré par les sept autres clubs qualifiés.

Il est vrai que le plateau des quarts de finale est plutôt relevé. Parmi les grosses cylindrées, il y a le tenant du titre barcelonais, qui a passé 5 buts sans trop se fouler à Arsenal (2-0, 3-1), le Bayern Munich de Pep Guardiola, bousculé par une Juventus Turin magnifique mais finalement vainqueur d'une double confrontation aux allures de finale (2-2, 4-2 a.p.), et le Real Madrid, qui n'a plus que la Ligue des champions pour sauver sa saison et reste une redoutable machine à gagner, la Roma peut en témoigner (2-0, 2-0).

A quoi peut s'ajouter le Paris SG, qui entend franchir le cap des quarts de finale cette saison, après avoir écarté Chelsea (2-1, 2-1) en huitièmes et sévèrement bousculé le Real Madrid en phase de poule.

Ensuite, on retrouve Manchester City, racheté en 2008 par un fonds souverain d'Abou Dhabi, qui est un challenger a priori relevé, même si les Citizens ont affiché leurs limites sur la scène européenne ces dernières saisons. C'est en effet la première fois de leur histoire qu'ils franchissent le cap des huitièmes de finale, et ils risquent de devoir faire sans leur capitaine Vincent Kompany, sorti blessé lors du match retour contre le faible Dynamo Kiev (3-1, 0-0).

Autre équipe compliquée à jouer: l'Atletico Madrid, finaliste en 2014, a eu toutes les peines du monde à se débarrasser du PSV Eindhoven en huitièmes de finale (0-0, 0-0, 8 t.a.b. à 7) mais la qualité de son collectif et son expérience en font un adversaire redoutable, présent dans le Top 8 européen pour la troisième année consécutive.

A priori, donc, Wolfsburg et le Benfica Lisbonne semblent bien davantage "prenables". C'est la première fois que les coéquipiers des champions du monde Draxler et Schürrle se hissent jusqu'aux quarts de finale de la compétition reine, et ils ont perdu leur atout maître de la saison précédente, le Belge Kevin de Bruyne, parti à Manchester City.

Pour Benfica, il s'agit d'une renaissance, puisque le club double champion d'Europe (1961, 1962) n'avait plus accédé à ce niveau de compétition depuis la saison 2011-12.

Verdict ce vendredi sur le coup de midi!


Sur le même sujet